Remonter
Descendre

One piece Rpg

Bienvenue sur les mers du Rp, Invité
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Salvadore le pêcheur d'eau douce

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Salvadore le pêcheur d'eau douce   Ven 7 Jan 2011 - 0:45

- Présentation du personnage -



• Nom & Prenom : Lazys Salvadore

• Surnom (facultatif) : /

• Age : 27 ans

• Race (Humain, Homme-poisson, Ange, Géant) : Humain

• Camp (Pirate, Marine, Chasseur de Primes, Révolutionnaire, Civil, etc.) : Chasseur de prime

• Orientation psychologique (bon, mauvais, indifférent, ...) : Malgré son coté souvent indiffèrent Salvadore possède un bon fond... mais faut allez le chercher très loin..

• Métier/Spécialité (obligatoire pour les pirates et les civils, facultatif pour les autres) : Pêcheur à mi-temps

• Pouvoir demandé (Fruit du Démon, Arme d'Exception, Techniques Spéciales comme le Rokushiki ou le Fishman Karaté) : Rien. Il possède seulement comme arme une vielle rapière qui n'a aucune fonction de spéciale hormis celle de se battre.

• Rêve(s)/But(s) du personnage : Il n'a pas vraiment de but à proprement parlé. Ne connaissant pas son passée, Salvadore cherche à le redécouvrir au fil du temps, tout en vivant une vie simple, n'hésitant pas à suivre des aventures rocambolesque.

• Code présentation [OBLIGATOIRE !!!!] à mettre entre balises :



◘ Description Physique :

C'est un homme, sa je pense que tout le monde la compris. C'est un homme assez grand même. Il mesure environ 1m80 pour un poids léger de 70 kilo, 72 après le repas... On va pas chipoter hein !
Salvadore possède un visage fin, pas vraiment marqué par le combat comme beaucoup d'autre chasseur de prime. Il a les cheveux en batailles, ne se coiffe pas, laissant faire le vent au grès des saisons (La coupe des cheveux dans le vent sa marche toujours très bien ! Même avec sa goufa )
L'homme est assez maigre, il porte la plus part du temps une simple chemise, un vieux futal, des tongs ou des simples chaussures aux allures d'espadrille. Il porte de temps en temps sa joli cravate, mais seulement pour certaines occasion ( Lorsque qu'il essaye de se faire embarquer sur un bateaux afin de voyager tout frais payé par exemple.)
Sur les îles hivernales, il sort sa jolie veste bleue dans laquelle il range soigneusement son paquet de cigarette et la canne à pèche en kit miteuse.
Un homme comme on en fais plus !


◘ Caractère & morale :
Salvadore possède un caractère assez spécifique. Tout d'abord c'est quelqu'un de feignant, un vrai. N'hésitant pas à faire quelques choses bien pour ne plus jamais avoir à le refaire. Généralement solitaire il n'est pas non plus associable, au contraire. Il aime réfléchir et n'hésitera pas à fuir un adversaire trop puissant, voir à parlementer avec lui afin de pouvoir sauver ses miches. Car bien qu'il exerce le nouveau passe temps de chasseur de prime, Salvadore privilégie la parole à la violence, n'aimant pas vraiment se battre.
Il a toujours était plutôt neutre mais avec un bon fond. Il n'a jamais trop supporté la barbarie de certains pirates, ni les méthodes de la « justice » de la marine et du gouvernement mondial.
Justement, le combat opposant celui-ci au révolutionnaire ne l'a, pour ainsi dire, jamais passionné.
Cet antihéros des temps moderne, préfère se laisser guider au grès des mers,, libre d'agir et de penser comme bon lui semble, prenant l'aventure comme elle vient, peut importe qu'elle soit bonne ou mauvaise.
Traversant les mers les plus dangereuses, cet homme pourtant réfléchis est aussi un parfais flambeur au casino et un bon fêtard.

En gros voilà comment se définirait Salvadore si il n'était pas en train de faire sa sieste...


◘ Histoire :
Les prémices de son histoire:

L'histoire de Salvadore commence il y a 10 ans. Avant il ne se souviens de quasiment rien. La cause est simple: Salvadore à perdu tout simplement la mémoire. La dernière image qu'il ait reçu c'est ce petit rocher qui lui tomba dessus après avoir levé la tête.
A son réveil il avait oublié toute trace de son passée et ne se souvenait même plus de son nom. Seul la tombé du rocher le hantait. Pourtant, son caractère ne semblait pas avoir changé. Pour lui il avait toujours été comme ça. L'instinct surement...


Ses débuts: Alors âgée de 17 ans:

Après ce tumultueux réveil, Salvador n'eut d'autre choix que de se débrouiller seul, par ses propres moyens. Ne savant pas où il était ni comment il y était arrivé, il traversa l'île de long en large, écumant les petits jobs de toutes sortes: vendeur à la sauvette, plongeur, serveur, et même croupier dans les casinos de la ville. Malheureusement il avait le don pour se faire virer à chaque fois. Il se retourna alors sur son passe temps favoris la pêche, car Salvadore a toujours aimé pécher...
C'est comme ça qu'il se fit recruter sur un navire marchand comme pêcheur « professionnel »
Mais il y a un HIC.. il n'a jamais rien attrapé...

«  Oui Oui ! Vous verrez, avec moi sur votre bateaux la famine s'envolera... heu, parlons salaire maintenant ... »

En route vers ses premières aventure c'est ainsi qu'on lui apprit qu'il était sur l'océan d'East Blue.
East Blue... ce nom lui disait vaguement quelque chose...
Un jour en plein milieux d'une après midi de pêche infructueuse, sa tête ne fit qu'un tour. Sa mémoire... elle commençait à lui revenir. Quelques passages. Salvadore tomba sur le sol humide du ponton. Il se tenait la tête fortement comme si quelque chose était coincé à l'intérieur, comme si ses yeux voulaient sortir. La douleur fut atroce. Lorsqu'il se calma, il prit conscience de se qui venait de lui arriver. Désormais les seuls passages de sa jeunesse était une image de sa mère l'embrassant avant d'aller au lit, et une de son père qui pêchait avec lui au bord d'une falaise. Une phrase revenait sens cesse, son paternelle lui répétait constamment: « Tu vois, la pêche c'est comme la découverte. Quand tu t'ennuie quelques part ou que sa mord pas, change d'endroit... »

L'ennuie... un sentiment constant qui le rongeait depuis toujours...
C'est à partir de ce jour là que Salvadore décida de traverser les océans, peux importe combien de temps ça lui prendra...

10 mois passèrent depuis qu'il avait embarqué sur le navire marchand.. Ne pouvant plus supporter son flegmatisme et sa nullité en pêche, Salvadore se fit viré du bateau sans même que celui ci accoste sur une île. C'est dans un canot de sauvetage qu'il continuera son aventure, une fois de plus livré à lui même. Au loin les marchands ricanaient de le voir seul sans même une rame pour avancer. A la lueur du crépuscule un monstre marin s'avança du bateau marchand et le découpa en deux.
Salvadore apeurait se tapit dans son canot. A force de fatigue il s'endormit lentement pendant que le navire coulais peu à peu torturé par les bruits de combats opposant les hommes à la bête des mers.

Une vie de périple, L'Aventure avec un grand A !

Plus les jours passaient, plus Salvadore voulait en finir. Son visage se flétrissait, sa peau asséchée par le sel marin et le vent, ses yeux constamment fermés, aveuglés par la lumière du soleil... Ce n'était pas vraiment comme ça qu'il avait imaginé l'aventure. La mort paraissait être la meilleure solution, pourquoi continuer à vivre d'une manière si précaire et finir au fond de l'océan ?
Un soir le canot heurta enfin un bout de terre. N'en croyant pas ses yeux le jeune homme se leva avec une faiblesse telle qu'il tomba sur le sable, les mains ensanglantées, ses yeux pleurant de joie. Finalement il s'était accroché à la vie, lui qui n'avait jamais eu de but, ni de rêves...
Le lendemain il parcouru une nouvelle fois seul l'île. Il s'arrêta dans un village et put manger et boire un coup en contrepartie il devra travailler sur un navire pirate. La vue de l'océan l'effrayait un peu, mais le fait qu'il avait survécu à cette mésaventure le poussait encore plus à reprendre la mer.
Embarquant une nouvelle fois sur un bateau, Salvadore s'attela aux différentes taches que les pirates lui dictait. Le temps passait mais jamais il ne se considérait comme un pirate. Malgré la sympathie qu'il leur trouvait, il ne voulait pas être leur « nakama » comme ils s'appelaient si souvent.
Le temps passait, et à force de travail, il put payer ses dettes et donc partir ailleurs. C'était sans compter sur une nouvelle mésaventure de notre jeune héros. Un beau matin le navire fut attaqué par de puissant pirates qui se rendaient sur une route de périple: Grand Line. Le navire accosta, les balles fusaient de toutes part, les lames s'entrechoquaient, les canons grondaient. Le bateau devient un véritable champs de batailles. Ne sachant que faire ni où aller, Salvadore tenta de s'échapper. Il ne savais pas se battre, à quoi bon résister. Un homme d'une grande taille lui barra le passage. Le visage balafré, un grand chapeaux orné son crâne en apparence dégarni. Une hache à la main il tenta d'abattre Salvadore d'un coup sec. Le jeune homme put l'éviter à temps. Apeurait, rampant au sol pour échapper à son adversaire, il cherchait, désespérément une échappatoire. Au loin une voix lui cria quelques mots:
« Salvadore, attrape ! »
Le capitaine de son navire lui lança une épée, c'était une veille rapière grisâtre. Ni une ni deux, il la prit en main et se releva. Lui qui ne c'était jamais battu à sa connaissance engagea une rude bataille au coté du capitaine. Parant la hache de son assaillant, et ripostant à coup de pic, Salvadore se surprenait lui même. Dans le chaos ambiant il se sentait pour la première fois de sa vie « vivant ».
La manière avec laquelle il manipulait l'épée, c'est comme si il en avait fait toute sa vie. Son adversaire semblait surpris. Il ne ressemblait plus au faiblard qui l'a essayé de tuer il y a quelques instants. Il se battais avec fougue et bonne humeur, sûr de lui. C'est comme si il avait déjà vu ça auparavant. A force de combat l'équipage abordée tomba. Aucun n'étaient de taille. Seul restait Salvadore seul une fois de plus. Il se retrouva vite encerclé, ne savais plus quoi faire. Les pirates le regardaient comme venant d'une autre monde. Ils se mirent à rire de bon cœur. La personne contre qui il se battait le fit tomber au sol. Surpris il lâcha son épée.

« Et bien mon petit, t'es encore debout. Je suis le capitaine de ces pirates. Allez on t'embarque tu sera le seul prisonniers, pillez le navire et attachez les autres au mat de leur bateau. »

Et revoilà notre héros livré à lui même une fois de plus. Mais cette fois ci, il y avait une odeur particulière. Le fait d'être leur prisonnier ne le déprimait pas, bien au contraire. Il allait pouvoir passer Sur Grand Line et continuer son périple. Le jour suivant le capitaine s'avança près de lui est déposa la rapière au sol. Il ricana un bon coup et lui jeta au visage un vieux morceaux de journal.
Salvadore alors attaché au ponton du navire lit le bout de papier posé au sol. C'était une édition d'il y a 2 ans environ. En gros titre était marqué « Nouvelle attaque de pirates sur un navire civils, un homme disparus » A cotée de l'article se dressait la photo du jeune homme ainsi que son nom « Salvadore Lazys, si vous retrouvez cette personne veuillez contacter les autorités de la marine au plus vite »
« Je sais pas ce que tu leur a fais ni même de quel coté tu es, mais j'étais sur de t'avoir déjà vu mon p 'tit gars »
Un nouvelle partie de son passée le hanta soudainement. Des pirates, un pillage, les civils s'enfuyant, lui seul sur le navire, des coups de feux, il tomba au sol, puis à l'eau...
Salvadore transpirait, sa veste trempée lui collait au corps. Il avait chaud, très chaud. Même si ce n'étaient que de simple souvenirs, ces images lui fessait un mal fou à chaque fois qu'elle apparaissaient dans son esprit. Il finit par s'endormir une fois de plus... le vent balayant ses mèches de cheveux ternit par la fatigue et l'océan...
Deux semaine plus tard, il réussit à s'enfuir alors que les truands venaient à peine d'accoster sur la première île. Le vieux journal dans sa poche, l'épée à sa ceinture, il continuera son aventure, à la recherche de ses souvenirs.

Le temps passe, Salvador lui reste toujours debout ! Vaillant... mais pas trop:


Maintenant âgée de 27 ans, après avoir beaucoup voyagé, réside désormais sur l'immensité insulaire d'Alabasta sur Grand Line. Endetté jusqu'au cou par ses multiples frasques au casino sur la plus part des îles qu'il avait visité, ruiné et n'ayant que pour seul compagnie sa canne à pêche en bois pliable dans sa poche et sa vielle rapière acheté quelques années plus tôt, l'homme marchait lentement dans les ruelles désertes de la ville.
Il s'alluma lentement une cigarette. De toute part les gens parlais de pirates, et de trésors.
Bah tiens pourquoi allez risquer sa vie si c'est pour trouver des trésors qui n'existe pas... Un vieil homme l'interpella, lui demandant un peu d'eau. La chaleur était tel que Salvador ne put refuser et lui donna sa gourde.

« Tiens mon brave, garde la sinon tu va finir en poussière. »

Le vieux n'hésita pas une seconde et but. Il but tellement vite que de l'eau coulais sur les bords du goulot tombant à terre et s'évaporant directement. Salvadore eu l'air perplexe et s'assit près de lui.

« Merci beaucoup jeune homme, on en fait plus des gens aimable comme toi ! »
« De toute façon c'est de l'eau volée donc bon... j'ai pas à me plaindre sur le prix hein . »
« Dis moi où sont tes compagnons ? »

Le jeune homme eu l'air interloqué. On lui posais souvent cette question, mais cette fois il avait l'impression que les yeux du vieillard brillaient. Il lui expliqua donc son histoire, et qu'il avait toujours voyagé seul, échappant au pirates grâce à ses techniques d'escrimeur et d'homme malin, ainsi qu'à la marine et aux gérants de casino qui lui couraient après à cause de vols et de dettes aux jeux.
Le vieux n'en croyait pas ses oreilles. Il n'était rien et pourtant avait réussi à venir jusqu'ici sur Grand Line, la route de tous les périples, en embarquant sur des bateaux pirates comme simple prisonniers et s'enfuyant à chaque fois.

« Je... je n'avais jamais entendu ça de ma vie. Tu est un homme bien chanceux. Ici les pirates son redouté et redoutable. Il est rare de voir une personne de ton espèce arriver à survivre sans compagnons ou sans la protection de la marine ou du gouvernement. Sans sou tu es arrivé bien loin, mais tu va finir comme moi si tu continue sur cette voie. »

Salvadore eu l'air sceptique et un sentiment de dégout l'envahit. Finir comme ce vieillard ? Non merci !

« Et toi comment ta fais pour devenir clochard ? T'es un pirates ou quoi ? »

Le vieillard eut un sourire aux lèvres. Il se leva et Salvadore fit de même.

«  Un peu mon p'tit ! Les gens qui ne suivent pas les normes de la société n'ont aucune chance de survire par ici. Sauf si t'es fort ou que t'es un pirates ! Voilà quelques années que j'ai perdu mon équipages, mais à l'époque on était sanguinaire ! Jusqu'à cette guerre...ou notre capitaine décida d'arrêter la piraterie, la plus part de mes comparses se firent tuer sur Grand Line, mais d'autre réside par ici, à trainer dans la ville... pas bien glorieux pour des pirates hein ? »

Salvador ne savais quoi répondre. Il y avait eu des échos de cette guerre partout dans le monde. Il le savait mais n'y avait jamais vraiment fais attention. La piraterie ne l'enchantait pas beaucoup. Pourtant il était vraiment à cour d'argent...il lui fallait désormais trouver un nouvel emploi.
Le vieux mit sa main droite dans sa poche et en sortit une affiche. Son humeur avait subitement changé, il paraissait même sadique.

«  Regarde ça ! Sur cette vielle affiche de recherche c'est moi ! Maintenant on ne me reconnais plus à cause du sable qui a envahi mon visage mais à l'époque les gens tremblaient devant moi ! Combien de chasseurs de primes on essayaient d'avoir me tête, Hahaha. »

Salvadore se penchant ,aperçu la veille affiche Wanted de l'homme: « Bill le raton, 15 000 Berry » Il semblait de plus en plus perplexe:

« 15 000..., j'y connais pas grand chose en affiche pirate mais 15 000 Berry... c'est rien du tout mec... »
« Insolent va, a l'époque combien de village on a pillé ! Notre capitaine étant un grand homme ! Combien de bateaux on a coulé aussi niark niark... c'est pas cette foutu justice qui nous attrapera »

Soudain, une idée lui traversa l'esprit. Ses yeux bloquaient sur la somme affiché puis sur le vieillard. A la manière du pendule Salvadore balançait son visage. Un grand sourire vint se coincer sur ses lèvres.
D'un coup sec il sortit sa rapière et plaça le bout piquant de sa lame sur la gorge du vieil homme.

« Chasseur de prime … à ce que je vois sa peut rapporter pas mal ! Si je te délivre à la marine j'ai de quoi rembourser quelques dettes. Allons donc ! J'peux me faire pas mal d'argent sur des pirates bien plus gaillard... »

A première vu le vieux paniquait, mais c'était un sentiment de colère qui l'envahit ensuite.
Se faire capturer par un minot à qui il lui avait compté ses histoires, le comble...

« Salopard, tu me le payera... »
« ...Oui Oui mon brave, allez avance avant que je te découpe. T'inquiète pas là où je t'emmène tu sera logé, blanchis et peut être nourris... sa reste à voir. »
« Les hommes de nos jours n'ont aucun honneur... minable. »
« Car pillé des villages remplit de femmes et d'enfants c'est plus glorieux peut être ? »

Et c'est ainsi, satisfait, que Salvadore eut le déclic d'exercer dorénavant le passe temps de chasseur de prime. Ayant put payer une partie de ses dettes, il continuera donc son histoire comme une figure active des mers, bravant tout les dangers aux périples de sa vie, traquant les mécréants, cheveux aux vents !
Ou pas.
C'est donc sur Alabasta que débute sa nouvelle vie !




• Exemple de post RP :
Un soir comme les autres...Une nuit froide et glacée...la porte de l'auberge s'ouvrit. Quelques voyageurs étaient présent. Tous cherchaient à se reposer après une dure journée de combat et de sang. Dehors le froid et la neige fouettaient les vitres presque opaques ne laissant apercevoir que le reflet de la lune pleine. L'elfette se trouvait dans l'entrebâillement de la porte encore caché de la lumière du feu. Seul ces yeux vert brillaient dans la noirceur mais personne ne semblait l'avoir aperçu. Elle posa son manteau sur une chaise et se laissa glisser vers le comptoir.
"machin" fit signe au tavernier de lui servir à boire et se dirigea aussitôt vers une table faiblement éclairé pour se réchauffer. Le vin chaud et la bière coulaient à flot mais les visages restaient grave et encore entaillaient des combats de la journée pour repousser les vils forces allianceuse.
Ne voyant que seul la boisson pouvait intéresser les badauds et les membres de sa guilde, elle lâcha une petite bourse au tameur de manière à payer sa tournée. Quelques acolytes viennent la rejoindre mais un silence de mort baignait toujours. Relâchant la pression "machin" toussota et entama un monologue qui fit tourner tout les regards de la table vers son côté. Elle fini sa chope et s'avança vers ses compagnons d'un air paisible.


«- Allons bon cher amis...vous avez du passer une bien maussade journée. Délectez vous de cette boisson divine qui vous soûlera jusqu'à demain! Mais restez assis à se lamenter n'est pas une solution...Laissez moi vous compter l'Histoire d'un périple qui se transmet de génération en génération dans ma famille...»


Les visages changeairent d'expression et c'est la curiosité qui s'empara du groupe, tous attentifs à ce que Arkaïque allait dire.


«-Une histoire qui inspira bon nombre de badauds, brigands, pirates de toutes eaux, et même d'aventuriers...
Mais vous n'avez jamais dut déjà entendre la véritable histoire...celle qu'on nome chez nous:
Les Chroniques deüs sang céleste.
Un nom bien particulier me dirait vous mais rares sont les personnes qui l'ont vraiment entendu.»


Le feu s'intensifia laissant une ombre folle se glisser sur le visage "machin", pendant que celle ci débuta le récit...
Revenir en haut Aller en bas
Kazuki
Contre-Amiral
Contre-Amiral
avatar

Profil Psy : Manipulatrice sympathique & vénale
Nombre de messages : 2391
Age : 28
Fruit du Démon : South Blue

[Feuille de personnage]
• Renommée: 2300
• Wanted: 0
• Grade dans la Marine: /

MessageSujet: Re: Salvadore le pêcheur d'eau douce   Ven 7 Jan 2011 - 20:24

Youp ! Bienvenue !

Plusieurs 'tites choses :

  1. Alors déjà, y'a ÉNORMÉMENT de fautes : Grammaire, ortho, ponctuation...

  2. Ensuite, ton histoire m'a défoncé les yeux, ji souis douvounue aveugle (le bleu sur le brun...>.<) :'(

  3. En parlant de ton histoire, j'aime pas trop l'idée de faire commencer des personnages du Grand Line. On sait que c'est une zone censée être super dangereuse, puisque même dans le mangas, les héros en bavent. Sachant que tu commencera très certainement au rang 1, ça fait un peu trop contrasté Razz


Maintenant, je sors mon Joker ! Les liens qui vont t'aider !

- Le premier, Bonpatron, un classique des correcteurs d'Orthographe/Grammaire.

- Le second, Le dictionnaire de l'Internaute, il propose une traduction, des synonymes, et parfois, des expressions. Pratique, pour éviter les répétitions!

- Ensuite, Evene citation, un site intéressant qui propose des citations, ça peut toujours être sympa dans un RP.

- Enfin, je te dirige vers une agréable Fiche rappel que nous a gentillement fait Xino. Tu y trouvera des rappels sur les règles de ponctuation.

Vala, bonne chance Razz
Revenir en haut Aller en bas
 
Salvadore le pêcheur d'eau douce
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [BAL] Douce tromperie (PV Marie-Anne et Marine)
» Douce Missive... [Shaelyss]
» Pêcheur de Lunes
» Balbuzard pêcheur (étape par étape)
» Une douce nuit sous le Balcon [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One piece Rpg :: - Accueil - :: - Accueil - :: Présentation Refusés et/ou Non Finies (poubelle)-
Sauter vers: