Remonter
Descendre

One piece Rpg

Bienvenue sur les mers du Rp, Invité
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une fée des mers ??? [pas fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fairy Luxuria
Nouveau
Nouveau
avatar

Nombre de messages : 8

MessageSujet: Une fée des mers ??? [pas fini]   Mer 16 Fév 2011 - 20:19

- Présentation du joueur IRL -

Prénom : Kyo-Chan
Age : 18ans
Homme/Femme/Okama : Femme
Comment avez vous connu le forum : Ancien membre
Combien d'heures vous vous connectez par jour : Aucune idée
Tes Mangas préférés : Il y en a trop xD
Ton personnage préféré dans One Piece : Zoro et Sanji *___* (Passage en mode FanGirl)
Ce qui t'as motivé à venir : Le niveau Rp
Tes expériences dans le domaine du Rp/JdR : plus de 4ans
Hobbys : Secret x)
Autre(s) : Mouhahaha The Queen Of Hentai est de retour


- Présentation du personnage -


• Fairy Luxuria •

 
• Nom : Fairy
• Prenom : Luxuria
• Surnom (facultatif) : Aqua Fairy ou bien Lust
• Age : 20ans
• Race (Humain, Homme-poisson, Ange, Géant) : Humaine, enfin... Peut-être
• Camp (Pirate, Marine, Chasseur de Primes, Révolutionnaire, Civil, etc.) : Civile pour le moment
• Orientation psychologique (bon, mauvais, indifférent, ...) : Qui sait
• Métier/Spécialité : Navigatrice


• Pouvoir demandé : Bella Dagger (niveau 8 - 10) : La Bella Dagger est une arme d'apparence tout à fait banal. Un manche et une lame en métal. Pourtant après avoir "fusionner" avec un fruit du démon cette simple lame est devenu très spécial. Elle a en effet le pouvoir d'absorber un élément que se soit l'air, la terre, le feu, la foudre et la glace. Une fois l'un de ses éléments trouvé la dague change de nature et d'apparence. Faisant ainsi plus de dégât elle a également la capacité de tirer des sortes de petit projectile cependant pas plus gros qu'une balle de golfe. A première vu c'est une arme totalement génial, mais elle puise dans l'énergie vitale de son porteur, ainsi la garder trop longtemps sous forme "élémentarya" peut sans problème tuer son possesseur pareille s'il ne fait pas attention à la quantité de balle qu'il tire. Enfin, n'importe qui ne peux pas non plus utiliser cette arme, trop la charger d'un élément peut crée une surcharge et absorbé l'énergie total de son possesseur et ainsi le tuer, mais ne pas assez la chargez est tout aussi dangereux, car premièrement elle ne changera pas de forme, mais le premier élément se mélangera avec le second se qui créera également une surcharge et la mort. Car il est impossible de mélanger plusieurs élément s'il ne sont pas de même nature.

Spoiler:
 

• Rêve(s)/But(s) du personnage : Cela fait longtemps qu'elle n'a plus de rêve, ou alors.....

• Code présentation [OBLIGATOIRE !!!!] à mettre entre balises

◘ Description Physique :

 
• Physiquement : L’élégance, la beauté, le charisme, cette petite chose qu'elle est la seul à avoir et qui fait que tout le monde se retourne sur son chemin, ainsi que la Luxure. Une magnifique saveur offerte par la mer elle même, un cadeau de la nature. Peut importe l'âge ou le sexe de la personne à qui on demande "comment est Luxuria" les réponse sont en général toujours les mêmes. Elle est belle, elle le sait, elle l'assume et elle ne s'en vente pas n'importe qui pourra le dire. Elle est le genre de personne qu'on le voit de loin, que se soit à cause de ses cheveux d'un bleu aussi profond que la mer lui arrivant en bas du coup et d'un parfait lissage naturelle sous n'importe quel temps et surtout entièrement naturelle. Elle aime d'ailleurs en prendre soin, car pour elle la beauté d'une femme commence par la beaucoup de ses cheveux, il sont un peut comme les yeux le reflet de l'âme de la personne surtout si elle est de sexe féminin. Mais en parlent d'yeux, avec la jeune femme nul besoin de se déplacer pour voyager sur l'océan tout entier. Luxuria en a en effet des encore plus bleu que ses cheveux, des yeux d'un bleu marin à en jalouser même la plus belle des eaux, des yeux ne reflétant aucun sentiment si elle ne le veux pas. Reflet de a comédie qu'elle joue peut-être, des yeux inexpressifs qui semble tellement remplit et qui pourrait noyer même le plus bon des nageurs. Et sa bouche, incarnent le fruit défendu qu'Eve a mangé lui même, tellement attirante, savoureuse et pulpeuse elle est la parfaite incarnation de la tentation et les petites manie qu'elle a de jouer avec la rende encore plus magnifique. Rosé juste ce qu'il faut, Luxuria a des lèvres finement dessiné, en revanche, sa bouche est la parfaite incarnation de ses intentions, elle est un livre ouvert pour ses pensées, que se soit le petit sourire d'ange à la j'ai-rien-fait-c'était-même-pas-moi-d'abord quand elle joue les petites filles innocente, son aire boudeur annoncent qu'elle ne va pas lâcher l'affaire ou encore un petit sourire au coin annoncent qu'elle est prête à tuer ou simplement qu'elle passe en mode sadique. Mais, ses lèvres sont aussi un passage à sa voix et à son rire. Rire si doux et mélodieux tel le chant d'une sirène attirant les pauvres marins à elle pour mieux les tuer. Enfin, Miss Fairy c'est aussi une femme de 1m67 pour seulement56kg, et bien qu'elle fasse partit de la catégorie poids plume, elle sait se battre et se défendre, elle le fait d'ailleurs très bien, elle n'est pas non plus fait de sucre, malgré sa peau blanche crème aussi douce que la soie sans aucune imperfection, sa peau d'un lissage rare en parfait accord avec les formes généreuse de son corps. Possédant un forte poitrine ni trop grosse ni trop petite elle aime la mettre en valeur plus pour elle même que pour les autres, d'ailleurs si elle se fait belle et qu'elle prend soin de son apparence ce n'est que par pur plaisir personnel et non pour attirer le regard des gens qui l'entour. Ajouté à cette poitrine une taille fin, un ventre plat, des anches mettant encore plus en avent ses cuisses ainsi que ses fesses qui tout comme sa poitrine n'est ni trop gros ni trop petit. Petit détaille également très subtil, c'est son tatouage sur la cuisse gauche représentant une sorte de petite fée. Bref, pour n'importe qui le corps de Luxuria est un véritable appelle à la luxure, elle marque les mémoires par son apparence, déchire les coeurs par son indifférence et fait rêver les gens une dernière fois avant de les quitter.
 
 
• Style vestimentaire : Après son physique général, il faudrait aussi parler de ses vêtements qui peuvent souvent se montrer très varier, frivole, ou d'une simplicité déconcertante. Par quoi commencer ? Peut-être sa tenu la plus courante qui se résume en fait à un simple biki d'un beau bleu marin et d'une chemise blanche qu'elle laisse ouverte avec des manches lui arrivant au coude. Mais, Luxuria c'est aussi plein de style différent, que se soit les tenus style oriental ou mille et une nuits avec tous les bijoux et et le côté danseuse du ventre. En fait elle est très soigneuse avec son apparence et sa façon de s'habiller, elle ne mettra pas X pantalon s'il n'est pas bien repasser où encore Y chemise car, elle n'est pas en accord avec le reste de ses vêtement et c'est pareille pour les bijoux, si Z collier n'est pas assortit avec V boucles d'oreilles elle ne les touchera pas. En revanche, une chose remarquable cher elle, c'est que Luxuria ne s'attache jamais les cheveux et il est particulièrement rare de la voir avec un couvre chef, que se soit une casquette, un bonnet ou simplement un accessoire comme un barrette. Chose habituel également avec elle, c'est sa manie à toujours porter soit du bleu, du blanc ou du rose, peut importe ce qu'elle met il y a toujours l'un de ses trois couleur sur elle. Mais c'est aussi l'un des charme de Miss Fairy, elle n'est pas vraiment difficile question vestimentaires du moment qu'elle aime ce qu'elle met. Luxuria peut passer du style sexy, glamour et brancher au style garçon manqué, avec baggy et t-shirt largee en un clin d'oeil. Elle aime être alaise dans ce qu'elle met et que ses habits soit large ou moulent. Mais, elle se plait aussi parfois à s'habiller de façon beaucoup plus frivole en passent du look total punk, à celui de grosse sweet lolita son oublier son contraire le look gothique lolita, elle n'est pas vraiment du genre à s'habiller de façon "kawaii", de façon mignonne ou encore chou. Non, elle laisse ce genre de chose pour les petites filles, car, Luxuria n'a rien de chou, elle est belle, elle incarne la beauté et la classe simplement dans sa façon de s'habiller, un beauté parfois douce, parfois déchaîner, à la fois domptable et sauvage. En fait, elle incarne la beauté de la mer que se soit physiquement ou dans sa manière de s'habiller. Luxuria, c'est aussi l’élégance et la classe, l'expression de ses sentiments à travers ses habits et ses gestes, la maturité à travers son apparence et l'amour de l'océan à travers ses couleurs. Oui, Luxuria c'est tout ça et plus encore seulement avec son physique, c'est le fait de n'être aimer que pour son corps, c'est la souffrance des gens qu'elle a envoyer dans l'autre monde, c'est l'histoire de la vie qu'elle à mener et qu'elle mènera encore, c'est tout simplement elle et son vécu, c'est la marque de la route qu'elle a décider de suivre.

◘ Caractère & morale :


• Psychologiquement : Luxuria ? Elle n'est pas vraiment différente des autres, elle est également loin d'être pareille qu'eux. Elle a son façon de penser, pareille à certain, différente de certain, elle est finalement tout simplement humaine. Comme toute personne elle a des rêves, des envies, des espoirs, des cauchemars, des peurs, des inquiétudes et tellement d'autre chose. Elle n'est pas quelqu'un de timide par nature, elle ne l'a jamais été, plutôt du genre renfermer elle ne parle pas beaucoup voir jamais d'elle, pourtant elle n'a pas eu ce que l'on peut appeler une vie "marquante", elle a simplement toujours été du genre à rester dans son coin même étant très sociable. La raison ? Peut-être le fait de se sentir différente, avoir l'impression de ne pas être comme les autres. Elle n'a pourtant jamais été rejeté, mais le fait de s'isoler à fait d'elle la femme qu'elle est aujourd'hui. Même en riant de bon coeur, en faisant le plus beau des sourire et en montrant qu'elle est heureuse il émane d'elle une certaine froideur, une sorte d'aura mystérieuse et à la fois éblouissante qui fait que les gens n'essaye souvent pas de voir plus loin que cela d'où le fait qu'ils s'arrête à son apparence. Elle aime rire et s'amuser, mais sait aussi se montrer sérieuse quand il le faut, en revanche, il y a plusieurs petites chose qu'elle n'aime pas et elle ne s'en cache vraiment pas loin de là, elle se plait à montrer que ce genre de chose la dégoûte. De quoi s’agit-il ? Des choses bien trop frou-frou toute mignonne que les gens désigne généralement de "trop choupi", il y a aussi le cul-cul-la-praline qu'elle déteste, bien qu'elle s'habille en rose par moment, elle ne supporte pas les choses dans le genre chambre de petite ou grande princesse, ce genre de chose la répugne, mais le pire, c'est peut-être pour elle le vieux romantisme cliché sortit tout droit de vieux filme à l'eau-de-rose, elle a horreur des réplique tel que "je serais prêt à mourir pour te protéger". D'ailleurs cette simple réplique l'a toujours fait rire, mourir pour protéger quelqu'un, elle trouvait cela tellement stupide et dénuer de sens, à quoi cela servirait-il de mourir pour la personne que l'on n'aime, pour elle, il faut survivre pour cette personne et non donner sa vie, ce n'est ni un acte de bravoure et encore moins une preuve, car si l'on meurt tout ce que l'on aura fait pour protéger cette personne et être avec elle n'aura servit strictement à rien. Mise à part cela, Luxuria est également le genre de personne à écouter les gens et à les épauler quand ils ont en besoin, elle n'aime pas vraiment se faire des ennemis volontairement en revanche elle peut se montrer très rancunière, elle n'est pas du genre à jouer dans la sensiblerie et le fait qu'elle dise les choses comme elle le pense dans n'importe quel situation renforce cette image de froideur et parfois même de méchanceté gratuite. La bleu trouve d'ailleurs cela très drôle, elle qui généralement aime prendre soin des gens qui lui sont chère on la traite de sans coeur, voir d'insensible, car même si elle sourit, elle ne le fait généralement pas entièrement. Finalement, il est très facile de se tromper sur ses intentions, elle le dit pourtant souvent, pourquoi sourire lorsque l'on ne le veux pas, pourquoi faire semblent d'être ce que l'on n'est pas. Miss Fairy est plutôt du genre, vie ta vie à fond, regarde toujours droit devant toi le passé ne t'apportera rien, ne baisse pas les yeux quand tu as encore beaucoup de chose à accomplir. Toujours sûr d'elle, elle a une certaine capacité à diriger les autres tout en restant à leur écoute, elle sait jauger les situations avec une rapidité exceptionnelle, après cela elle juge simplement de la meilleur attitude à adapter, cela évite parfois les combats inutiles et les désagréments. La vie est trop courte il faut en profiter, ne pas faire attention à ce que les gens pense, c'est sa manière de vivre. Oui jusque là Luxuria à l'aire d'une femme au grand coeur, qui ne se bat jamais, respirant la joie de vivre et la froideur en même temps, qui ne règles les conflits qu'avec les mots. Et ce n'est pas vraiment faux non plus, mais.... Elle n'a pas que de bons côtés loin de là, elle montre juste moins ses mauvais côtés ce qui est bien sûr normal. Personne, ou du moins presque n'a envie de montrer ses petits secret. Quel rapport entre ses sales habitudes et des secrets ? Disons qu'elle préfères les garder égoïstement pour elle et les personnes qui le mérites que se soit dans le bon ou le mauvais sens du terme. Car oui, Luxuria n'aime pas montrer au gens qu'elle aime s'affaler au soleil et ne rien faire, se coucher sur un matelas gonflable au bord d'une plage en sirotant un bon cocktail, elle n'aime pas non plus qu'on sache qu'elle est cupide et avarde, elle aime l'argent et les choses de valeur, ainsi ce ne sera surement pas elle qui proposera de payer une tourné général sauf si elle s'en voit contrainte. Ce n'est pas vraiment un défaut, ni même un qualité selon le point de vue, mais Luxuria est loin d'être ce que l'on peut appeler une fille facile, elle peut se montrer provocatrice voir aguicheuse comme ça, une chose est sûr, ce n'est surement pas elle qui approuvera les coups d'un soir voir le fait de faire l'amour le premier soir et cela malgré son prénom qui peut porter à confusion. Pour elle la luxure ce n'est pas le fait de faire l'amour vingt fois par semaine avec dix personnes différente, serte ce pêché représente l'amour du corps, mais pas de cette façon. La luxure c'est avent tout le fait de faire rêver et fantasmer son entourage, d'éveiller l'envie de chacun et non pas de le satisfaire. Sadique ? Oui c'est également l'un de ses petits secrets, elle l'est d'ailleurs de plusieurs façon, la plus courante est le fait qu'elle ne montre aucune de ses émotions durant un combat, elle est d'une indifférence total devant la mort et devant les gens qu'elle tue bien qu'elle ne soit ni pirate ni chasseuse de prime, elle est également prête à tout pour parvenir à ses fins même si pour cela elle doit utiliser les gens, elle n'hésite d'ailleurs pas à le leur dire de façon assez cru et directe, elle n'aime pas la trahison et elle même ne trahit pas d'où le fait qu'elle dise ce genre de chose haut et fort. Luxuria c'est encore plein d'autre petite chose qu'il est plus drôle de découvrir par soit-même.
 
• Socialement : Socialement ? Luxuria est du genre à essayer de s'entendre avec tout le monde, elle n'est pas ce que l'on peut appeler une "fouille-merde", si elle peut éviter les problèmes elle le fait, même si en règles se sont généralement eux qui lui tombent dessus à son plus grand malheur. Elle est très sociable et nullement antipathique, elle ne se montre jamais méchante gratuitement pour simplement par plaisir, elle est plus du genre "défendre les faible contre les fort", car oui, elle ne supporte pas que l'on s'en prenne à plus faible que soit sauf s'il y a une bonne raison à cela. Elle n'aime pas non plus l'injustice que cela soit cher les pirates ou les marines, selon elle il n'y a ni gentils ni méchants c'est tout simplement une façon de voir les choses et chacun les voit comme bon lui semble. Il est bon de savoir également que si Luxuria est quelqu'un de sociable et distante à la fois elle se lie très difficilement au autre, les gens lui font en général facilement confiance et remette rarement ses choix en doute, à l'inverse, elle ne fait pas vraiment confiance aux autres personnes. Pour tout dire, ce n'est pas elle qui confirait sa vie à n'importe qui même si elle connait la personne depuis l'enfance. Pour qu'elle accord une confiance total en une personne il en faut beaucoup et il est recommander de ne la lui planter un couteau dans le dos, car si quelqu'un en qui elle avait fois arrivais à lui faire un coup de traître elle ne lui pardonnerait jamais et le poursuivrait jusqu'à faire couler son sang de mille et une façons avant de le tuer. Luxuria aime également tout le monde tout en les détestant, c'est assez contradictoire et même elle a parfois du mal à l'expliquer quand elle doit le faire, d'ailleurs si c'est quelque chose qui la concerne comme sa façon de pensé, de s'habiller etc. elle a toujours du mal à l'expliquer. À l'inverse quand elle doit décrire quelqu'un elle le fait bien et bref, même si elle est du genre à aimer développer les choses. Oui, elle aime développer ce qu'elle dit et même si elle ne parle pas beaucoup généralement préférant l'écoute, quand elle parle, elle le fait et bien. Elle n'aime d'ailleurs pas faire les choses à moitié, elle n'est pas perfec


◘ Histoire : [30 lignes minimum - les dialogues ne comptent pas dans le nombre de ligne]


Dernière édition par Fairy Luxuria le Mar 22 Fév 2011 - 16:10, édité 24 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kazuki
Contre-Amiral
Contre-Amiral
avatar

Profil Psy : Manipulatrice sympathique & vénale
Nombre de messages : 2391
Age : 28
Fruit du Démon : South Blue

[Feuille de personnage]
• Renommée: 2300
• Wanted: 0
• Grade dans la Marine: /

MessageSujet: Re: Une fée des mers ??? [pas fini]   Mer 16 Fév 2011 - 20:23

Yop ! Bienvenue Razz

Juste pour te mettre au courant ; Le logia de l'eau a été interdit, il n'est donc pas disponible. Il faut aussi redimensionner ton avatar, juste sur la largeur, pour qu'il ne dépasse pas 160 ^^
Revenir en haut Aller en bas
Fairy Luxuria
Nouveau
Nouveau
avatar

Nombre de messages : 8

MessageSujet: Re: Une fée des mers ??? [pas fini]   Ven 18 Fév 2011 - 13:18

Merci beaucoup de ton accueil.

En revanche, j'ai déjà prévenu pour l'avatar il est temporaire en attendent mon nouveau kit ^^
Compte au fruit du démon, désolé de demander ça, mais pourquoi a-t-il été interdit ? De plus ne serait-il pas possible de faire même un test pour voir si je peux l'avoir ou pas en sachant que je ne ferrais pas de GrosBill (oui je déteste ça Jaag pourra en témoigner) ?????
Revenir en haut Aller en bas
Kazuki
Contre-Amiral
Contre-Amiral
avatar

Profil Psy : Manipulatrice sympathique & vénale
Nombre de messages : 2391
Age : 28
Fruit du Démon : South Blue

[Feuille de personnage]
• Renommée: 2300
• Wanted: 0
• Grade dans la Marine: /

MessageSujet: Re: Une fée des mers ??? [pas fini]   Ven 18 Fév 2011 - 18:49

Yop

Disons qu'un logia, homme élément donc, qui ne supporte pas son élément c'est un peu...contradictoire ? Puisque ce n'est pas le sel de l'eau de mer qui gène les utilisateurs de FDD, mais leur incapacité à nager. Razz
Revenir en haut Aller en bas
Fairy Luxuria
Nouveau
Nouveau
avatar

Nombre de messages : 8

MessageSujet: Re: Une fée des mers ??? [pas fini]   Sam 19 Fév 2011 - 21:51

Bas justement ça rend les choses encore plus palpitante, vu que je comptais rendre les choses plus intéressante en disant que l'eau de mer bloque son pouvoir (du coup elle peut aussi se noyer comme une conne xD) de plus je comptais faire justement une histoire assez structurer autour de ça en expliquant bien le pourquoi du comment ce FDD est une malédiction du moins de son point de vu.

Donc j'aimerais juste savoir si cela dérange vraiment et s'il est vraiment interdit (bas dans ce cas je changerai xD) ou si c'est tout de même possible de l'avoir ???
Revenir en haut Aller en bas
Kazuki
Contre-Amiral
Contre-Amiral
avatar

Profil Psy : Manipulatrice sympathique & vénale
Nombre de messages : 2391
Age : 28
Fruit du Démon : South Blue

[Feuille de personnage]
• Renommée: 2300
• Wanted: 0
• Grade dans la Marine: /

MessageSujet: Re: Une fée des mers ??? [pas fini]   Sam 19 Fév 2011 - 23:24

Yop

Je vais le proposer en Coin Staff, mais je ne garantis rien ^^
Revenir en haut Aller en bas
Fairy Luxuria
Nouveau
Nouveau
avatar

Nombre de messages : 8

MessageSujet: Re: Une fée des mers ??? [pas fini]   Dim 20 Fév 2011 - 0:32

Okiii alors dans ce cas je vais attendre avent de commencer à faire le reste ^.^
Merci beaucoup en tout cas =D
Revenir en haut Aller en bas
Kazuki
Contre-Amiral
Contre-Amiral
avatar

Profil Psy : Manipulatrice sympathique & vénale
Nombre de messages : 2391
Age : 28
Fruit du Démon : South Blue

[Feuille de personnage]
• Renommée: 2300
• Wanted: 0
• Grade dans la Marine: /

MessageSujet: Re: Une fée des mers ??? [pas fini]   Dim 20 Fév 2011 - 13:44

Je suis vraiment désolée, mais ça a été refusé ^^"
Revenir en haut Aller en bas
Fairy Luxuria
Nouveau
Nouveau
avatar

Nombre de messages : 8

MessageSujet: Re: Une fée des mers ??? [pas fini]   Dim 20 Fév 2011 - 13:51

Okiii alors c'est pas grave, merci quand même =D
Revenir en haut Aller en bas
Fairy Luxuria
Nouveau
Nouveau
avatar

Nombre de messages : 8

MessageSujet: Re: Une fée des mers ??? [pas fini]   Dim 20 Fév 2011 - 16:28

• Exemple de post RP :

Je ne sais pas depuis combien de temps je te regarde cette nuit encore. Tu es là dans ton lit en train de dormir et moi, moi j'ai le sommeil qui manque, moi je n'arrive pas à fermer l'œil. Je ne sais pas non plus depuis combien de temps je ne dors plus, mais ce n'est pas grave pas vrai, après tout c'est pour toi que je ne dors pas, même si je ne te le dirais jamais.

Je m'en veux tu sais, de t'avoir laissé toutes ces nuits seuls avec tes mauvais rêves. Mais je ne peux plus rester là sans rien faire. Je fais chaque soir semblent de m'endormir, comme tu le fessais avant mais, moi si je ne dors plus ce n'est pas pour les mêmes raisons que toi. Si je ne dors pas ce n'est que pour toi, pour veiller sur toi comme j'ai toujours voulu le faire. Après tout je ne peux faire que ça désormais. Tu dors paisiblement, ça me soulage de te voir comme ça. Depuis ce jour-là tous à changer pas vrai, toi tu dors paisiblement, ou presque du moins. Et moi chaque fois que je ferme les yeux je revois leur visage et je m'en veux. De ne pas avoir été assez fort, de ne pas avoir pu les protéger, d'être resté là sans rien faire pendant que les autres se battait, de ne rien avoir pu faire pour toi. Oui, j'ai des remords. Et c'est pour cette raison que je ne peux plus dormir, car j'ai peur. Peur que si je m'endorme quelque chose t'arrive, peur de ne pas être là pour toi comme j'aurais voulu être là pour eux, peur de peut-être avoir fait les mauvais choix. Après tout j'aurais dû vous sauvez, toi et les gamins, les deux Shaolan clone ou pas.

Alors, je continue de te regarder sans un mot, sans faire un geste. Toi que j'ai interdis de mourir, toi que j'ai transformé en vampire par simple égoïsme pour ne pas te perdre. Mais, ça je ne le regrette pas au contraire, si c'était à refaire, je le referais et autant de fois qu'il le faudra, même si tu me hais. Même si tu ne veux plus jamais me voir, parce qu'au moins tu es vivant et pour moi c'est tout ce qui compte.

Tu bouges pendant ton sommeil, ce n'est pas la première fois, ce ne sera pas la dernière. Fais-tu de beau rêve? J'en doute vu comme tu t'agites. Et je ne peux encore une fois rien faire à part te regarder, de quoi rêves-tu, à qui rêves-tu? Encore à lui pas vrai ? Celui que tu essayes de fuir. Que ressens-tu pour lui, dit le-moi s'il te plait. J'ai besoin de savoir, j'ai envie de savoir.

Je reste assis sur mon lit adossé au dossier juste à côté de toi en regardant le vide qui nous sépare et je me demande si un jour cette distance disparaitra. Si seulement tu savais à quoi et comment je pense en ce moment. Cela te ferais bien rire j'en suis sûr. Moi le grand et fort Kurogane, ninja de Nihon, qui ne montre jamais ses émotions, qui est presque insensible à tous, qui s'énerve pour un rien et qui ne connais pas la douceur. Oui, moi qui pense à toi, à toi et à ton regard océan, à toi et à tes cheveux couleur soleil. Mais tu sais, moi aussi je suis humain, moi aussi je suis un homme et j'ai des sentiments. Même si je ne le montre pas...

Je pose mon regard sur toi et je remarque que tu t'es réveillé, tu me fixes intriguer, ton regard voulant tout dire. Pourquoi tu ne dors pas, que fais-tu encore réveiller, nous avons une longue route qui nous attend, si je m'inquiète pour toi c'est simplement à cause des enfants etc... Je te regarde également sans pour autant répondre aux questions silencieuses que tu me poses, alors tu ouvres la bouche pour parler.

- Kur...

- Rendort toi! Je suis assez grand pour m'occuper de moi-même et je n'ai pas sommeil.

Non je ne suis pas méchant, non je ne te déteste pas, alors arrête avec ce regard. Je t'ai interrompu avant que tu ne dises mon nom en entier. Je n'aime pas comme tu le dis, tes surnoms me manque, tes faux sourire me manque, tout ce que tu étais me manque. Même si ce n'était que du faut, au moins tu n'étais pas aussi froid, tu rigolais avec tout le monde, tu t'amusais avec mes nerfs. Et là, depuis Tokyo tout à changer, alors ne me fait pas ce regard. Ce regard qui montre que tu as de la peine, ce regard qui me demande de rester et de t'expliquer.

Je suis trop fier tu le sais, alors pourquoi devrais-je faire le premier pas. Après tout ce n'est pas entièrement ma faute. Pas vrai? Tu t'apprêtes à me répondre, mais je me lève et m'apprête à sortir de la pièce, je m'arrête devant la porte. Je ne veux pas voir ton visage à ce moment, je n'ai plus envie de me dire que c'est ma faute, que si j'étais venu avec toi et Shaolan tout cela ne se serait pas passé, que si j'avais pris mon sabre j'aurais pu l'arrêter, que si je t'avais dit depuis le début ce que je ressens j'aurais pu mieux te protéger... Non je ne veux plus me dire que si tu t'es éloigné de moi, c'est ma faute. Je ne veux plus avoir de regrets.

- Kurogane...

Et voilà, tu l'as dit. Mon nom en entier, celui qu'habituellement tu aimes prononcer avec tellement de mépris et de froideur, tu m'en veux donc tellement de ne pas t'avoir laissé mourir ?

Pourtant, cette fois, je ressens de la tristesse dans ta voix, as-tu envie que je reste, aime tu t'en que cela me faire souffrir où bien au contraire, as-tu deviné depuis longtemps que je veillais sûr toi. Te sens-tu rassurer par ma présence et c'est pour cela que tu es triste de me voir partir? J'en doute, tu n'es pas comme ça, tu n'as pas besoin de moi, moi qui a l'inverse suis devenu entièrement dépendent de toi. Pourtant, je sers le point, ravale ma salive et dit avec amertume dans la voix.

- Rendort toi j'ai dit! Je reviendrais avant que les enfants soient réveillés.

Ce que j'ai dit me fait mal tu sais, j'aurais aimé rester avec toi, près de toi, pour toujours. Mais c'est impossible, on le sait tous les deux. Sans attendre une réponse ou une quelconque protestation de ta part j'ouvre la porte pour sortir et la ferme rapidement derrière moi. Je n'ai aucune envie de rester ici, dans cet appartement où nous logeons le temps de notre escale ici. Je ne prends ni mon sabre, ni une veste, pas même un parapluie avec le temps qu'il fait. Je m'apprête à sortir quand je me tourne vers la chambre que je viens de quitter, tu dois sûrement t'être rendormit, je regarde ensuite la montre qui se trouve dans le salon, elle indique 01h30 du matin.

Une fois à l'extérieur je regarde les rues vides de toute vie. Bien qu'en début août il pleut fortement, il ne fait pas vraiment froid au contraire. Mais, cette pluie aurait pu dissuader même les plus téméraires de sortir.

Le commence à marcher sans regarder où je vais, de toute façon quel importance cela a-t-il. Hum. Je rigole doucement en secouant doucement la tête de gauche à droite. Regarde comme tu me fais penser stupide mage, je perds complètement la tête par ta faute. J'ai changé plus que je ne l'aurais voulu, plus que je ne l'aurais dû. Je soupire un grand coup, je sais où aller finalement. J'ai besoin de parler et elle pourra peut-être faire quelque chose pour moi après tout. Je regarde donc autour de moi pour reconnaitre certaine rue que l'asperge hystérique nous à montrer, Kimihiro Watanuki, le garçon du 1er avril née un premier avril. Tu as souri quand tu as entendu cela.

Nous avons tout de même été étonnés à notre arrivée dans ce monde, nous revenons ou tout a commencé. Cela veut-il dire que tout est fini ? Je ne pense pas, même si nous sommes revenus dans ce Japon, dans ce Tokyo. Mokona a fait une crise de nerf pour rester avec son double noir et Yuko. Watanuki nous a proposé de dormir chez lui, mais nous avons refusé en lui disant que c'était trop petit pour nous quatre. Déçu il est parti avec Domeki. Mine de rien je l'aime bien lui, il ne parle que quand il faut parler, ne fait rien d'inutile et en plus ne pose pas de question sauf quand il le faut.

J'arrive donc cher Yuko, je me dirige sans vraiment faire de bruit verre l'arrière de la boutique où je la vois en train de boire et de fumer. Je savais qu'elle ne dormait pas, elle ne dort jamais de toute façon, sans rien dire je me pose vers elle et elle me sert un vers de sake. Le temps passe et enfin nous parlons, sans passer par quatre chemins, de façon claire, pas besoin de se retenir, elle sait sûrement déjà ce que je vais lui dire, de mon côté je sais comment elle va réagir. Après tout cela fait déjà un long moment que nous sommes ici, je commence à la connaitre mine de rien et même si c'est une vipère rapace elle est agréable à fréquenter.

- Cela fait combien de temps que tu ne dors pas ?

- Je ne sais pas. J'ai arrêté de compter les nuits.

- Penses-tu que c'est en fuyant comme cela que tout va s'arranger.

- Je ne fuie, mais les choses se sont trop compliquer. Il a encore besoin de temps, alors pas cette nuit.

- Quand ça alors ? Pourquoi remettre à demain ce que l'on peut faire aujourd'hui.

- De toute façon nous sommes liées non ? Ce qui doit se passer se passera.

- Tout est inéluctable.

- Et nous avons encore un long chemin à faire.

- Alors va et repose toi, sinon tu ne pourras pas les protéger.

- Pas tout de suite, nous avons encore le temps.

Le temps passe, nous continuons de parler. Il doit être vers les 05h00 quand je me lève pour partir. J'ai dit que je revenais avant le réveille des enfants, c'est donc ce que je vais faire. Nous nous quittons sur un vague signe de la main et je la laisse avec le nombre incalculable de bouteilles que nous avons terminé.

Il ne s'est pas arrêté de pleuvoir, pourtant les gens commencent à sortir de chez eux pour aller travailler. Je ne me presse pas, je ne le suis pas après tout. J'arrive pourtant rapidement à l'appartement, plus rapidement que je ne l'aurais voulu, mais plus tard que je ne l'aurais dû. Je monte donc sans un bruit dans l'immeuble et rentre cher nous. Aucun bruit, tout le monde doit encore dormir. C'est une bonne chose. Je retire mes chaussures et me dirige vers la cuisine pour me prendre un verre d'eau, j'en ai bien besoin. Puis le plus doucement possible je me dirige vers la chambre que je partage avec toi, quand j'entre, je ne te trouve pas, bizarre tien, je referme donc la porte, tu es peut-être au toilette qui sais. Je m'avance donc vers l'armoire pour me changer et tu es là, juste à côté recoquiller contre le mur comme un chat laissé à l'abandon.

Avant même d'avoir pu réagir je sens une pression sur ma joue, tu m'as giflé. Je mets ma main à l'endroit de l'impact et je te regarde, tu t'es rapidement levé et je remarque que tu as l'œil encore rouge et gonflé signe qu'tu as dû beaucoup pleurer. D'ailleurs les marques de larmes sur celle-ci sont toujours visibles. Il est rare de te voir ainsi montrer tes émotions surtout devant moi sauf quand il s'agit de me faire culpabiliser ou pour me montrer combien tu m'en veux. À ce moment je m'en veux encore plus que d'habitude, c'est moi qui t'es mis dans cette êtas en partant aussi tard et par ce temps. Je me rends compte qu'en fait toi non plus tu n'as pas dû fermer l'œil de la nuit. Tu as dû rester assis dans ton coin à attendre le moment où j'allais ouvrir la porte.

Je suis désolé, tellement désolé si tu savais. Comme si la gifle n'avait pas suffi tu me frappes le torse avec tes petits points. Ça ne me fait pas mal, en tout cas pas physiquement, mais mon cœur lui souffre le martyr de te voir comme cela. Alors, je te laisse faire, tu en as besoin. Tu continus comme ça, encore plusieurs minutes, puis tu t'accroches à mon t-shirt complètement mouiller et tu te remets à pleurer en me traitent d'idiot.

Tu as raison, je suis le dernier des idiots, idiot de ne pas avoir fait plus attention à tes sentiments, idiot d'être partis comme ça, alors que tu n'avais rien fait, idiot de t'avoir fait pleurer. Je te serre donc fortement contre moi pour me faire pardonner et te consoler par la même occasion. Si tu savais comme j'ai rêvé de ce moment, où je pourrais enfin te prendre dans mes bras, même si j'aurais préféré ne jamais voir ses larmes sur ton beau visage. Surtout si elles coulent par ma faute.

Tu continus de pleurer en te blottissant encore plus contre moi, tu ne veux plus que je partes, je le sais cette fois, j'en suis certain, je ne le ferais pas, jamais de la vie. Je me penche doucement vers ton oreille afin d'y murmurer les mots que tu as voulus entendre depuis mon départ.

- Tadaima. (1)

- Hai… Yoi kaeri. (2)

Je passe une main derrière ta tête pour te caresser les cheveux et en met une autre autour de ta taille avant de te soulever et de te déposer sur ton lit. Puis je te lâche et m'éloigne de toi de seulement quelques centimètres avant que tu ne m'attrape le poignet. Tu crois que je vais encore partir ? Il en est désormais hors de question, je ne te laisserais plus jamais, quoiqu'il m'arrive je resterais toujours avec toi je te le promets. Je me mets à ta hauteur et soupire devant ton œil de chat botté, puis je te montre mes vêtements et dit d'une voix un peu moqueuse pour te remonter le moral.

- Je vais me changer. Je ne sais pas si tu as remarqué mais, à cause de toi je suis entièrement trempé.

Ça marche, tu rigoles, preuve que tu vas mieux. Tu me lâches et je vais prendre des habits dans l'armoire avant de partir dans la salle de bain pour prendre une douche. Je ne fais pas long, je ne veux pas que tu te sentes de nouveau seul, pas question, surtout pas à cause de moi.

Quand je suis de retour dans la chambre tu es allongé dans tes couvertures les yeux fermés, pourtant je te vois réagir quand je ferme la porte. Il fait encore nuit dehors alors j'éteins la lumière et je vais me coucher également même si je sais que je ne dormirais pas. Le temps passe et au bout de quelques courtes minutes je te sens venir vers moi. Tu essayes de chercher une petite place ou te mettre et je soupire avant d'ouvrir grand les bras pour que tu puisses de nouveau t'y blottir comme avant, ce que bien évidemment tu t'empresses de faire. Mais cette fois tu ne pleures pas, tu ne pleures plus, tu n'en as plus besoin. Je suis là désormais.

- Ne, Kur...

Encore une fois je ne te laisse pas finir, qui sait si cela ne va pas très vite devenir habituel. Pourtant, je ne te fais pas taire avec les paroles, mais avec ma bouche. Tu n'as pas eu le temps de réaliser, que nous nous embrassons déjà. Comment le ressens-tu ? Pour moi tes lèvres sont douces avec un gout fin de miel. Ce n'est qu'un court baisé, timide, craintif chacun de la réaction de l'autre, une simple éraflure de nos lèvres quelques secondes voir quelques minutes sans plus, mais tellement attendu de chacun de nous. Une envie enfin exprimé, un désir réalisé, un besoin extériorisé. Et pourtant, pas assez long pour apprécier pleinement le gout de l'autre mais, juste assez pour que nous ne puissions plus nous en passer. Pourtant, j'ai besoin de te le dire, il le faut.

- Gomen.

- J'ai eu peur... Que tu ne reviennes pas.

Je sais et je m'en veux terriblement si seulement tu savais, tu te relèves et me fait basculer sur le côté pour que je me retrouve allonger sur le dos. Toi tu te mets à moitié sur moi, ton torse est pratiquement collé au mien et tu t'appuies avec ton bras pour me regarder droit dans les yeux sans avoir à lever les tiens pour autant.

- Ne refais plus jamais ça... Onegai. J'ai eu tellement peur de te perdre.

- Je te le promets.

- Dans ce cas il faut sceller nos petits doigts ! C'est Watanuki-kun qui m'a dit qu'on devait faire ça qu'on en se fait une promesse.

- Ce truc de gamin ? Pas question ! Même pas pour toi!

Alors, la non, je veux bien être gentille, mais faut pas non plus abuser hein. Cher moi aussi les gosses font ça, mais ce n'est pas pour cette raison que je dois le faire aussi. On est plus des enfants non plus, Sakura et Shaolan font ça, pas nous ! Et puis j'ai promis ça devrait suffire non ? Tu sais après tout, que je tiens toujours mes promesses, surtout si cela te concerne...

- Aller, s'il te plait. S'il te plait! S'il te plait! Onegaiii Kuro-sama.

Non tu peux m'appeler comme tu veux il en est hors de question, même si tu me fais ce regard. Non c'est non. Je m'apprête justement à te répondre qu'il en est tout à fait exclu quand je remarque que la distance entre nos visages c'est énormément réduite en quelques très courtes secondes. Tu t'approches et me murmure d'une façon que je n'aime pas un dernier s'il te plait, enfin... Si j'adore la voix sensuelle que tu as pris exclusivement pour moi en ce moment, mais je la déteste également, car tu as sûrement trouvé un nouveau moyen d'obtenir tout ce que tu veux de moi. Je lève donc ma main vers toi et met en avant mon auriculaire, tu souris puis scelle nos petits doigts.

- Bon alors Kuro-ai, répète après moi d'accord.

- J'n'ai pas vraiment le choix.

- Je le jure sur mon petit doigt coupé si jamais je mens que mille aiguilles me transperce.

- Je le jure sur mon petit doigt coupé si jamais je mens que mille aiguilles me transperce

- Voilà maintenant tu peux promettre.

- J'y crois pas t'es vraiment le seul à pouvoir me faire faire ça. Mais bon, je te promets de ne plus jamais te laisser seul quoiqu'il arrive.

Tu souris et j'en fais de même, comparer à toi ce n'est pas un de ses sourires que tout le monde remarque, il est petit, sur le côté et toi seul peux le voir. Je détache nos doigts pour poser mes deux mains autour de ta taille, tu baisses la tête et nous nous embrassons, un baiser plein d'envie, attendu, qu'aucun de nous ne veux rompre. Pourquoi ferions-nous cela de toute façon, si tu savais comme je suis bien ici avec toi.

Sans que nous le remarquions le soleil commence à se lever signe que les enfants ne vont pas tarder à se réveiller pour aller à l'école. Ils y sont bien sûr comme étudient étranger donc tout le monde sait qu'ils ne resteront pas indéfiniment. Pourtant, cette vie à l'air de leur plaire, à toi aussi d'ailleurs, je romps donc l'un de nos baisés passionner et tourne la tête vers la fenêtre pendant que toi tu te couches entièrement sur mon torse en écoutant les battements de mon coeur.

- Ne Kurogane…

- Je préfère….

- Tu préfères quoi ?

- Que tu dises mon nom en entier de cette façon… Et plus avec froideur.

- Plus jamais !

- Plus jamais.

Et je t'embrasse sur le front, je mets une de mes mains dans tes cheveux et commence à doucement les caresser, ils sont tellement doux, ils sentent tellement bon, ils sont tellement comme toi. Docile et rebelle à la fois, indispensable et pourtant tellement chiant par moment. Je respire ton odeur et tu en fais de même, aucun de nous n'a envie de se lever, aucun de nous n'a envie de bouger. Rester comme cela pour toujours, dans notre bulle, dans notre monde, loin de tout ce qui te fait peur, loin de tout ce qui provoque ma haine et mon envie de sang.

- Tu ne voulais pas me dire quelque chose ?

- Si.

- Je t'écoute alors.

- Ça te dérangerais, si une fois qu'on aura retrouvé toutes les plumes de Sakura-chan… On vient vivre ici, j'aime ce monde tu sais, les enfants aussi et c'est pareille pour Mokona-chan.

- Non, on reviendra tous ici.

- Et on vivra comme une vraie famille. Tu seras le papa et moi la maman. Et ce ne sera plus un jeu…

Pour te répondre je t'embrasse tendrement, toi aussi alors tu veux revenir ici. C'est vrai que c'est calme, pas de magie, pas de ninja, pas de démon. Juste, une sorcière complètement folle, deux boules de poile, l'une blanche morfale pas comme deux, l'autre noir buveuses de sake. Et bientôt un groupe de voyageur aillant visité les dimensions, deux gosses pouvant passer pour des enfants normaux, un magicien changé en vampire avec un oeil en moins et enfin un ninja venant d'un autre Japon complètement colérique. Un beau mélange finalement.

Je regarde la montre à côté de moi qui affiche désormais 06h40, je me redresse à contre coeur avec toi dans mes bras qui t'accroches à mon coup. Tu ne comprends pas pourquoi je ne suis pas resté coucher, je le vois dans ton regard. Je te fais donc signe de regarder la montre, les enfants ne vont pas tarder à se lever et rien n'est encore prêt. Tu te prépares alors à te lever à toute vitesse mais, je n'ai pas envie que tu bouges, je te garde donc contre moi et te dépose de rapides baisés dans le coup. Tu gémis en essayant de te libérer plus pour la forme que par envie ça se voit, tu aimes ça, moi aussi d'ailleurs, j'ai envie de te dévorer, de te faire mien, tout de suite, dans la seconde.

- Kuro-chan… Arrête s'il te plait… Il faut que j'aille préparer à manger pour les enfants.

- J'aime ta voix, prononce mon prénom en entier.

- Ku… Kurogane… Onegai…

Ha, j'arrive donc moi aussi à te faire faire ce que je veux, c'est bon à savoir, sache-le, car je ne vais surement pas m'en privé bien au contraire. Mais bon, c'est vrai qu'il faut malheureusement se séparer, quel dommage. Mais, soit sûr que ce n'est que partit remise. Je te laisse donc te lever et tu sors de la chambre pour aller dans la cuisine ou du prépare le petit-déjeuner ainsi que le bentô des enfants. Pendant ce temps je me couche sur le lit avec mon bras devant les yeux pour les cacher des rayons du soleil. C'est tout de même incroyable, tu viens tout juste de partir et tu me manques déjà, mais je ne peux pas venir te rejoindre, pas encore en tout cas. Il y a les enfants et je ne sais pas si tu veux déjà l'annoncer à tout le monde. Annoncer quoi au juste en plus ? Que nous sommes ensemble. Mais, le sommes-nous vraiment ou n'était-ce qu'une petite phase passagère pour toi, car tu avais besoin d'être réconforté. Mais, quelle importance de savoir que notre aventure ne durera que quelques minutes, quelques heures, des jours, des semaines, des mois, des années ou peut-être la vie entière. Du moment que je peux rester encore prêt de toi. Même si je sais que je serais anéantît le jour où tu me diras que c'est fini.

Le temps passe et tu ne reviens pas, pourtant les enfants sont déjà partient. Je le sais, car il est déjà 08h30. Alors, pourquoi tu ne viens pas ? Ce n'est sûrement pas grave de toute façon, tu dois être en train de manger ou de ranger comme chaque jour. Je reste donc allonger et je ferme les yeux, heureusement que je ne travaille pas aujourd'hui, je regarde par la fenêtre pour voir qu'il n'y a plus aucun nuage dans le ciel signe qu'il va faire très chaud voir lourd aujourd'hui. Heureusement, je n'aime pas vraiment plus que ça la pluie, j'ai toujours été plus chaleur que toi de toute façon. Je souris et finalement laisse le sommeil me gagner la tête tournée vers le soleil. Ça fait tellement longtemps que je n'ai pas dormis après tout, pourquoi m'en privé, surtout que je sais que tu ne fuiras plus. Pourtant, j'aurais aimé que tu reviennes te coucher avec moi, nous nous serions endormit ensemble, puis réveiller ensemble...

- Kuro-WanWan je...

- ZzzZzzZ (non Kuro ne ronfle pas c'est pour montrer qu'il dort xD)

- Ho, il s'est endormit. C'est une bonne chose. Je sors mon Kuro-Ai rien-que à moi.

~~ ♀ + ♀ = ♥ (âme sensible passé votre chemin) ~~



~~ ♀ + ♀ = ♥ (Fin de la partit explicite) ~~

- Héééé, je ne savais pas que Kuro-wanwan pouvais être aussi doux et prévenant.

- Damare tame.

- Ne Kurogane….

- Hum ?

- Tu penses que les choses vont changer entre nous ?

- Tsss, t'es toujours le même stupide mage que je sache et moi… Bas je suis moi. Donc pourquoi quelque chose devrais changer.

Tu ne réponds pas fermant les yeux pour t'endormir. Ta nuit a été longue et ta journée aussi tu mérites bien un peu de repos. Une fois que tu es entièrement dans les bras de Morphée j'admire ton visage tellement serin et je ne peux m'empêcher de te comparer à un ange. Si tu savais comme j'aimerais que tu te réveilles dans mes bras pourtant, j'ai joué la marmotte toute la journée et là, bas il faut vraiment que je sorte de mon lit sinon ça ne va pas le faire en plus je commence à avoir faim.

J'essaye donc de me lever le plus doucement possible sans te réveiller. Tu ressens vite que je ne suis plus avec toi. Quel abrutit tu fais vraiment, un vrai chat à vrai dire. Tu te mets en boule tremble un peu et ouvre doucement les yeux pour te tourner vers moi à moitié endormit.

- Kuro-chan ?

- Rendort toi, je vais juste me douché et mangé un coup.

- Attends je vais te préparer quelque chose.

J'arrive vers toi et te regarde durement en te disant de rester couché, car je peux me débrouiller seul et que de toute façon je ne vais pas partir. Tu te rendors et je prends de nouveau vêtement avant d'aller me douché pour me détendre. Une fois dans la baignoire je laisse l'eau chaude coulé et quand elle est bien remplie, je rentre à l'intérieur pour détendre tous les muscles de mon corps. Haaaaa ! Cela fait tellement de bien. Je laisse partir ma tête en arrière et ferme les yeux pour profiter de la chaleur.

Je ne sais pas vraiment combien de temps je suis resté dans le bain, mais quand je sors pour aller manger un petit quelque chose il fait déjà nuit et tu dors encore. Je m'habille, range mes vêtements, soit au sale soit à leur place respective et me dirige vers la cuisine pour voir ce qu'il y a à manger et malheureusement pour moi, rien n'est préparé. Je regarde donc la montre qui affiche 20h30. Je soupire prend le téléphone et appelle Yuko qui s'empresse de me répondre avec une voix et des paroles franche, mais très douteuse surtout.

- Haiiiii Kuroganéééé. Alors raconte, il s'est passé quelque chose. Allez raconte-moi tout vilain garçon.

- Urusai baka ! Tsss. Bon je t'appelle pour que tu m'envoie l'asperge qui te sert de boniche.

- Haaa, Watanuki ?

- Ouais, j'ai besoin qu'il vienne me rendre un service.

- D'accord, mais tu me raconteras tout demain alors, je veux savoir ! Je veux savoir !

Je raccroche et me pose devant la télé en attendent sa venue, avec la chance que j'ai il va encore ramener les deux bestioles avec lui. Tssss, franchement. Si j'avais su, je serais resté au lit avec l'autre belle au bois dormant. Mais bon au moins tu dors encore et j'espère, que tu fais de beau rêve sans lui à l'intérieur.

La porte sonne, c'est sûrement la boniche de Yuko, je vais ouvrir la porte et comme je m'y attendais une boule de neige blanche et l'autre noir me saute dessus en criant un grand "Kuro-Pii". Je leur dis donc de ne pas crier et surtout de me lâcher et une fois cela fait je donne un porte-monnaie à la seule personne du groupe à qui j'ai demandé de venir donc, Watanuki. Je lui dis d'aller acheter deux Oden du Renard et de revenir rapidement si possible puis lui ferme la porte au nez. Moi méchant ? Bien sûr que non. Je ne l'exploite pas non plus et de toute façon comparer à comment le trait la sorcière je suis gentil.

Une fois qu'il est parti je retourne m'asseoir dans le salon pour regarder la télévision et là, j'entends la porte de notre chambre s'ouvrir. T-ai-je réveillé ou l'étais-tu déjà depuis un moment? Tu sors de la chambre doucement, un peu trop même je trouve. Je me tourne donc vers toi pour te voir simplement habillé d'un trop long t-shirt et d'un caleçon un peu trop large pour toi, noir avec un motif de dragon rouge sur le côté comme l'un des miens... Attends... MAIS C'EST LE MIEN ! Pfff, vraiment il y a que toi pour faire ça, d'ailleurs le haut que tu portes est aussi à moi. Tu bailles et t'avance sans vraiment voir où tu vas. Tu es encore tout endormis et pourtant tu as trouvé la force et le courage de mettre mes fringues, enfin, ça ne me dérange pas plus que ça, en fait ça me fait plutôt rire de te voir comme ça, toi qui d'habitude n'est jamais fatigué et est toujours prêt à faire des conneries.

Mais non, cette fois t'es tellement crevé que la seule chose que tu fais, c'est venir t'asseoir et te blottir contre moi. Tu trembles, tu as froid donc ou alors est-ce un frison de peur, car tu doutes de ma réaction. Je préfère me dire qu'il s'agit de la première solution même si nous sommes en plein été et qu'il fait surement passé les 30°. Je me lève donc et je remarque que tu me regardes comme un pauvre animal que l'on vient d'abandonner. Je lâche donc un long soupire entre dans la chambre et en ressors quelques secondes plus tard l'une de mes chemises à la main. Une fois vers toi je te la pose sur la tête avant de me reposer.

- Vu qu'il semble que tu aimes bien porter mes vêtements prend sa aussi. Tu auras moins froid et c'est plus pratique qu'une couverture surtout en cette saison.

- Arigato, Kuro-myu.

Tu la mets, sans rien dire de plus avant de te blottir à nouveau contre moi. Je passe mon bras autour te tes épaules tout en continuer de regarder un manga que j'apprécie vraiment. Pourtant, j'ai oublié avec qui je me trouvais tu sais, oui oui, tu as deviné ? Bas, je me trouve avec la pire poule du poulailler, celle qui cocotte le plus. Oui je parle bien de toi qui justement es pris d'une soudaine envie de me faire un brin de causette.

- Tu regardes quoi?

- Un manga.

- C'est quoi le nom?

- Devil May Cry. Un manga tiré d'un jeu vidéo.

- Ha. Et c'est quoi l'histoire.

Et voilà j'en étais sûr, j'aurais dû te dire que je ne savais pas, que je le regardais comme ça, parce qu'il y avait rien d'autre ou une connerie du genre. Mais là je vais devoir lui expliquer le principe du manga et du jeu est au passage est vraiment grandiose (grosse dédicace, je suis une fane xD). Donc bon, de toute façon pas moyen de faire comme si je m'en souvenais pas ou d'essayer de changer de sujet.

- C'est un mec qui s'appelle Dante et qui est née de l'union d'un démon Sparada et d'une humaine. Grâce à son père il a des pouvoir de démon d'ailleurs il les chasses et les tue selon la volonté de son paternel qui c'est rebeller contre eux. Il a toujours deux berettas et une immense épée avec lui.

- Ah bon? Et comment il sait où ils sont les démons?

- Bas, il a ouvert une sorte de petite bureau justement appeler Devil May Cry ou on l'engage pour se débarrasser d'eux.

- Ils ne doivent pas être beau.

- Ils peuvent prendre forme humaine et c'est justement comme ça qu'ils foutent un gros bordel.

Tu es tout émerveiller devant ce que je viens de te dire et tu te mets à fixer le manga avec attention, encore plus que moi-même.

- En plus il est beau et il a la classe avec sa grosse épée, tu crois qu'il existe dans une autre dimension?

Mais, c'est que tu me nargues en plus. Tu dois surement être mort de rire à l'intérieur de toi-même surtout vu le grand sourire que tu me fais. Moi jaloux ? Oui et alors ? Je suis sur le point de te répondre quand on sonne à la porte. Je me détache donc de toi, enfin du peu que l'on était attaché et je vais voir qui peut bien venir à une heure aussi tardive. Dieu, pourquoi je me le demande, alors que c'est tout à fait logique que c'est l'asperge (4). J'ouvre la porte, prends l'oden qu'il me tend avec mon port-monnaye et je referme en le remerciant vaguement avant que les deux boules de neige ne voient que tu es réveillé. Vous laissez ensemble les trois seuls avec moi au centre je l'ai fait une fois pas deux. Je ne suis pas fou non plus et suicidaire encore moins !

Une fois sûr que tout le petit monde est bien partit je reviens vers toi, au moment où tu sens la bonne odeur de l'oden tu bondis pour me sauter dessus. Heureusement pour moi et malheureusement pour toi j'ai le réflexe de me mettre sur le côté du coup tu atterris joliment sur le mur derrière moi. Après un énième grognement de ma part depuis que nous avons commencé notre voyage je retourne me poser sur le canapé et pose les deux bols, avec pour toi une cuillère et une fourchette, car tu ne t'es toujours pas habituer aux baguettes alors que moi je ne mange bien qu'avec cela.

Tu reviens te poser à côté de moi en boudant. Tu as compris que c'était une petite vengeance de ma part pour le cou de tout-à-l'heure. Tu fais la mou et commence à manger sans dire un mot, pour une fois tien, mine de rien tu ne peux pas savoir comme cela fait du bien par moment. Le calme et le silence je me suis longtemps demander si tu savais ce que cela voulait dire. Et sans le vouloir je commence à repenser à toutes ses nuits où je t'entendais essayer de cacher tes pleurs par peur de me réveiller sans même savoir que je l'étais. Ou encore quand tu fessais le mort et que je me levais pour sortir de la chambre, tu le savais, pas vrai ? Que je fessais ça. Tu étais toujours réveillé dans ces moments faisant semblent de rien comme si tu dormais toujours. Mais j'ai tout de suite remarqué quand tu fessais semblent de dormir ou pas.

- Kurogane?

Je reviens sur terre au son de ta voix inquiète m'appeler par mon nom en entier. Je n'ai même pas remarqué que j'avais arrêté toute activité. Je tourne la tête vers toi et tu m'interroges du regard, je me penche donc vers toi afin de te déposer un rapide baisé sur le front.

- Je vais bien ne t'en fais pas.

- Mais, à quoi pensais-tu ?

- À rien.

Tu ne m'en demandes pas plus comprenant que je n'ai pas envie d'en parler. Tu penses surement que cela à quelque chose à voir avec toi et tu n'aurais pas tout à fait tort. Mais ce n'est pas ça, pas vrai ? Tu dois en fait penser que je regrette, que j'ai fait cela simplement parce que tu es le premier qui me soit tombé sous la main, que tu n'es qu'un passe-temps, rien d'important. Juste un passe-temps, que je vais vite oublier. Mais je ne suis pas comme ça, quand le comprendras-tu enfin. Je pose tout sur la table et remarque que tu vas ouvrir la bouche pour me dire que ce n'est pas grave si je regrette après tout c'est normal et bla bla bla. Je passe donc mes bras autour de toi en nous collons l'un à l'autre, tu me regardes avec de grands yeux et je t'embrasse.

- Franchement, combien de fois je vais devoir t'empêcher de dire des conneries en t'embrassent.

- Kuro-pii...

- Bon alors écoute bien parce que s'est pas demain la veille que je vais répéter ce que je vais te dire tu as compris. Je t'aime, je ne regrette rien et je ne regretterais jamais rien en ce qui te concerne d'accord. Tu es sûrement la plus belle chose qui me soit arrivée depuis la mort de mes parents. J'ai enfin trouvé ma raison de vivre et de rester vivant surtout. Il n'est plus question pour moi de ne chercher que la force ou un adversaire plus fort pour en finir avec moi. Désormais je ne veux qu'une seule chose, c'est te protégé et qu'importe ce qui m'arrivera du moment qu'il ne t'arrive rien à toi. Je n'ai pas peur tu comprends et je me fiche de ce qui a pu t'arriver dans le passé. Pour moi tout ce qui compte c'est aujourd'hui, le moment présent d'accord. Mais si bien sûr tu as envie de parler je suis là pour t'écouter et surtout, je ne laisserais pas celui qui te poursuit de faire du mal.

- Kuro-Kuro...

- Pffff, incroyable. Même dans un moment comme ça tu trouves le moyen de me donner un surnom. Baka.

Tu souris même si tu as les larmes aux yeux. Tu te sers encore plus fort à moi en attrapent mon t-shirt et te met à pleurer. Une vraie fillette je vous jure ce n'est pas possible. En plus, ça ne te ressemble pas, toi qui d'habitude cache toujours tes sentiments derrières ce masque moqueur et rieur voilà que tu te laisses aller tout cela parce que j'ai dit que je ne laisserais personne te faire de mal. Pourtant, c'est vrai tu sais, je le pense et tu verras que je le ferais, je ne laisserais jamais personne te faire de mal quitte à revoir du sang coulé sur mes mains qui ont sont déjà pleines. Même si je perds de ma force, je pourrais toujours la récupérée plus tard, et même si je ne pouvais pas, je n'hésiterais pas à tuer pour toi. Je tuerais tous ceux qui feront couler tes larmes.

- Tu sais si on ne mange pas rapidement ça va refroidir.

Tu me lâches et te retourne pour bouder en mangent. Tu ne voulais pas me lâcher mais t'en pis pour toi, moi j'ai faim et je compte bien manger. Je reprends donc mon bol entre mes mains et tout en regardant la télévision je me nourris.

Une fois terminé tu fais la vaisselle pendant que je retourne me doucher. Il doit être dans les environs de 22h00 et quand j'arrive dans le salon je suis habillé d'un jean large noir et d'une chemise de la même couleur avec les premiers boutons du col détaché donnant vu sur mon coup le tout accompagner d'une cravate rouge complètement desserrer. Toi tu es encore affalé sur ton fauteuil à zapper cherchant quelque chose de potable à regarder. Je m'approche donc de toi et t'enlace par derrière pendant que tu lèves la tête, surpris, mais avec un immense sourire aux lèvres.

- Kuro-dady sent bon. Encore plus que d'habitude.

- Damare tame, va te préparer ce soir on sort.

- Un rendez-vous galant ?

- Non. Juste une sortit rien-que nous deux.

- On va ou ?

- On improvise.

Tu souris et une fois que je te lâche tu cours dans la salle de bain te doucher et de préparer. Je m'assois donc sur la table de la salle à manger en t'attendent et commence à lire le journal, rien de vraiment nouveau ou intéressant en fait. Depuis que nous sommes arrivés dans ce monde c'est toujours la même chose, X fille s'est fait violer, Y garçon est toujours porté disparu. Je repose dans le journal et quelque chose attire mon oeil, une nouvelle très intéressante. Un parc d'attractions vient d'ouvrir et c'est gratuit pour... Les couples. Te connaissant je sais que tu vas vouloir y aller donc autant en profiter et une nuit dans une fête foraine cela ne nous fera pas de mal même à moi.

Après un moment tu me rejoins habiller d'un jean un peu trop large pour toi et bizarrement aussi foncé que le mien, tu as également une chemise blanche que comparer à moi, tu as entièrement fermé et une cravate bleue assez claire ce qui te va très bien. Tu t'approches de moi et t'assois sur mes genoux. Même si ta chemise est fermée ton coup est bien visible et j'y plonge mon visage pour y déposer un tendre baisé.

- Tu sens bon toi aussi.

- C'est normal j'ai mis le parfum de Kuro-ai.

- Dit moi t'en as pas mare de me prendre mes affaires ?

- Non, mais si je l'ai ai sur moi c'est comme si tu étais toujours avec moi. Sinon tu as choisis ou on allait aller ?

- Oui, mais c'est une surprise.

Si tu savais comme j'aime te faire bouder, je ne m'en lasserais jamais. Après t'être levé nous nous dirigeons vers la porte, avant de sortir je regarde si tout est bien étain et je ferme la porte à clef. Je te demande d'attendre devant la porte de l'immeuble et je pars chercher la voiture, nous en avons pris une belle et comme c'est l'été elle est bien évidemment décapotable et selon mon bon vouloir, vu que c'est moi qui la conduit, elle est entièrement noire métalliser. Bas oui j'ai eu le temps de passer mon permis moi ! Faut dire que ce n'est pas très différant de notre voiture du pays de Piffle.

Quand j'arrive devant toi tu souris, heureux de monter seul avec moi. Durant tout le voyage tu me demandes où je t'amène, mais je ne te dis rien. J'en viens même à me demander si tu sais ce que c'est qu'une surprise franchement. Je conduis un long moment et pour t'entendre le moins possible je mets de la musique. Une radio que tout le monde aime et où il passe toujours les dernières musiques qui ont fait un carton. En ce moment c'est une musique de Shuga Shikao d'on le titre est 19sai. Tu l'adores et tu te mets même à la chanter ce qui me faire sourire.

J'arrête la voiture et tu remarques que nous sommes enfin arrivés. À voir ta tête tu ne t'y attendais pas. Tu tournes la tête plusieurs fois de suite, d'abord vers moi puis vers le parc d'attraction avec de gros yeux remplit d'étoile. À cette heure-ci il n'y a surement plus que des couples et des groupes d'amis, mais aucun enfant et sûrement personne en dessous de 16ans. Quoique, ça ne m'étonnerais même pas de tomber sur la sorcière et les autres. Enfin ce n'est pas très grave du moment que tu t'amuses.

Quand la voiture est verrouillée et que tu daignes enfin en sortir tu m'attrapes le bras et nous commençons à marcher. Arriver devant le guichet la femme nous regarde étrangement et pour tout dire j'aurais préféré qu'elle nous regarde avec peut-être un air de dégout et qu'elle nous arrête. Mais là, je remarque bien qu'elle nous regarde avec un filet de bave sur le côté. Elle doit être en train de s'imaginer des tonnes de choses pas très catholiques que je préférerais personnellement garder entre toi et moi.

Une fois à l'intérieur tu es émerveillé, comme je le pensais, il n'y a que des couples et à cette vue tu t'empresses de te coller encore plus à moi surtout quand tu vois un groupe de filles regarder vers nous. Tu me tires en me disant que tu veux très rapidement aller faire ton premier carrousel et nous commençons bien évidemment par le grand huit. Heureusement qu'ils ont tout prévu, car s'ils fessaient les sièges à peine plus petit je n'aurais pas pu entrer à l'intérieur.

Cela fait longtemps que nous n'avons pas pris du bon-temps, nous ne pensons à rien d'autre qu'à nous, plus de plume, de soucis, de fuite, de recherche, de mort. Il n'y a plus que les bons moments que nous partageons ensemble désormais et pour toujours.

Après le grand huit tu as la tête qui tourne, mais tu ne veux pas t'arrêter tu veux faire encore plus de manège tous plus rapide et farfelu les uns que les autres, du coup tu te retrouves un nombre incalculable de fois la tête en bas. Après un nouveau tour dans le train fantôme tu me demandes de faire la grande roue avec toi. Je refuse plus pour la forme que par envie, je n'ai pas envie que tu saches que tu peux me demander ce que tu veux et je le ferais dans la seconde qui suit après tout j'ai ma fierté. Même si j'ai l'impression qu'elle m'a un peu laissé tomber ces temps-ci.

Nous montons donc dans une des cabines de la grande roue seule en tête-à-tête, cela te fait vraiment plaisir. On dirait que tu n'es jamais monté aussi haut, te sent tu libres désormais ? Tu te mets debout et ouvre grand les bras en tournant sur toi-même chose formellement déconseiller de faire dans ce genre d'endroit passablement instable. Mais de toute façon quoi que je dise tu n'en fais finalement qu'à ta tête donc à quoi bon.

- Regarde Kuro-chan, j'ai l'impression d'être un oiseau à cette hauteur.

- Ouais mais si tu continus à tourner comme ça tu vas faire basculer la cabine.

- Ne n'est pas grave. Parce-que tu es la mon Kuro et que je n'ai pas peur.

Tu me souris et soudain la cabine s'arrête, tu perds ton sourire et je regarde vers le bas pour voir plusieurs personnes paniquer. Puis je regarde les alentours, tout le quartier subit une panne de courant à ce que je vois et elle touche tout le quartier et ses alentours. Et bien sûr avec la chance que nous avons, nous sommes au sommet de la tour.

- Dit tu crois qu'on va rester ici longtemps.

- Pourquoi tu as peur.

Tu souris et t'approche de moi, c'est une petite pique que je n'ai pas pu m'empêcher de te lancer et tu t'empresses de me répondre en t'asseyant sur mes genoux. Tu attrapes ma cravate avec une main tout en passant l'autre sous ma chemise et me murmure sensuellement à l'oreille.

- Non, j'ai juste envie d'essayer de faire l'amour avec toi dans les airs.

- Et si l'électricité revient pendant que nous le faisons ?

- Héé, Kuro-dady doute de moi ?

- J'aurais dû me douter que tu étais derrière tout ça.

- Kuro-pii me connais trop bien, mais c'était trop louche et trop risquer de n'arrêter l'électricité que sur la grande roue.

- Tu es sûr de toi donc ?

- Oui, j'ai besoin de sentir la chaleur de Kuro-sama.

- À ta guise.

Vu que cela semble te tenir à coeur je t'embrasse et dieu seul sait si c'est encore un de tes tours ou le destin, mais je ne cherche même pas à comprendre pourquoi il fait de plus en plus noir. Ni pourquoi en plein été un gros nuage vient cacher la lune. Ce que je sais, c'est que l'atmosphère devient de plus en plus chaude. On étoufferait presque dans cette cabine. Donc pour que tu n'es pas trop chaud je commence à te retirer ton haut et nous reprenons notre activité de cet après-midi à la différence que c'est encore plus intense. Après tout, aucun de nous deux ne sait combien de temps il reste avant que le courant ne revienne et avec ou sans magie je doute que tu puisses maintenir cette situation surtout vu ton êtas.

Une fois notre activité terminée tu souris et te rhabille, j'en fais de même. Une fois prêt du t'assois à côté de moi en appuyant ta tête sur mon épaule et tu rigoles. Il est vrai que cette situation est très comique, il faudra peut-être envisager de retenter l'expérience. De toute façon avec tous les mondes que l'on visite on pourra surement le faire dans divers endroits.

Une fois de retour en bas nous faisons comme si de rien n'était. Tu t'amuses vraiment de la situation et tu me demandes de faire encore d'autres attractions. Pourquoi pas, mais pas tout de suite alors. Je t'amène t'acheter une barbe-à-papa et tu me forces à y gouter ne serait-ce qu'un petit peu, je refuse et tu m'en mets dans la bouche sans que je ne puisse rien dire.

Puis nous faisons le tour de petit stands, comme celui de la pêche aux canards, celui où tu peux gagner un poisson et les incontournables stands d'adresse aussi bien celui de tire aux faux fusils que celui ou le but est de faire tomber les boîtes de conserves. Du coup comme je dois m'y coller parce que " C'est au papa de gagner des cadeaux pour la maman " comme tu as tellement aimé le crier devant plusieurs stands. Et bien tu repars chaque fois avec le cadeau qui t'as le plus taper dans l'oeil. Heureusement que le coffre de la voiture est grand ainsi que la banquette arrière.

Tu sembles fatiguer au bout d'un moment, normal me diras-tu avec la journée que nous avons passé. De plus nous avons déjà fait le tour des stands et des attractions, je te propose donc de partir ce que tu acceptes. Durant le voyage tu t'endors presque à moitié sur la peluche que tu as élue comme ta favorite. Comble de l'ironie, c'est un gros chien noir avec un bandeau de ninja que tu sers fort contre toi la tête dans son coup.

- Wouaf-Wouaf, mon nom est Kuro-toutou et il n'y a pas meilleur chien de garde que moi. Wouaf !

- Bon tu as pas bientôt fini tes conneries, t'étais pas fatigué ?

- Mais je ne veux pas dormir avant d'arriver à la maison.

- Raaaaa, mais je te porterais.

- Papa est méchant, il ne veut pas laisser maman s'endormir dans ses bras.

- Non je veux surtout que tu te taises et que tu arrêtes de dire des stupidités.

Tu rigoles et continue de jouer avec mes nerfs, tu as de la chance toi, sache le ! Si je n'étais pas dans cette voiture et qu'elle n'était pas aussi belle je l'enverrais contre le mur. Enfin, à qui je ferais croire ça de toute façon. Je soupire et essaye de me concentrer le plus possible sans écouter la stupide petite chanson que tu viens d'inventer et que tu chantes comme un gamin.

- Wouaf Wouaf, Kuro-toutou est fâché. Faites attention à ce gros chien de garde sinon il viendra vous attaquer. Wouaf Wouaf

Calme, il faut que je reste CALME, ne surtout pas le tuer même si ce n'est pas l'envie qui manque. Toi, t'as vraiment, mais alors VRAIMENT de la chance que je conduise. Heureusement pour moi nous arrivons enfin à la maison, comme je m'en doutais tu cours en portant ta peluche et en me laissant porter le reste. Il ne faut pas mentir je m'y attendais, je la voyais venir grosse comme ça celle-là bien du genre. " Tu les as gagnés alors tu les portes. " Tout à fait ton genre d'ailleurs. J'essaye donc de tout porter en fessant bien attention à ne rien lâcher et une fois dans l'appartement je pose tout sur le fauteuil et te rejoins dans notre chambre. Tu t'es déjà couché dans mon lit en boule avec ta grosse peluche dans les bras, je soupire tout en fessant un sourire que tu ne vois pas et dit finalement l'une voix qui se veut lasse.

- J'espère que tu sais qu'on ne pourra pas tenir tous les trois sur ce petit lit.

La phrase que je viens de dire fait son effet et tu te redresses à toute vitesse avec des yeux de petits chats laisser à l'abandon. Tu ressers ta prises sur le chien se trouvant dans tes bras et me dis presque au bord des larmes.

- Mais, moi je veux dormir avec mes deux Kuro.

- Pas moyen le lit est trop petit et ta peluche trop grosse.

- Même si on se colle le plus possible ?

- Oui.

Tu fais mine de réfléchir à quelque chose puis tu poses ta peluche à côté du lit avec un bon gros smile tout enjoy.

- Voilà, comme sa Kuro-toutou monte la garde pour nous deux et Kuro-myu viendra dormir à côté de moi.

Je te regarde rigoler, si j'avais su que c'était aussi simple de voir l'un de tes vrais sourires, croit moi que je t'aurais dit depuis longtemps que je t'aime. Enfin, ce qui est fait est fait et tes sourires ne sont désignés qu'à moi seul. À personne d'autre qu'à moi. Je vais donc me mettre en pyjama ce qui se résume à un simple caleçon bien large seul, puis je viens me coucher à côté de toi. Enfin c'est ce que j'aurais fait si je n'avais pas réalisé au moment de lever la couverture que tu portais... Une nuisette, oui j'ai bien dit, une simple petite nuisette en satin presque entièrement transparente de couleur noire avec de la dentelle bleue. Dieu pourquoi je suis encore choqué parce qu'il fait.

- Haaaa, alors ? Ma tenue plait-elle à Kuro-sama ?

- Juste une question, tu es au courant que les nuisettes c'est fait pour les femmes ?

- Hai.

- Alors, pourquoi tu en porte une ?

- Parce-que Maman voulait faire plaisir à papa.

Paf, encore l'attaque du big smile enjoy tout à fait innocent. Dieu mais quelle exaspération, pourquoi tu ne peux pas être comme tous les hommes normaux. Tu te redresses et là c'est THE tilte de la mort qui tue, je m'approche de toi, te prend par la taille afin de te poser sur mes genoux et t'embrasser. Finalement je suis heureux que tu ne sois pas comme tous les autres, parce que tu es le seul à qui ce genre de vêtement va aussi merveilleusement bien. J'arrive parfaitement à voir tous les traits de ton corps qui sont encore plus soulignés par cette nuisette. Dommage en revanche que tu ne puisses pas la porter la nuit entière.

- En fait... Tu devrais en mettre plus souvent.

- Papa est donc heureux ?

- Oui très même.

- Je t'aime.

- Moi aussi je t'aime.
Revenir en haut Aller en bas
Kazuki
Contre-Amiral
Contre-Amiral
avatar

Profil Psy : Manipulatrice sympathique & vénale
Nombre de messages : 2391
Age : 28
Fruit du Démon : South Blue

[Feuille de personnage]
• Renommée: 2300
• Wanted: 0
• Grade dans la Marine: /

MessageSujet: Re: Une fée des mers ??? [pas fini]   Mar 22 Fév 2011 - 18:38

Yop

A propos de ton épée, pour le fruit qu'elle a ingéré, je te propose qu'il s'agisse du fruit des éléments, ainsi, ça te ferait une bonne justification au niveau du pouvoir de l'épée. Autrement, dire qu'il s'agit d'un autre fruit serait redondant avec le fruit des éléments. Je te mets la définition qui, je trouve, colle aux différentes transformations de l'épée :

Citation :
Yōso Yōso No Mi (lvl 6): (Paramécia des 4 éléments) Permet à l'utilisateur de créer des sphères contenant 1 des 4 éléments : eau, feu, terre, air. La taille des sphères ne peuvent excéder celle d'une balle de baseball. L'utilisateur doit également se servir de sa force brute pour jeter les sphères (si il les jette). L'avantage de ce fruit est sa polyvalence mais chaque élément est très confiné dans une petite zone (et assez affaibli). Il est également possible d'effectuer des fusions entre sphères comme l'eau et le feu qui font un nuage de vapeur ou autre. Il est possible de rajouter ces mini-sphères dans des objets et faire des sortes de fusions.
Revenir en haut Aller en bas
Fairy Luxuria
Nouveau
Nouveau
avatar

Nombre de messages : 8

MessageSujet: Re: Une fée des mers ??? [pas fini]   Mer 23 Fév 2011 - 8:25

Mais ce fruit n'était il pas déjà pris pas quelqu'un ???
De plus j'aurais aimer pouvoir également contrôler la foudre et la glace et vraiment faire en sorte que mon épée "absorbe" un élément et non le contrôler. Enfin, si elle est refuser je changerais bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Kazuki
Contre-Amiral
Contre-Amiral
avatar

Profil Psy : Manipulatrice sympathique & vénale
Nombre de messages : 2391
Age : 28
Fruit du Démon : South Blue

[Feuille de personnage]
• Renommée: 2300
• Wanted: 0
• Grade dans la Marine: /

MessageSujet: Re: Une fée des mers ??? [pas fini]   Mer 23 Fév 2011 - 13:03

Le fruit est libre, il était à quelqu'un qui a été banni. Autrement, la glace c'est faisable vu que c'est un état de l'eau, mais la foudre je pense pas que ça soit possible. Et dire que l'épée à absorbé un fruit qui lui permet de contrôler les éléments, ça rend ce fruit redondant avec le Yoso² Razz Sinon, tu peux modifier la definition du Yoso² et y rajouter Foudre, je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Kazuki
Contre-Amiral
Contre-Amiral
avatar

Profil Psy : Manipulatrice sympathique & vénale
Nombre de messages : 2391
Age : 28
Fruit du Démon : South Blue

[Feuille de personnage]
• Renommée: 2300
• Wanted: 0
• Grade dans la Marine: /

MessageSujet: Re: Une fée des mers ??? [pas fini]   Lun 14 Mar 2011 - 18:15

Où en est cette fiche ? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Cyanure
Pirate légendaire
Pirate légendaire
avatar

Profil Psy : Mauvaise jusqu'à l'os!
Nombre de messages : 2460
Fruit du Démon : Toro Toro no mi

[Feuille de personnage]
• Renommée: 4025
• Wanted: 411.000.000
• Grade dans la Marine: /

MessageSujet: Re: Une fée des mers ??? [pas fini]   Mar 3 Mai 2011 - 19:16

piqure de rappel
Revenir en haut Aller en bas
Cyanure
Pirate légendaire
Pirate légendaire
avatar

Profil Psy : Mauvaise jusqu'à l'os!
Nombre de messages : 2460
Fruit du Démon : Toro Toro no mi

[Feuille de personnage]
• Renommée: 4025
• Wanted: 411.000.000
• Grade dans la Marine: /

MessageSujet: Re: Une fée des mers ??? [pas fini]   Mar 24 Mai 2011 - 19:06

Pas de nouvelles -> corbeille.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une fée des mers ??? [pas fini]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une fée des mers ??? [pas fini]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Embuscade maritime [Corbeau des Mers]
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Sarkozy ap fè rondomon lè Obama fini pale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One piece Rpg :: - Accueil - :: - Accueil - :: Présentation Refusés et/ou Non Finies (poubelle)-
Sauter vers: