Remonter
Descendre

One piece Rpg

Bienvenue sur les mers du Rp, Invité
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jack BLack le destructeur [en court]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Jack BLack le destructeur [en court]    Sam 16 Avr 2011 - 12:35








- Présentation du joueur IRL -

Prénom : Gabriel
Age : 18 ans
Homme/Femme/Okama :Homme
Comment avez vous connu le forum : Par top site
Combien d'heures vous vous connectez par jour : Pas beaucoup
Tes Mangas préférés : One piece Very Happy
Ton personnage préféré dans One Piece : Shanks
Ce qui t'as motivé à venir : Le rp Very Happy Very Happy
Tes expériences dans le domaine du Rp/JdR : Je rp sa fait 2 ans donc je sais pas trop Razz
Hobbys : La musique Very Happy
Autre(s) :

- Présentation du personnage -


• Nom & Prenom :Jack Black

• Surnom : Le tourmenteur

• Age : 25 ans

• Race : Humain

• Camp : Pirate !

• Orientation psychologique : Bon et mauvais

• Métier/Spécialité : Naviguateur

• Pouvoir demandé : Logia de la lumière et Un sabre de mauvaise facture, un nécessaire de construction instantané, une trousse de premier soins biochimiques, outils, équipement d'observation et enfin, une trousseau de fléchettes.


• Rêve(s)/But(s) du personnage : Éradiquer la piraterie bien sûr.

• Code présentation :



? Description Physique :
Tout ce que l’on peut expliciter sur ce corps malingre et ce visage diabolique, c’est qu’il est en communion avec son passé pour le moins agité. Pas vraiment musculeux, son corps est néanmoins taillé pour plaire, svelte et dessiné, travaillé par ses recherches toujours un peu poussé à chaque renouvellement. Sa corpulence s’axe sur la souplesse et l’agilité, qui au demeurant de procurer une célérité optimisée, muni Jack d’une facilité instinctive sidérante, d’ordinaire moteur d’une prééminence face à ses adversaires. Il paraît que c’est effectivement ses opérations à beaucoup périlleuses, qui, faute de personnel, se sont effectués sur sa propre personne, lui ont conféré ces aptitudes physiques, de même que la vélocité et la férocité les accompagnants. En effet, il eu un énorme éperdu d’opérations hasardées et à risques qui se déroulèrent durant sa prime jeunesse, naguère après son passage à l’âge adolescents. C’est vous dire, son opération jusqu’à aujourd’hui la plus importante sur sa propre personne fût la métamorphose métallique de la partie articulée servant de lien entre la jambe et la cuisse ; les genoux. Argumentons, selon lui et des calculs approfondis basés sur une dizaine de mois, il y a à 90% de chances que le genou soit la partie qui cause le plus de dégâts lors d’un combat mené avec, par ailleurs, optimisé scientifiquement cette partie qui était auparavant extrêmement dévastatrice était en effet un coup de maître. Cette partie met en jeu trois os, le fémur, le tibia et la patella, assemblés par le biais de trois articulations se reliant en définitive, l'articulation fémoro-patellaire et la double articulation fémoro-tibiale, en métallisant ces parties avec un mélange fusionné de diamant et de métal, ainsi, les articulations sont solidifiées, non remplacées pour une consonance naturellement charnelle. Il a ajusté quelques autres modifications anti-impotentes, comme raccourcir le tissu élastique fin du cartilage pour fluidifier à leurs paroxysmes les mouvements de la jambe et a accru la vitesse de régénération du cartilage en posant une puce électrique directement sur les veines, vous pouvez déduire qu’elle est toute petite, cartilagineuses du genou, générant des décharges infimes pour nous mais assez puissantes pour accélérer le processus en un quart d’heure.

Quant à son faciès, comment le définir avec exactitude et précision fine ? Une question de premier ordre qui s'avère des plus ambigües en l'affabulation de ses apanages faciaux, mais également un pensum à laquelle il est nécessaire de s'adonner au cœur de cette concise phrase descriptive afin que son balisage puisse être aisément communiqué, élément risquant de s'avérer prépondérant dans les temps à venir lorsque le fardeau d'une prime viendra accompagner son patronyme sur les mornes feuillets des avis de recherche délivrés à son sujet. Le premier fait à déterminer au sujet de son courtois fuselage est fort certainement que celui-ci est empreint d'une infantilité soulignable, en concordance idéale avec la manière dont se présente l'abscons mais obscur relief de son psychisme omniscient, où à tout hasard la névrose d’un scientisme flagrant occulte tout le reste. Il faut dire que son visage est un véritable instrument à arborrer de fugaces et factices émotions, tout comme il est malléable à dessein, capable d'entreprendre un panel fleurissant de singerie, toute plus puérile les unes des autres. Malgré son âge, qui communément le range dans le camp des éphèbes immatures, il démarque un certain épanouissement par sa mâchoire avancé à un stade de prématurité tel qu’à l’intérieur de sa bouche, l’expérience qui transformera considérablement ses dents en des crocs dignes des requins blancs, dieux des flots. Grâce à une piqure d’un liquide appelé le Sérum Léthal, coulée violâtre qui s’ingère directement dans les pulpes gencives servant normalement à immuniser des douleurs communes thermiques du chaud et du froid, mais à la place, un résultat atypique répondit à l’expérimentation hasardeuse, une variation de la courbe d’évolution de la dentine et l’émail s’est vu apparaître. Alors, on aperçut une surcroissance dentaire aux antipodes de la normalité qui était sensé être justement la normalisation des courbes de l’émail, là, des canines acérées crûrent à la place de dents de sagesse, la mâchoire de Jack s’apparente donc à une rangée inégalée de canines, à la normal, nous n’en possédons que quatre. Il y a une autre chose que l’on pût apercevoir, c’est assurément un vieillissement buccale, en somme, s’il serait mort, on aurait pût croire qu’il avait 30 ans, c’est ce qu’on appelle par des phénomènes orphelins, une précocité gencive. En effet, sa vie est régie par les tumultes d’une science dangereuse et mère de bien des changements dans la physionomie de ce génie.

Venons à l’élément qu’il exempte avec un naturel déconcertant, ses cheveux. Notre génie se voit nanti d'une longue et soyeuse crinière d'un blond lumineux, qu'il est malaisé de manquer au vu de sa nature raide, à tendance rebelle. Sa chevelure nitescente lui tombe élégamment jusqu'au bas du cou. Bien que l’étude scientifique porte une place très élevée sur l’avaricieux podium de ses centres d’intérêt, l’entretien de sa rutilante chevelure constitue un centre d'intérêt tout particulier chez son propriétaire, au vu de l'importance qu'il attache au fait que celle-ci soit soignée et parfaitement régie de la manière qu'il souhaite, bien qu'elle nous confère l’ impression d’emprunt de n'être qu'une irrévérencieuse ébouriffure. Dès le jour de ses 11 ans, son physique, en particulier sa masse capillaire prit une place importante dans sa tête dès lors qu’il eût remarqué s’il peignait çà et là, il obtenait un résultat digne de convenance, construit à mi-longueur pour cacher le front intelligent et les esgourdes de petit clown albe. Quant au clou du spectacle, une des phases les plus intéressantes de son corpus, mais aussi, l’une des plus succinctes, tout aussi remarquables que ceux susnommés, c’est une ébauche même à son portrait : Ses perles sinoples dont il s’est vu riche. Ces globes limpides, exaltés, et sereins constituent le miroir de l’âme du garçon, ils remplissent à merveille leur rôle alors ! Car c’est avec une facilité désarçonnante que l’on déduit le tempérament du gamin, cela, grâce à ces deux billes qui trônent au sommet de son patelin faciès. L’émeraude qu’il a en guise d’œil est l’objet qui se voit accordé le mérite de refléter sa réflexion, sur son esprit, lui-même nuancé d'ombres subtiles à la danse facétieuse. Il ne faut pas oublier que cette œillade qui paraît extérieurement tendre, est aussi apte à rependre sur son vis à vis de sombres et assassins regards.

D'un angle maintenant vestimentaire ; l’accoutrement que cherche le plus à montré l’intellectuel adonis. Le plus important dans cette partie où l’on se doit d’être succinct, c'est de définir que son style de vêtements habituels reste dans le ton de l'aspect qu'il souhaite donner de lui-même. Il souhaite se donner une sorte d'image de voyou peu fréquentable, tendant à le rendre peu engageant au premier abord, ce qui est bien entendu l'une des raisons d'une telle constante. Effectivement, c'est son souhait que d'apparaître continuellement ainsi sciemment, afin d'éviter que quiconque n'ait spontanément le souhait de venir vers lui; ainsi, voilà un excellent moyen de rester à l'écart des autres en toutes circonstances, aidant ainsi à masquer son travail de réflexion constant à refaire le monde qui l’entoure. Des vêtements plus ou moins clairs sont percevables lorsque l’on pose les yeux sur la carcasse de l’enfant de l’avenir. Versé dans la violence, ses habits semblent eux-mêmes imbibés d’une haine infinie transmis par un porteur tendancieux. Les nuances de vêtements compactes tombent dans les tons isabelle, verdâtre et albe. Ce n’est pas vraiment un être à la mode inné, présentant un talent naturel de sélection pour les vêtements qui conviendrait bien sur lui, toutes ces broutilles d’ourlets et de tirages à quatre épingles est banalement futile, n’apportant qu’à l’accoutumé l’attirance souvent idéaliste de la gent opposée. L’hétérodoxie est en fait, frauduleusement, dogme de ce qu’il aspire à montrer question déguisement, outrepassant les harnachements nocifs qui ralentissent ses déplacements, si ce n’est ses bracelets fauves d’un tissu accablement épais. Aimant se dévêtir, pour ressentir les présences venteuses et volatiles, ses chemises sont à toutes heures entre-ouvertes, en toute franchise, la régularité sur un plan vestimentaire-tenue, ce n’est pas tellement son agrément. Il faut tout de même dire que si cet accoutrement est débauché, semblant tout droit sortit d’un Pandémonium, il semble manifester un besoin de s’isoler volontairement, et d'empêcher ainsi qui que ce soit de découvrir ne fût-ce que partiellement les lourds secrets se dissimulant dans les méandres de son psyché. Il vit au jour le jour, ceci, est facilement remarqué dans sa manière de s’affubler.




? Caractère & morale :
Nul ne pourrait se vanter ou même prétendre connaître un tant soit peu notre idéologue, dans son intégralité. Il possède tout simplement un psychisme effrayant. Son fort tempérament s'impose et pèse à beaucoup. De multiples facettes couvrant complètement le mental, jusqu’à ce que l’on ne puisse dire que ce n’est qu’un schizophrène lambda, non tout de même pas, mais ces changements d’attitudes sont assez nombreuses pour que l’on puisse omettre sans broncher qu’il est lunatique. Il serait mentir que dire qu'il ne ressemble pas à ce qu'il montre, ne serait-ce même involontairement de par l'air je-m’en-foutiste et folâtre qu’il dégage, tel une aura de bienséance. Autant être bref, c'est simplement un esprit d'aisance total et de sans-gêne fréquent qui forme l'insouciance habituelle qu'il abrite en son sein. Certes cette indifférence pourrait s'avérer être un atout dans certaines situations, telle que l'opinion exprimée à son égard dont il n'a que faire. Son âme est comme qui dirait avide de connaissances, à un point tel, qu’il n’en contrôle presque plus son ivresse platonique, soif inexpugnable de science. La connaissance est son but, son ambroisie dans laquelle il aspire à baigner, il est de mise qu’un monde régi par les limbes des omnisciences ne peut se permettre de subsister, sans que personne ne connaisse le réel fonctionnement de celui-ci ; l’objectif, que dis-je, le terminus de son voyage est pour lui le summum de l’art dans tout les domaines. La folie des grandeurs n’a de cesse que lorsqu’elle est assouvie, en clair, s’il ne trouve pas l’équation de l’existence du dédale de la terre et ses poussiéreuses comparses scientifiques, il n’aura pas finit son tumultueux voyage à la recherche de l’apogée du théorique et de la métaphysique.

Ce qu’il essaie de diaphanéiser avec une délicatesse insoupçonnable, c’est bel et bien son manque de partialité face à un évènement injuste. Le caractère de Jack en temps de crise de prompte mélancolie est insoupsonnablement ambigu, il adapte à ses moues maussades, des caractères misanthropes, voir inhumains, du fait, qu’il reste seul pendant plus d’une semaine à ne rien dire, taciturnement tourné vers l’horizon, là où il songe âcrement. A l’inverse d’être un gamin à la crédulité facile, il est très difficile de convaincre ce chérubin, quelque soit le but que l’on recherche à lui faire acquiescer, il vérifiera à perpétuité l’authenticité de l’accord. Le résultat peut s’avérer être pire si l’accord passé, il le voit s’être fait nébuleusement. Conceptuel, ce mandarin acquiert un véritable plaisir à contrefaire les supercheries, qu’il considère dès lors comme un jeu aux ampleurs copieusement accentué, lorsqu’il a percé à jour l’action interlope qui planait autour de son univers : il arque dans la suite un rictus à l’envergure gargantuesque. Loin d’un esprit de lieu mondain, il est simple question tracas, le théorique est maître de tous les jeux, pour tout vous dire, il est un peu idiot de penser que la science est la reine de tout les maux, car c’est effectivement le but implicite que de raccommoder ses blessures psychiques grâce à une méthode tiré d’un génie, et c’est la vérité la plus tranchante qu’il a su que le seul mal que le scientisme ne pouvait communément et par aucun moyen soigner était les tourments d’une âme. Il n’arrive pas tellement que ça, à tuer autrui, même s’il y arrive physiquement, le moral de jack se bafoue tout à coup, la sueur perle inconditionnellement son front comme subitement, quoiqu’il ait tout de même réussi à battre des plus gros que lui par une technique à tendance plus astucieuse que violente. Son corps a été travaillé pour le combat, de manière à vaincre le mal par le mal, comme s’il est maintenant attiré par la rixe, un étrange processus qu’il a établi inversement aux principes de son mental, bien plus carré que tangent. Malgré le fait que ses épigones ne lui arrive pas à la cheville, sa logique baroque l’amène à pousser un peu plus loin, prouvant jusqu’à l’exacerbation qu’il n’y a pas moyen de se hisser au dessus de capacités déjà poussé à leurs extremums.

Il n’a toujours pas été bouleversé par une défaite cuisante, du moins, pas physique. Son esprit dont la logique fût à toutes épreuves l’aidant, il n’en eu pas les séquelles défaitistes et humiliant que l’on ressent après s’être fait battre comme un moins que rien. Il use de sa constante philanthropie pour comprendre les réactions des autres, fait que lui-même ne daigne d’utiliser pour son égo, une autre science toute aussi complexe que celle d’étudier les inéquations à quadruple inconnus. Ce qu’il n’a toujours pas assimilé c’est qu’il a l’étouffante manie d’arroser ses dires de pompeux laïus interminable pour justifier sa thèse. Son caractère n’est pas si simplet qu’il ne le laisse concevoir, comme nommé ci-dessus, des facettes sibyllines ornent présentement son âme, que dire de plus, si ce n’est qu’elles sont hétéroclites à souhait. Un garçon calculateur, manipulateur, tourmenté et fatigué, voilà ce qu’est la description lapidaire du prolixe. Il exprime une envie inextinguible de combattre pour tester, ouvrir ostensiblement une rixe par pur désir, trouver un patient assez indulgent pour endurer les ardues velléités du jeune dédaigneux est difficile, ne le dérange pas. Cette audacieuse habitude construit une atmosphère de conflit et dé dégât là où il passe, catégorisé par la technique avec laquelle il aborde ses pré-antagonistes, très vulgaire et très hautaine. Il lui arrive souvent de retrouver des trouvailles devenu immémoriales, le temps aidant, les réminiscences et ses altérités dédommageant les innombrables expérimentations naguère oubliées. Il n’y a pas vraiment de changement à dénoter sur son comportement dans la courbe monotone de sa périlleuse vie, les présences charnelles sont métamorphosant en fabulations spécieuses, il n’y a plus d’ectoplasmes qui puissent le rendre irascible. D’un pas maintenant serein, il traverse le cycle d’une pérennité exhaustive au cours d’une navigation secouée sur les Mers de Grandline. Son analeptique drogue n’en reste ni plus ni moins la découverte d’Univers nouveau, motivant ses mouvements, poussant ses membres à aller plus loin. Cette devanture qui trône dans les limbes de son esprit est là, actrice de maintes et maintes querelles de pouvoirs, pour la désinvolte raison qu’héler un besoin n’est pas toujours apprécié de la part de ses acolytes.


? Histoire : [30 lignes minimum - les dialogues ne comptent pas dans le nombre de ligne]



• Exemple de post RP : [Un post Rp est l'exemple-même d'un message de base que vous pourriez poster sur ce forum. Soyez imaginatif, parlez de n'importe quel sujet, cette partie nous sert à juger la qualité de vos posts Rp - 15 lignes minimum sans dialogues]



Revenir en haut Aller en bas
Yue D. Aquila
Bras droit de la Marine
Bras droit de la Marine
avatar

Profil Psy : Neutre Bon/Paria
Nombre de messages : 2774
Age : 32
Fruit du Démon : Aucuns

[Feuille de personnage]
• Renommée: 5560
• Wanted: 0
• Grade dans la Marine: Vice-Amiral

MessageSujet: Re: Jack BLack le destructeur [en court]    Sam 16 Avr 2011 - 13:43

Cette présentation est l'exact réplique de celle d'un joueur. Le plagiat n'est absolument pas toléré!

____________________________________


Aquila no Theme
Revenir en haut Aller en bas
 
Jack BLack le destructeur [en court]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jack of Blades - Destructeur et Semeur de Terreur
» BLACK JACK ◮ Mais, c’est pas un vrai suicide, soit tranquille c’est probablement rien d’autre qu’un appel à l’aide.
» Technique du Jeune Jack
» New codex black templar
» rescue Jack Russel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One piece Rpg :: - Accueil - :: - Accueil - :: Présentation Refusés et/ou Non Finies (poubelle)-
Sauter vers: