Remonter
Descendre

One piece Rpg

Bienvenue sur les mers du Rp, Invité
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Présentation de Le Celte [Théoriquement fini]

Aller en bas 
AuteurMessage
John Shepard
Sergent
Sergent
John Shepard

Profil Psy : Loyal Bon
Nombre de messages : 13
Age : 36

[Feuille de personnage]
• Renommée: 0
• Wanted: 0
• Grade dans la Marine: /

Présentation de Le Celte [Théoriquement fini] Empty
MessageSujet: Présentation de Le Celte [Théoriquement fini]   Présentation de Le Celte [Théoriquement fini] EmptyMer 12 Oct 2011 - 0:46

- Présentation du joueur IRL - 

Prénom : Quentin
Age : 22 ans
Homme/Femme/Okama : Homme
Comment avez vous connu le forum : En tapant One piece rp sur google
Combien d'heures vous vous connectez par jour : En semaine au moins trois heures, la fin de semaine 28 heures environs
Tes Mangas préférés : One piece, FMA, Kenshin le vagabon, Hikaru No go, Toriko, Bloody monday, DB, Naruto, HunterXHunter (Jusqu'à la fin de l'arc Greed Island parce qu'on ma déconseil d'aller plus loin l'auteur ayant des problème), MxZERRO, Bleach... Je m'arrête là mais j'en li d'autre.
Ton personnage préféré dans One Piece : Question difficile mais le personnage qui me plaît le plus c'est La Chèvre, ensuite les mugi...
Ce qui t'as motivé à venir : J'aime les jeux de rôle plateau, vidéo, et j'aime écrire mais je ne suis jamais tombé sur de bon forum malheureusement. (j'ai le don pour arrivé au moment ou le staff démissionne pour cause de souci irl ou parce qu'un forum prometteur finissait par mal tourné trop de temps entre deux réponse dans les rp système trop complexe intimidant les nouveau venu ect...)
Tes expériences dans le domaine du Rp/JdR : Sur forum j'en ai parlé au dessus, sinon pour les autre support, essentiellement waramer4000 et fantaisie, un peu de Te deum et de donjon&dragon. Sur vidéo, la série baldur's gate 1, 2 et leur extention, Dragon age un pas le deux (et on ma déconseiller de le tester donc …) Les mass effect 1, 2 et bientôt trois *-* quelque mmorpg en ligne tel que wow, guild wars, (star wars old république peut-être) et d'autre petit jeu de rp en ligne en teste pour la plus part mais rien de très sérieux.
Hobbys : Jeu video, Jeu de Go, lecture de manga, roman et fanfiction, écriture d'une fanfiction, apprentissage de langage (html en ce moment), musique, film, série et la sieste (une grosse parti de mon temps libre)
Autre(s) : Euh ...

- Présentation du personnage -



• Nom & Prenom : Shepard John

• Surnom (facultatif) :

• Age : 28 ans

• Race (Humain, Homme-poisson, Ange, Géant) : Humain

• Camp (Pirate, Marine, Chasseur de Primes, Révolutionnaire, Civil, etc.) : Marine

• Orientation psychologique (bon, mauvais, indifférent, ...) : Bon loyal

• Métier/Spécialité (obligatoire pour les pirates et les civils, facultatif pour les autres) : Ingénieur en armement

• Pouvoir demandé (Fruit du Démon, Arme d'Exception, Techniques Spéciales comme le Rokushiki ou le Fishman Karaté) :

Niveau 6 :
Yōso Yōso No Mie : (Paramécia des 4 éléments) Permet à l'utilisateur de créer des sphères contenant 1 des 4 éléments : eau, feu, terre et vent. La taille des sphères ne peuvent excéder celle d'une balle de baseball. L'utilisateur doit également se servir de sa force brute pour jeter les sphères (s'il les jette). L'avantage de ce fruit est sa polyvalence mais chaque élément est très confiné dans une petite zone (et assez affaibli). Il est également possible d'effectuer des fusions entre sphères comme l'eau et le feu qui font un nuage de vapeur ou autre. Il est possible de rajouter ces mini-sphères dans des objets et faire des sortes de fusions.


• But du personnage : Traquer les pirates et les révolutionnaire pour qui soit juger et que la justice puisse triompher et protéger le bon peuple.

•  Code présentation [OBLIGATOIRE !!!!] à mettre entre balises  


◘ Description Physique : 

        Voilà une tache bien difficile que de se décrire en tout objectivité, mais puisqu'il le faut... Je né avec quelques particularités physique qui d'après mon père ne touche que les hommes de la famille. Tout d'abord commençons notre examen par la racine, qui du temps où je pouvais nager, m'avait valu le surnom de tortue terrestre. En effet, mes pieds avaient pour particularités d'avoir les deuxième et troisième orteils, en partant du plus gros, collé leur donnant un faux air de pied palmé. Et malgré cela j'étais plus rapide sur terre.

        L'étage supérieur est le reflet de mes années d'entraînements, des jambes d’athlètes tous ce qu'il y a de plus banal hors mis l'absence de poil. Pour ceux qui se poseraient cette question, non je ne me rase pas. Je ne serais dire pourquoi, mais je n'ai jamais eu une pilosité développé et ce sur l'ensemble de mon corps. Avantage ou inconvénient dans le jeu de la séduction ? Je l'ignore, je ne suis pas du beau sexe.

        Mes fesses sont ferme et ont gardé un certain moelleux enfantin que je ne m'explique guère et qui me valent encore quelque taquinerie de la part de mes camardes. Mon torse, tout aussi sculpté que mes jambes, possèdent trois particularité. Sur le coté bas droite se trouve une cicatrice de cinq centimètres à l'horizontal, vestige de l'intervention que j'ai subit pour mon appendicite. Juste en dessous des cotes un minuscule grain de beauté. Enfin dernière particularité, un tatouage représentant le symbole des marines, orne mon pectorale gauche.

        Barrant mon dos, de l'omoplate droit aux reins, une gigantesque cicatrice résultat d'une journée d'entraînement de haut vol. Pour les même raisons, quelques marques sont dispersées sur mes avant-bras et une de deux centimètres au dessus de l’œil gauche partager entre mon front et les cheveux noir coupé à ras.

        Ce que l'on remarque en premier sur mon visage, c'est mon nez saillant, plutôt commun dans mon petit village mais bien moins répandu, de ce que j'ai pu en juger. J'ai une dentition un peu particulière, là encore c'est un héritage de famille, en effet lorsque mes dents de lait sont tombées deux d'entre elles, les incisives supérieurs extérieure, n'ont jamais repoussé. Cela a eu pour effet de rapprocher mes canines des deux incisives restant qui avait une taille plus importante que la moyen pour combler l'espace vide. Hors mes canines sont bien pointu ce qui a pour conséquence de me donner des air de vampire quand je souris. Mes yeux marron, le teint halé, je laisse volontairement une barbe et une moustache mal raser. Pour conclure ce petit descriptif je mesure un mètre soixante quinze de hauteur, pour une masse de quatre-vint kilo et un tour de torse d'un mètre dix.

        Lorsque je ne porte pas l'uniforme standard des marines, j'aime porté une chemise, blanche ou noir en générale, avec par dessus le gilet noir que m'a confectionné mon père, un pantalon en lin blanc et des rolers en guise de chaussure.



◘ Caractère & morale :

        Le caractère, ce qui dicte nos actes pour certain et le fruit de nos choix pour d'autre. Pour moi, le caractère se forge par nos décisions face aux épreuves que nous traversons tout au long de notre vie. Ce n'est pas cela qui défini se que l'on est, mais plutôt le contraire. C'est un tout propre à chacun qui dépend en grand parti de l'éducation que nos parents nous transmettent, du contexte dans lequel on a grandi, des gens qui constituent notre entourage tous au long de notre vie et de la manière dont on perçoit le monde.

        De ce fait, comment vous peindre qui je suis maintenant sans vous expliquez qui j'étais autre-fois ?
Durant mon enfance, la mort de ma mère à ma naissance et celle de ma sœur à mes quatre ans, on, vous vous en doutez, jouait sur ma personnalité.

        Mon père ma longtemps chouchoutait, pardonnant toute les bêtises que je faisais et comblant le moindre de mes caprices. Je me rends compte désormais combien j'étais égoïste à l'époque, et ce bien que mon grand frère me traitait avec sévérité. Il ne faut pas prendre les enfants pour des idiots, moi, j'avais rapidement compris qu'en présence de mon père qu'importe les remontrance d'Arthur c'est lui qui avait le dernier mot. De ce fait je me comportais comme si tout m'était permis jusqu'à mes sept ans. Ce jour là, je découvris la limite de ce que pouvait tolérer mon paternel lorsqu'il apprit que j'avais failli me tuer avec son fusil. Ce fut la seul fois qu'il m'administra une correction et de nos jours encore mes fesses rougissent de douleur rien qu'en y repensant.

        Cette événement, amorça un début de changement en moi, je n'avais jamais vu dans le regard de mon père que joie et tendresse lorsque ses yeux se posaient sur moi. Hors j'y avais lu de la colère, de la peur et de la tristesse et cela me marqua plus que les gifles. C'était quelque chose que je ne voulais plus jamais revoir, aussi commençais-je à faire un peu moins de bêtise, à être moins capricieux, mais certaine habitude on la vie dur.

        Si le travaille de fond avait commencé à mes sept, ce n'est qu'avec l'arriver d'Éléonore à mes dix ans que je mis en place les principales fondation de l'homme que je suis. Sous sa directions, j'appris la patience, qualité qui me faisait défaut, la politesse et surtout, à voir plus loin que le bout de mon nez.

        Enfin lorsque j'eus dix-huit ans, c'est l'académie militaire qui acheva de me façonné. Avec eux, je compris le sens des mots discipline, honneur, loyauté et justice. Si je faisais le bilant de tous ceci, je dirais que si je suis quelqu'un qui sait se qu'il veut, quelqu'un d'autoritaire, cela vient à l'origine de mon passé de chouchou. Si je suis quelqu'un de gentil, respectueux d'autrui, patient et un brun rêveur, c'est à Éléonore que je le dois. Et si je suis une personne ferme, droite, et juste, c'est grâce à la marine, ma deuxième familles.





◘ Histoire :



        Je suis né sur les îles du sud, au royaume de Surda une île montagneuse à l'est Dama Los. Dans un petit village de pécheur bien pauvre. Son nom est Eduron, il se situe dans une petit crique au pied d'une montagnes. Ma famille se composait de mon père Jean, de mon frère ainé Arthur et de ma grande sœur Aude.

        Je n'ai malheureusement jamais connue ma mère, elle serait morte peu de temps après ma naissance, ni ma sœur qui mourut d'une chute l'année de mes quatre ans. C'est donc mon père qui ma élever avec l'aide de mon frère comme nous avons treize ans d'écart. Lorsqu'il s'est marié avec Éléonore j'avais dix ans et elle en avait vingt. Elle est pour moi, ce qui ce rapproche le plus d'une mère.

        Bien que l'on vivait dans un village de pécheur, mon père était chasseur. Il partait dans la montagne des semaines entière parfois et finissait toujours par revenir avec un ours, une biche ou quelques sangliers. Il gardait alors une parti de sa chasse pour nous et il vendait les peaux et le reste de la viande au villageois contre du poisson frai des vêtements ou un peu d'argent.

        Du fait de la perte de ma mère et de ma sœur, mon père me chouchoutait énormément. Il cédait presque toujours à mes caprices. Jusqu'au jours où je subtilisa son fusil pour jouet avec.Et comme tout enfant qui joue avec une arme à feu, je finis par me blesser. J'étais parti jouer dans le bois au pied de la montagne. Et en m'enfonçant au cœur de cette forêt je finis par rencontré un ours. Lorsque je le vus, la peur me paralysa. Il se tourna alors vers moi, sans doute m'avait-il sentis ou entendu. J'eus l'impression que le temps avait cessé de s'écouler, puis le terrible prédateur grogna . Je lâcha alors le fusil de mon père pour fuir le plus long possible. Lorsque ce dernier tomba au sol un coup parti mettant en fuite l'ours et me blessant légèrement à l'épaule. Pendant plus d'une heure je resta allonger au sol avant qu'Arthur ne me retrouve. Ils avaient fini par remarquer ma disparition ainsi que celle du fusil. Une fois de retour à la maison, soigné par la sage femme du village, mon père ce montra d'une colère qu'on ne lui connaissait pas. Mon frère qui d'ordinaire lui reprochait d'être trop laxiste avec moi ne comprenait pourquoi un tel revirement. Il pensait qu'il aurait été plutôt soulager et heureux de voir son plus jeune fils en vie. Mais la père qu'il avait eu ce jour été sans précédant. Heureusement pour moi, mon père n'était pas rancunier et après m'avoir fait promettre de ne jamais plus recommencer, il m'offrir un arc qu'il avait spécialement taillé pour moi, et il installa des cible dans la cours pour que je puisse jouer au chasseur sans me mettre en danger. Il jugeais, avec raison, qu'il était trop tôt pour m'apprendre à tir avec les armes à feu.

        J'approchais alors les sept printemps, et pendant que les autres enfants de ma génération aidé à la maison, moi je saisissais chaque opportunité de laisser tombé mes corvées pour m'entrainer sur mes cibles, avant de rejoindre les autres enfants du village. Dans notre groupe, il n'y avait aucune fille, non pas qu'on en voulait pas c'est juste qu'il n'y en avait pas de notre age. Les autres étaient toutes soit de jeune fille en ages de se marier ou trop jeune et donc aucune ne pouvaient jouer avec nous. Ce manque de présence féminine durant cette période de mon enfance à grandement influencer mon caractère d'après Arthur.

        Puis Éléonore est arrivé, elle s'occupait de moi pendant que mon père et mon frère partait chasser pour l'un et pécher pour l'autre. Tendit que mon frère me trait toujours comme une enfant et que mon père, lorsqu'il était présent, se souciait surtout à me faire plaisir, elle, elle me parlait comme si j'étais un adulte à par entière. Jamais elle ne me sermonnait, elle m'expliquait toujours tous calmement. Elle avait entrepris de faire de moi une véritable jeun garçon bien éduqué, mais toutes ces années à vivre au grès de mes envies étaient difficile à gommer. Aussi c'est par la lecture qu'elle m'amena vers une reconversion progressive. Elle me raconta une histoire d'un nain, d'un elfe et d'un homme qui avaient formé une communauté et qui parcourait le monde pour repousser les terribles forces maléfiques en détruisant un anneau magique.

        Cette histoire fut la première à nourrir mes rêves d'aventures, après quoi elle nu aucun mal à m'enseigner l'écriture et la lecture ainsi que les bases des mathématiques. Enfin elle m'apprit les bases des bonne manière, ainsi qu'a recoudre les vêtements que j’abimais, à réparer quelque meuble fragiliser par le temps le tout en lisant ce qui ne fut pas une tache des plus simple, elle réussi aussi à me mettre au fourneau. Elle m'expliqua aussi tous ce que je devais savoir sur mon corps durant l'adolescence. Mais malheureusement pour elle là où j'aurais, normalement, du commencer à m'intéresser au femme, seule mes rêves d'aventure et de découverte du monde en luttant pour une noble cause occupait mon esprit.

        De ce fait, je me sentais de moins en moins à ma place chez nous, aussi un jour je réussi à convaincre mon père de m'apprendre à chasser, et ce même s'il fut retissant. Cela tomba à pic puisque, bien qu'elle ne m'approuvait pas, Éléonore venait d'accoucher de mon petit neuve François et elle ne pouvait pas réellement s'occuper de moi, surtout que j'avais alors quinze ans.

        Mon père me donna alors mon premier fusil, plus puissant que mon arc et donc plus dangereux et dur à manier mais qui une fois maitrisé permettait réellement de chasser. Il lui fallut deux ans pour m'enseigner tous les rudiments, non pas que j'étais un mauvais élève mais il ne voulait pas précipité les choses en attaquant directement par le traque d'un ours. Les lapins, les faisan et les cerf furent mes première proies. Lorsqu'il me jugea prêt au niveau supérieur, Il opta pour le sanglier qui est un animal très dangereux si l'on ne prend pas garde.

        Enfin un ans plus tard, il consenti à m'emmener sur les trace d'un ours, deux mois de chasse avant d'affronter le puissant animal. Je compris alors pourquoi mon père était si retissant à l'idée de m'emmener. Heureusement tous ce passa pour le mieux.
Lorsque nous fûmes de retour, je m'étais enfin décidé. J'annonçais à ma famille que je comptais partir le jour de mes dix-huit ans pour vivre les aventures dont j'avais toujours rêver. Bien évidement, mon frère n'était absolument pas d'accord et pour une fois Éléonore désapprouvait complètement et ouvertement ma décision. En cette époque extrêmement troubler, où le reste du monde était plongé dans la guerre total, c'était grâce à la petit taille, l'isolement et à la pauvreté de notre communauté que la guerre nous avait épargné, mais cela ne changeait rien. Mon père par contre ne ce mura dans le silence et il refusa de me parler et de me voir jusqu'au jour de mon départ.

        Ce jour là alors que je croyais qu'il allait pour la première fois de ma vie m'empêcher d'accomplir ce que mon frère appelait un caprice. Il m'embrassa très fort, et me remit un magnifique gilet en cuir faite avec la peau de l'ours que nous avions chassé ensemble, ainsi que son matériel de chasse dont son propre fusil et une petit bourse contenant quelque pièce Berry. Il me fit promettre de lui revenir un jour et ce en parfaite santé.

        J'embrassais mon cher grand frère qui ne pouvait s'empêcher d'avoir une larme a l'œil parce-que quoiqu'il fasse, il s'inquiéterait toujours pour son stupide petit frère. Ma chère sœur, me fit quelque recommandation sur les futures relation que j'aurais avec la gente féminine que je rencontrerai pour que je les traites toujours correctement. Je pris ensuite mon neuve dans mes bras, le couvrit de baiser et je m'en alla sur le son de sa petit voix qui me criait à bientôt tonton.

        Le marchant du village était celui grâce à qui nous restions relier au monde. Il possédait un petit navire avec lequel il se rendait tous les deux mois à Dama Los pour ce ravitailler en marchandise et vendre les vêtements confectionner par les femmes du village. C'est grâce à lui que je puis rejoindre cette magnifique île. C'était la première fois que je voyais autant d'hommes, des femmes et d'enfants. La ville était séparé en deux, la parti basse accueillait tous les commerces de la villes et ressemblait à un gigantesque bazar à ciel ouvert et la parti supérieur où ce trouvait le quartier général de South Blue, était féérique à mes yeux. Moi, qui jusqu'alors n'avait fait qu'imaginé cette pierre qu'on appelle le marbre, contemplait enfin cette roche si majestueuse.

        Intimidé et émerveillé, je me rendis à l'académie militaire de la marine, pour suivre une formation. Ils me ramenèrent rapidement à la réalité, les batailles épique, sauvetage de demoiselle en détresse et autre acte héroïque ne figurai pas à l'ordre du jour de la bleusaille.

        Lever cinq heures du matin au clairons, inspections cinq heures dix. Obligation d'être en uniforme au carré, comme le lit, et au garde à vous. Un poile de travers et c'était récurage des latrines avec sa brosse à dent, épluchage de patate et autre corvée désagréable. Quant on échappait à ses corvées supplémentaire, le quotidien ce résumé à de l'entraînement, parcours d'obstacle, formation au combat au corps à corps, formation maniement des armes blanche, formation aux armes à feu et au canon, et surtout apprentissage du beau métier de matelot. Savoir les base de la navigation dans la marine et dans un monde tel que le notre et un minimum pour tous militaires qui se respect.

        C'est durant ma formations que mes onze années passé à tirer à l'arc puis au fusil ce révélèrent utile. Grâce à elles je sur-classais mes camarades lors des exercices de tir. Et cela ne passa pas inaperçu au près de mes supérieurs qui m'interrogèrent rapidement à ce sujet. Si le fait d'être un bon tireur pouvait s'expliquer par la pratique et l’expérience que j'avais, mon superviseur pensait que je possédais peut-être un don.

        Mon égo en grimpa alors en flèche surtout qu'on m'offrit de suivre une formations plus en adéquation avec mon talant dans une unité spécial. À partir de ce moment, mes instructeurs augmentèrent la cadence pour trouver mes limites et me les faire franchir en apprenant.

        Le parcourt d'obstacle avait été revu pour en augmenter la difficulté tout en diminuant le temps qui m'était imparti pour le réussir. Plus je m'améliorais, plus ils m'en demandaient, le bu de cette exercice était de me permettre de me déplacé rapidement et discrètement en milieu accidenté pour pouvoir couvrir mes camarades de mes balle . Les combats au sabre ne se faisaient plus avec des sabres mais avec des lames de combat d'une vingtaine de centimètre, le principe la aussi était d'être rapide, léger et discret pour neutraliser tout ennemi proche de la position de couverture en mission. Et parce-que tous les combats que j'aurai à mener au cours de ma vie ne seront pas à distance. Les affrontements ce faisait directement avec des officiers plus expérimenté que de simple recrut et ces derniers n'étaient pas tendre, comme en témoigne quelques cicatrices qu'ils m'ont offert par endroit. Pour me rendre plus endurant nous devions faire tous les soirs une cours à pied d'environs deux dizaines de kilomètres avec un sac contenant notre propre poids en fer. La règle était simple si les membres du programme voulaient diner, on devait arriver au moins une demi-minute plutôt que la veille. Enfin, sur le stand de tir, où nous devions atteindre des cible immobile toujours plus lointaine dans un premier temps, puis en mouvement et ce part tout temps et même la nuit durant l'hiver. La parti la plus simple de tous ma formation, si vous voulez mon avis.

        Dix années s'était écoulé depuis que j'avais entrepris de devenir marine, je n'étais plus le jeune homme naïf, à la tête remplit rêve abracadabrant. J'étais un soldat fraichement sortit de l'académie, prêt à recevoir sa première affectation, à combattre et à mourir pour mettre un terme à la plus grand vague de criminalité de tous les temps, au nom de la justice.




• Exemple de post RP : [Un post Rp est l'exemple-même d'un message de base que vous pourriez poster sur ce forum. Soyez imaginatif, parlez de n'importe quel sujet, cette partie nous sert à juger la qualité de vos posts Rp - 15 lignes minimum sans dialogues]
Citation :

        Le bien et le mal, chacun lutant pour dominer telle et le sort de tout monde et Othkars n’échappe pas à la règle. Voilà maintenant bien longtemps que le bien à triompher du mal sur ce monde. Mais même si le mal fut vaincu il ne fut pas détruit. Cacher dans l’ombre il attend, il attend le jour où il pourra revenir plus fort, plus puissant, plus résistant que jamais auparavant. Cependant des héros veillent sur Othkars et sur la paix de c’est habitant. C’est héros composés d’hommes et de femmes ayant misent leur vie au service de la justice, de l’honneur, de l’amour… Chacun d’eux sont parmi les guerriers les plus puissants qui existent et il n’existe aucun équivalant dans le monde du mal. Pourtant alors que rien ne paraissait pouvoir s’opposer aux puissantes organisations que sont les magisters Magi et les ministers Magi le mal commençait à s’agité dans l’ombre, se préparant à l’avènement d’une nouvelle aire. Une aire de guerre où le sort de tout un monde allait de nouveau se jouer car malheureusement pour ce monde, le mal allait bientôt accueillir leur nouveau chef avec en guise d’offrande la mort d’un magisters.

        L’aube arrivait, les premiers rayons de l’astre solaire commençait à réchauffer la terre d’Othkars. Les habitants s’éveillaient, sortant de leur songe pour la dure mais agréable réalité de leur vie. Tels était leur rythme de vie coucher suffisamment tôt pour se lever à l’aube. Mais une personne en cette journée particulièrement courte ne se réveillait pas. À vrai dire elle n’avait pas dormit depuis bon nombre de jours travaillant sans relâche dans la grande bibliothèque de l‘académie impérial. Cette personne était un jeune magisters arriver il y a peut sur Othkars. Il était assit à une table, lisant bon nombre d’archive des différentes missions qu’avait effectué les membres des magisters et de ministers magi à travers les siècles, ainsi que de revu de presse. Ce jeune homme au cheveux brun et aux yeux marron rechercher une vérité, la vérité sur la mort de ses parents alors qu’il n’était qu’un enfant. Pour une raison qu’il ignorait en rentrant chez les Magisters Magi, il avait commencé à avoir des doutes sur son passé et avec le temps il avait compris que leur mort n’avait rien à voir avec ce qu’il croyait.

        Ce jeune homme s’appelait Hikaru shindo, une toute jeune recrue mais dont le potentiel le destiné à faire partie des plus grand héros de ce monde. Bien que peut bavard son code de l’honneur, ses principes, son sens de l’observation et du combat faisait qu’il était déjà bien respecter au sien des magisters. Il allait entamé une nouvelle lecture d’un rapport officiel datant de l’époque où il avait vus pour la dernière fois ses parents lorsqu’il reçu un appel télépathique de son plus brave et dévoué serviteur et ami Gon. C’était un aigle royal qu’il avait recueilli à l’age de onze ans, il l’avait soigné alors que ce dernier était gravement blesser et depuis ils étaient devenu quasiment inséparable chacun comprenant ce que ressentait l’autre.

        Gon qui soutenait autant que possible la quête de vérité de son ami s’inquiétait tout de même pour ça santé. Il ne s’était pas nourri depuis plus jours et il fallait qu’il face quelque chose pour que son ami s’accorde un peu de repos. Il décida donc de lui raconter un petit mensonge afin qui bouge un peu de cette endroit. Il lui raconta qu’il était mort de fatigue et de faim et qu’il ne pouvait plus voler bien longtemps. La réaction de son maître ne tarda pas, ses parents étaient bien mort mais pas Gon et il ne pouvait laisser son ami dans un tel état, ne se doutant pas que ce dernier simulait. Il quitta donc la bibliothèque pour allait à la chambre qu’il avait réservé dans une auberge non loin. Une fois sur place il regarda son ami qui était un acteur remarquable car Hikaru ne vit pas la supercherie et pourtant il était difficile de le tromper. Il prépara à manger pour Gon et lui donna se dernier le remercia et lui suggéra d’en profité pour manger lui aussi puisqu’il était ici maintenant. C’est à ce moment qu’il comprit le petit jeu de son compagnon cependant il avait raison et de toute façon la faim commençait sérieusement à le tirailler alors il se laissa tenter.

        Après ce repas Gon partie faire de l’exercice pendant qu’Hikaru lui alla faire une petite sieste plus forcer que désirer car après plus de quatre jour sans dormir son corps ne pouvait plus suivre et alors que le matin commençait pour les autres, lui partait pour le pays des songe.

        Le rêve d’Hikaru fut plutôt mouvementé, il voyait le visage de sa mère qui l’implorait et qui lui demander de découvrir la vérité à n’importe quel prix. Au bout de plusieurs heures à voir es images de son enfant défiler sous ses yeux en entendant la requête de sa mère Hikaru se réveilla en sueur. Il regarda par la fenêtre l’astre solaire avait déjà parcouru les trois quart de sa route et bientôt il ferait nuit. Il alla prendre une douche pour remettre ses idées en place. Une fois qu’il fut remit sur pied et prêt à reprendre ses recherches Hikaru se dirigea ver la porte de sa chambre et se n’est qu’à ce moment qu’il remarqua qu’une enveloppe avait été glisser sous la porte. Elle portait son nom du coté du destinataire et aucun nom n’avait été mit du coté de l’expéditeur. C’était une simple enveloppe tous ce qu’il y avait de plus banale. Poussé par sa curiosité, Hikaru ouvrit l’enveloppe et lut la lettre. Ce fut un choc lorsqu’il découvrit ce qu’elle contenait. Il n’en avait jamais parlé personne n’était au courant alors comment quelqu’un avait il pu le savoir. Cependant les fait était la et il devait l’accepter.

        Hikaru décida d’aller à la rencontre de cette personne, il ne pouvait pas l’ignorer. L’enjeu était trop important pour lui pour qu’il n’y aille pas. Il suivit les instructions qui était sur la lettre et il fini par arriver devant l’entré d’un souterrain à l’extérieure de la ville. C’est avec un peu d’appréhension mais avec beaucoup de détermination qu’il rentra dans cette antre. Hikaru ne voyait guère dans ce labyrinthe mais heureusement avec ses pouvoir et la carte qu’il avait en sa possession il n’eu aucun mal à atteindre son objectif à savoir la porte qui ouvrait sur une pièce dans la quel devrait se trouver la mystérieuse personne qui lui avait envoyer cette lettre. Il entra sans avoir l’ombre d’une hésitation, la pièce dans la quel il se trouvait était petite et mal éclairé. Une odeur de thé flottait dans l’aire. L’endroit était dépourvu de meuble et de tapisserie à l’exception une table au centre avec deux chaise au tour et sur la table une bougie avec deux tasse et une cruche d’où provenait l’odeur de thé. Sur une des deux chaises ce tenait une femme, un peu plus de la cinquantaine environ mais assez bien conserver pour son age avancer. Hikaru ne la détailla pas plus il n’était pas la pour sa et il alla s’asseoir sur l’autre chaise en voyant qu’elle l’invitait à prendre place. Elle servit du thé, puis en bu quelque gorgé tout en détaillant le jeune magisters en face d’elle avant de commencer.

— Je suis heureuse de voir que vous êtes venu jusqu’à moi sans encombre Shindo-san, dite elle avec une pointe de malice dans la voix. Je sais que vous n’appréciez pas ce petit jeu cependant cela était nécessaire pour pouvoir discuté en tout sécurité et je pense que ce que j’ai à vous dire devrait vous plaire car cela vous permettra de…

        Hikaru rentra chez lui extrêmement perturbé il ne savait pas ce qu’il devait faire. Devait il accepter la proposition ou devait il chercher un autre moyen d’obtenir se qu’il souhaitait. Cependant si elle avait raison il n’avait aucune autre possibilité, il passa plus d’une heure à réfléchir sur sa décision et alors qu’il pensait qu’il allait refuser l’image de sa mère l’implorant lui revient en mémoire. Non il ne pouvait pas la laisser tomber, il avait le devoir de découvrir la vérité même si cela devait le mener à sa perte. Il ressorti de sa chambre la nuit commençait à tomber et sa décision était prise et irrévocable. Il prit la direction des portes de Myndel et partie ver une petite ferme au nord à une dizaine de kilomètre.

        Lorsqu’il arriva dans la propriété la nuit était plus noir que jamais, la lune était absente, les étoiles inexistantes. En cette nuit la plus longue celle qui porte le nom du solstice d’hiver les ténèbres étaient prêtes à accueillir en leurs sain un chef. Le jeune homme était prêt, il allait atteindre le point de non retour celui qui le condamnerai à jamais aux ténèbre et à la volonté du mal. Il s’avança doucement vers la petite bâtisse, futur tombeau d’un jeune couple qui n’avait demandé qu’une chose vivre en paix et heureux. Il pénétra discrètement dans ce lieu pour y commettre son méfait. Se dirigeant vers la cuisine, il prit un tissu et il saisi un couteau avant de se diriger silencieusement ver la chambre du couple. Il regarda un instant le jeune couple avant de leur trancher quasi simultanément la gorge. Ainsi le mal était fait ils mourraient sous ses yeux en se vidant de leur sang. Devant ce macabre spectacle Hikaru sentit un pincement au cœur et une larme perla le long de sa joue. C’est à ce moment qu’il entendit des bruit de pas derrière lui ainsi qu’une petit voix, celle d’un enfant qui appelait ses parents. Le pincement au cœur que ressentait Hikaru venait de doubler de force. Elle ne lui avait jamais parler d’un enfant, que venait il de faire. Lui-même qui avait connu la douleur d’être orphelin venait de condamné un enfant à la misère. Il lâcha l’arme lorsque le petit comprit ce qui était arrivé à ses parents. Il le vit commencer à courir pour échapper à l’assassin qui venait de tué les êtres qu’il aimait le plus au monde. Hikaru lui resta pétrifier quelques secondes, réfléchissant à ce qu’il devait faire. Il ne pouvait pas tué un enfant, non ce n’était pas lui mais en revoyant ses mains couverte de sang il comprit. C’était trop tard maintenant l’homme qu’il avait été, venait de disparaître au même moment que la vie quittait le corps du jeune couple cependant dans un dernier geste de bonté, mais si cela pourrai paraître cruel il décida de mettre fin à la vie du jeune garçon. Afin de lui épargné l’enfer dans lequel il était condamné à vivre s’il le laissait partir Hikaru décida de lui offrir une mort douce et rapide. Il rattrapa en une seconde le jeune enfant qui courrait dehors en pleurant tout les larme de son corps et d’un coup sec il lui infligea le coup du lapin. L’enfant n’avait pas eu le temps de souffrir et maintenant il devait avoir rejoint ses parents. Hikaru regarda la bâtisse puis le corps du petit et il sentit son cœur se brisait en mille éclat la douleur qu’il ressentait était tellement insupportable qu’il tomba au sol. La main sur son cœur l’autre planté dans le sol. Son corps était parcouru de spasme ses yeux étaient comme expulsé de leur orbite tellement ils en ressortaient et Hikaru fini par perdre connaissance.

        Cette nuit la Hikaru Shindo, un magisters promit à un grand avenir, un héros venait de mourir pour laisser place à celui qui deviendrai le plus grand chef qu’est connu les forces du mal.

        Lorsqu’il reprit connaissance quelque chose en lui avait changeait mais extérieurement tout était identique. Le visage impassible les yeux complètement dénué de sentiment. L’aube allait bientôt se lever et Hikaru jeta un denier coup d’œil au corps de l’enfant avant de repartir pour le souterrain afin de récupéré son dû. Il arriva rapidement à l’endroit qu’il voulait et il ne fut pas surpris de voir que la femme l’attendait un sourire au lèvre. Hikaru n’eu aucun mal à voir qu’elle savait déjà ce qu’il avait fait probablement qu’elle l’avait fait surveiller. Comme lors de leur première rencontre elle servit un peu de thé et commença à parler.

— Je suis très heureuse de voir que vous avez accomplit votre par du contrat Shindo-san. Vous êtes vraiment le digne descendant de l’apprentie du déchut, disait elle avec un grand sourire. Voici l’arme de votre mère et celle de tout vos ancêtres, la Hache du chaos, dit elle en donnant l’arme à Hikaru. Désormais nous sommes quitte mais si vous souhaitez un jour chercher du travaille vous savez ou me….

        Une tête tomba puis roula au sol, Hikaru venait d’utiliser son arme légendaire sans même avoir pris le temps de retirer les couches de bandage qui la recouvrait. Il avait tué cette personne pour se venger, pour venger la famille qu’il avait tué même si il n’était que partiellement venger car tant qu’il serai vivant cette famille ne sera jamais réellement en paix mais cela il le jura lorsque ça quête sera fini il mettrai lui-même fin à ses jours mais pas avant. Il mit l’arme sur son dos et partie de se souterrain pour accomplir sa quête, retrouver les dix-huit armes légendaire et découvrir la vérité sur la mort de ses parents cependant il n’avait aucune chance seul. Il lui faudrait des alliers, des alliers prêts à tout et surtout des alliers fidèle car il le savait cela n’était qu’une question de temps avant que les Magisters et les Ministers ne lui mettent des bâtons dans les roues. Cependant il faudrait leur donner une raison de le suivre une raison qui bien que fictif pourrai l’aidée à cacher ses projets. Il devrait leur promettre pouvoir et puissance, il devrait leur promettre que ce monde leur appartiendra s’il le suive tels sera son offre pour tous ce qui le suivra. Et pour plus de sécurité il cachera son identité aux membres et il se fera passer pour un simple membres lui aussi ainsi il sera tout de la loyauté de ses hommes et il pourra aussi se protégé de tous.









Dernière édition par Le Celte le Mer 19 Oct 2011 - 21:13, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sid Langren
Seigneur des océans
Seigneur des océans
Sid Langren

Profil Psy : De circonstances
Nombre de messages : 4172
Age : 29
Fruit du Démon : Rasen Rasen no mi

[Feuille de personnage]
• Renommée: 5000
• Wanted: 460.000.000
• Grade dans la Marine: /

Présentation de Le Celte [Théoriquement fini] Empty
MessageSujet: Re: Présentation de Le Celte [Théoriquement fini]   Présentation de Le Celte [Théoriquement fini] EmptyMer 12 Oct 2011 - 18:31

Bon.

Désolé mais un fruit de niveau 8 n'est pas envisageable avec des descriptions aussi brèves désolé.

En ce qui concerne le post rp, je souligne le fait que ça doit représenter un post typique Razz bref si globalement les post que tu ferais après validation sont LOIN de ce que tu a mis en test rp...attention pan pan cul cul pour éviter d'avoir l'air menaçant Razz.

Sur ce bonne chance pour l'édition ^^.

____________________________________

Présentation de Le Celte [Théoriquement fini] 474326acide
Revenir en haut Aller en bas
John Shepard
Sergent
Sergent
John Shepard

Profil Psy : Loyal Bon
Nombre de messages : 13
Age : 36

[Feuille de personnage]
• Renommée: 0
• Wanted: 0
• Grade dans la Marine: /

Présentation de Le Celte [Théoriquement fini] Empty
MessageSujet: Re: Présentation de Le Celte [Théoriquement fini]   Présentation de Le Celte [Théoriquement fini] EmptyMer 12 Oct 2011 - 23:48

Bonsoir,

J'ai réécris les descriptions pour qu'elles soient moins brèves, en espérant n'avoir pas fait de hors sujet et que cela vous plaisent geek .

Bonne nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Fallen L. Chaos
Partisan
Partisan
Fallen L. Chaos

Nombre de messages : 352
Age : 34
Fruit du Démon : Aucuns

[Feuille de personnage]
• Renommée: 2630
• Wanted: 65.000.000
• Grade dans la Marine: /

Présentation de Le Celte [Théoriquement fini] Empty
MessageSujet: Re: Présentation de Le Celte [Théoriquement fini]   Présentation de Le Celte [Théoriquement fini] EmptyJeu 13 Oct 2011 - 22:20

Plop!

Ce qui me déplait, c'est que tu fais ta description comme si tu possédais déjà le fruit. Or, pour moi, cette fiche ne vaut pas un fruit de niveau 8. Ensuite, est-ce que ton post RP représente ce que tu vas poster au quotidien lorsque tu seras validé? Si oui, ceux qui vont RP avec toi vont avoir de la lecture!
Revenir en haut Aller en bas
John Shepard
Sergent
Sergent
John Shepard

Profil Psy : Loyal Bon
Nombre de messages : 13
Age : 36

[Feuille de personnage]
• Renommée: 0
• Wanted: 0
• Grade dans la Marine: /

Présentation de Le Celte [Théoriquement fini] Empty
MessageSujet: Re: Présentation de Le Celte [Théoriquement fini]   Présentation de Le Celte [Théoriquement fini] EmptySam 15 Oct 2011 - 13:50

Fallen L. Chaos a écrit:
Plop!

Ce qui me déplait, c'est que tu fais ta description comme si tu possédais déjà le fruit. Or, pour moi, cette fiche ne vaut pas un fruit de niveau 8.

Fiche modifier, sauf oublie de ma part il n'y a plus de trace de fruit du démon dans les descriptions ou l'histoire.


Citation :
Ensuite, est-ce que ton post RP représente ce que tu vas poster au quotidien lorsque tu seras validé? Si oui, ceux qui vont RP avec toi vont avoir de la lecture!


Honnêtement, j'essaye toujours de faire au moins une demi page (sur mon traitement de texte (police time new roman en 12)). Mais le contexte joue, si je suis forme, si mon/mes partenaires de rp font des réponse qui m'inspirent, si la mission l'est elle aussi, ect... En sachant que j'essaye de toujours répondre en moins d'une semaine pour garder un bon rythme, tout ça fait que la taille sera variable (entre une page et demi, et maximum six pages les grand jours).

Juste à titre d'information, si ma fiche ne me permet pas d'avoir un fruit de niveau huit actuellement, jusqu'à quel niveau je peux envisager avec ?

Bonne journée
Revenir en haut Aller en bas
Sid Langren
Seigneur des océans
Seigneur des océans
Sid Langren

Profil Psy : De circonstances
Nombre de messages : 4172
Age : 29
Fruit du Démon : Rasen Rasen no mi

[Feuille de personnage]
• Renommée: 5000
• Wanted: 460.000.000
• Grade dans la Marine: /

Présentation de Le Celte [Théoriquement fini] Empty
MessageSujet: Re: Présentation de Le Celte [Théoriquement fini]   Présentation de Le Celte [Théoriquement fini] EmptyMer 19 Oct 2011 - 18:43

J'dirais 6-7 ^^.

____________________________________

Présentation de Le Celte [Théoriquement fini] 474326acide
Revenir en haut Aller en bas
John Shepard
Sergent
Sergent
John Shepard

Profil Psy : Loyal Bon
Nombre de messages : 13
Age : 36

[Feuille de personnage]
• Renommée: 0
• Wanted: 0
• Grade dans la Marine: /

Présentation de Le Celte [Théoriquement fini] Empty
MessageSujet: Re: Présentation de Le Celte [Théoriquement fini]   Présentation de Le Celte [Théoriquement fini] EmptyMer 19 Oct 2011 - 21:24

Bonsoir.

J'ai parcouru une nouvelle fois la liste des fruit et j'en ai trouvé un autre qui m'intéresserai (lvl 6) chez les paramécia.

Je ne pense pas que m'entêter soit utile donc j'ai fait le changement dans ma fiche.

Voilà Wink
Revenir en haut Aller en bas
Sid Langren
Seigneur des océans
Seigneur des océans
Sid Langren

Profil Psy : De circonstances
Nombre de messages : 4172
Age : 29
Fruit du Démon : Rasen Rasen no mi

[Feuille de personnage]
• Renommée: 5000
• Wanted: 460.000.000
• Grade dans la Marine: /

Présentation de Le Celte [Théoriquement fini] Empty
MessageSujet: Re: Présentation de Le Celte [Théoriquement fini]   Présentation de Le Celte [Théoriquement fini] EmptyMer 19 Oct 2011 - 22:01

Je valide rang 2 avec le fruit ^^.

____________________________________

Présentation de Le Celte [Théoriquement fini] 474326acide
Revenir en haut Aller en bas
Fallen L. Chaos
Partisan
Partisan
Fallen L. Chaos

Nombre de messages : 352
Age : 34
Fruit du Démon : Aucuns

[Feuille de personnage]
• Renommée: 2630
• Wanted: 65.000.000
• Grade dans la Marine: /

Présentation de Le Celte [Théoriquement fini] Empty
MessageSujet: Re: Présentation de Le Celte [Théoriquement fini]   Présentation de Le Celte [Théoriquement fini] EmptyVen 21 Oct 2011 - 21:10

Validé aussi!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Présentation de Le Celte [Théoriquement fini] Empty
MessageSujet: Re: Présentation de Le Celte [Théoriquement fini]   Présentation de Le Celte [Théoriquement fini] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Présentation de Le Celte [Théoriquement fini]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Petit Bain [|PV: Shina|]*Hentaî* [|Fini'sh|]
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One piece Rpg :: - Accueil - :: - Accueil - :: Gouvernement & Marine-
Sauter vers: