Remonter
Descendre

One piece Rpg

Bienvenue sur les mers du Rp, Invité
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Kitano (en cours)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Kitano (en cours)   Mer 26 Sep 2012 - 18:27






- Présentation du joueur IRL -


Prénom : Erwan
Age : 19ans
Homme/Femme/Okama : vive la travlo way , je me considère à juste titre comme un homme parmi les hommes
Comment avez vous connu le forum : je suis un ancien membre (Gin), qui a été démotivé par le rp et qui a aussi supprimé sa vielle adresse par inadvertance xD
Combien d'heures vous vous connectez par jour :
1-2h pas plus la prépa me prend pas mal de temps. La connexion le weekend sera bien entendu plus importante
Tes Mangas préférés : En ce moment j'ai commencé Pluto (qui est un gros coup de coeur) , mais mon préféré même si c'est dur de choisir est saint seiya.
Ton personnage préféré dans One Piece : Portgas D Ace sans aucune hésitaton, intérêt décuplé après l'assaut de marineford Smile
Ce qui t'a motivé à venir : J'ai besoin de me remettre à rp afin de me détacher des math xD . Plus sérieusement j'ai aussi ma certification voltaire a passer et j'ai besoin de m'entraîner (j'ai tendance à faire beaucoup de faute d'orthographe-d'accords)
Tes expériences dans le domaine du Rp/JdR : variés j'avoue ne pas savoir quoi répondre
Hobbys : Les math (à 12h par semaine j'ai pas le choix)…. hmmm nan!
Le basket les manga







- Présentation du personnage -



• Nom & Prenom : Kitano

• Surnom (facultatif) :

• Age :

• Race (Humain, Homme-poisson, Ange, Géant) :

• Camp (Pirate, Marine, Chasseur de Primes, Révolutionnaire, Civil, etc.) :

• Orientation psychologique (bon, mauvais, indifférent, ...) :

• Métier/Spécialité (obligatoire pour les pirates et les civils, facultatif pour les autres) : archéologue

• Pouvoir demandé (Fruit du Démon, Arme d'Exception, Techniques Spéciales comme le Rokushiki ou le Fishman Karaté) : mera mera no mie (logia du feu lvl8) si présentation pas suffisante j'aimerais tous de même avir la chance de le ré-récupérer inrp. Sachant qu'au début de mon histoire kitano n'aura pas le fruit je compte faire un rp afin de le récupérer.

• Rêve(s)/But(s) du personnage : créer un monde idéal selon ses idéaux

• Code présentation [OBLIGATOIRE !!!!] à mettre entre balises



◘ Description Physique : [color="#888888"][Minimum 5 lignes]





◘ Caractère & morale :





Tout n’est que superflu et apparence que ce soit dans les tréfonds ou les hautes sphères de la sociétés. L’humain ne se distingue plus que part ses formes, son apparence. L’être à été remplacer par le paraître. Un homme respectable ne peut donc sans aucune surprise être quelqu’un de très soigné sur lui même. Il se doit de montrer sa réussite opulente qui lui colle à la peau grâce à son accoutrement, harmonieusement confectionné par les maîtres en la matière. Des grandes tuniques d'apparat au tenus quotidienne tout dois être uniformisé sur le luxe et la volupté. Les regards de jalousie et d’admiration s’entremêle. On admire leur réussite, tout en les maudissant d’avoir réussi alors que la plupart des personnes eux non rien. Le chic n’est qu’affaire de riche et ne reflète pas le propre de l’âme d’une personne. La fortune fait paraître nos vices, comme la lumière fait paraître les objets. Avidité, Narcissisme , péché de luxure rare sont les personnes de la haute société à ne pas cumulé l’un voir la totalité des 7péchés capitaux. Arrogant est celui qui le niera. L’idéal serait une vie pieuse s’extirpant de cette société normalisé, codifié au possible. C’est dans ce contexte que Kitano mène sa vie. Dire qu’il se soustrait au vice humain n’est que rêverie. Il est quelqu’un d’orgueilleux au possible, il possède une confiance en lui inébranlable surpassant de loin la raison. Il estime qu’aucun obstacle n’est assez résistants pour s’opposer à lui. Pareil à Achille lorsqu’il fut blessé par Ménélas lors de l’assaut de la cité de Troie. Il est capable des actions les plus folles afin de se venger. On mêle facilement à son orgueil une colère endormi et qui est capable de se réveillé à n’importe qu’elle moment. N’ayant pas eu comme modèle quelqu’un de très calme et serins, on pourrait se demandé si les tares paternel ne serait pas héréditaire? Son père usant de sa force pour dominé son habitacle Kitano possédait lui aussi une approche de ce type. Il ne languissait pas sur l’utilisation de sa force ce qui pouvait le rendre violent et cruel aux yeux de quelconque spectateur. On pourrait donc résumé de lui qu’il n’est pas un enfant de coeur. Néanmoins il avait en lui la volonté de s’amélioré ne pas commettre les mêmes erreur de ces ancêtre s'éteignant sans quelconque renommé. Il recherchait la gloire et la renommé. On peut donc aussi y percevoir une pointe de narcissisme. Mais toutefois il ne possède pas ce sentiment particulier en quoi consiste l’amour. De marbre il n’est attiré par aucun corps charnel qui lui était donné de voir. Il semble désintéressé de tous les plaisirs charnel que pourrait lui offrir un idéal féminin. Il se contente de mené sa propre épopée seul et de manière pur comme un linceul. Comment pouvons nous évoqué les pulsions amoureuses de quelqu’un sans évoqué son antagoniste la haine. La haine se sentiment si humains que même les dieux peine à comprendre. Cette part d’humanité qui fais l’homme tous ce qu’il est. Kitano lui voue ce sentiment naturel au désordre. Tout individu s’écartant de la ligne directrice de ses convictions se doit d’être recardé immédiatement que ce soit dans l’au-delà ou dans Midgard.

«Les idéologies sont aussi massacreuses que les religions» (C.Imbert).
Rien n’est de plus cher qu’à l’être humain de se rapprocher de l’idéal qui c’est fixé. mais pareil à l’homme qui souhaite s’approprié la lune, celui-ci est souvent insaisissable. Il consume les êtres les plus déterminé , s’immolant petit à petit l’envie, la volonté et la conviction laisse place à la folie et à la déraison. Des êtres comme kitano possédant une détermination et une volonté poussé à son paroxysme on une vision manichéenne du monde les entourant. Soit tu es avec lui soit tu es contre lui. La fin justifie les moyens et personne n’échappera à ce dicton fort connus. Kitano n’aura jamais aucun remord à ce salir les mains afin de réaliser son plus grand rêve qui consiste à devenir une icône. Le héros de ce monde brisant les moeurs et les hommes, il envisage de crée une uthopie ou tout n’est que simplicité et perfection. Il s’agit bien là d’une uthopie car il n’a pas encore prit conscience que lui même n’est pas parfait car il est soumis au doute, ses actions n’étant pas divine, elle ne seront pas emprunt de perfection et pourront toujours être mise en cause. Une attitude de mégalomane bien perceptible n’est-il pas ? Il fut autrefois ingénue mais cultivant le monde au travers des écrits il est secrètement à la recherche des écrits anciens afin de pouvoir mettre la main sur l’objet qui lui permettra de fonder sa patrie idéal. Considérant les pirates et les révolutionnaires comme la cause du mal en ce monde il en vint à la conclusion de s’engager dans l’armée. La marine est aussi le tremplin idéal pour ce propulser sur le devant de la scène.

◘ Histoire : [color="#888888"][30 lignes minimum - les dialogues ne comptent pas dans le nombre de ligne]



• Exemple de post RP : [Un post Rp est l'exemple-même d'un message de base que vous pourriez poster sur ce forum. Soyez imaginatif, parlez de n'importe quel sujet, cette partie nous sert à juger la qualité de vos posts Rp - 15 lignes minimum sans dialogues]


Dernière édition par Kitano le Dim 7 Oct 2012 - 20:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Kitano (en cours)   Jeu 27 Sep 2012 - 18:11

• Exemple de post RP :





Chapitre 1:
]C’était il y a bientôt deux ans, deux ans que gin avait été chassé de son village natale. Plus de deux ans que celui-ci cherchait à rallier la ville de logue town. Mais entamer ce périple seul sans argent ni nourriture était très périlleux. Il ne comptait plus le nombre de fois où il avait trébuché, où il s’effondrait de fatigue, de faim. Il ne portait plus que des vêtements en miette. Déchiré de toute par, il n’en restait plus rien. Ce fut vers la fin de la 2eme année d’exile ou, un curieux moine vient le sauver. L’assassin de kokoyashi town avait sombré une nouvelle fois dans l’inconscience sur la route. Il ne se souvenait de rien, mais on l’avait dévêtu et coucher dans un lit, il n’était certes pas aussi confortable que celui de son ancienne maison, vu la découpe maladroite et la simplicité des matériaux utilisé. Mais il était quand même heureux de se retrouver dans un endroit ou il pourrait se reposer un peut sans trop s’en faire, pour savoir quand est-ce qu’il trouverait un autre lit comme celui-ci. Il se redressa doucement, afin de se mettre assis, il souleva les couvertures avec sa main gauche. Puis il scruta la pièce, son sabre plus petit que la moyenne était posée dans son étui sur la table. Ses habilles par contre eux ne se trouvait pas dans la pièce, la pièce ou il se trouvait n’était pas richement décoré. Il y était déposé en plus du lit, une petite commode ou reposait une lampe à huile, résument huilée. Sur le mur ne figurait qu’un seul tableau celui d’un très vieux bonhomme, vêtu d’un kimono blanc avec les manches coupé, qui laissait apparaitre un dessous de corps noire. Il avait les traits forts, mais son visage semblait paisible et serein. On aura dit quelqu’un venant d’un autre monde. Il n’entendit même pas la porte s’ouvrir tellement il était absorbé par ces pensées.

Un jeune bonze se tenait devant lui, son crane était à nus, aucun cheveux ne semblait vouloir pousser sur cette boule lisse qui lui servait de tête. Plus petit que gin, il possédait en contre partie un corps imposant et musclé. Ses sourcils épais était droit en une parfaite ligne droite, ces yeux d’une couleur des plus étranges entre le jaune et le rouge, inspectait gin. Gin allait poser des questions à cet homme mystérieux. Mais celui-ci leva la main et prit la parole en premier :

Bonjour je m’appelle Saï, je suis un moine solitaire, je vais répondre à tes interrogations intérieur. Je t’ai sauvé de la mort qui allait te frapper, car j’ai décelé en toi un certain point commun entre ton cœur et le cœur de notre grand maître à tous lors de sa jeunesse. Tes vêtements je te les ai brûlé. Je souhaite que tu prennes ton repas, puis je te conduirais à Logue town ou ta destiné t’attend au colisée. Je t’ai laissé un kimono sur le porte manteau qui se trouve au fond à droite, je te laisse le soin de me retrouver dans la salle à manger enfin si tu le peux.

Puis l’étrange ermite prêtre ou je ne sais quoi de bizarre se leva, Marcha en direction de la porte. La tira l’latéralement, sortit puis la referma. Et il s’échappa sans laisser le temps à gin d’autre renseignement. Tous était très flou dans l’esprit du fugitif ; "comment savait-il se que je pensais ? Et qu’est que c’est que cette phrase si tu le peux ?" le contrôle de la situation échappais totalement à gin, il était prit de court face à ses ressentes choses qui arrivait. Il se leva doucement, posa le pied à terre, il tituba et faillit s’écraser face contre terre. Mais il se rattrapa tant bien que mal à la commode. Ses pieds n’avaient plus l’air d’être habitué à marcher. Il se demandait combien de temps avait t’il sombrer dans l’inconscient. Il alla chercher ces nouveaux habilles, à l’endroit indiquer par ce jeune bonze, il les enfila. Il ressentit une agréable sensation, de légèreté et de confort l’entourer. Il s’essaya à quelque geste basique, il fit tourner ses bras en cercle, mima des attaques avec ses mains, tenta des coups de pieds, avança, tourna, sauta. Cette tenue était parfaitement adaptée à son style de combat. Il ramassa son sabre aux cas ou la frase du moine était justifié. Il avança prudemment dans les couloirs ses sens en alerte. Mais il ne se passa rien. Il pénétra dans la salle à manger sans qu’aucun danger lui barre la route, ce n’était à plus rien comprendre. Pourquoi tant de mystère s’il n’y avait rien eu sur ce chemin. Il posa un regard interrogateur sur son hôte. Celui-ci sourit et dit d’une voix, tout en laissant échapper un gloussement :

C’est bizarre tu es le premier, à passer le test du kimono de maître daruma, normalement il t’aurait tué. Cela voudra dire que je me suis trompé sur ton compte. Tu ne mourras pas en ce lieu. Voila qui devrait faire ta joie. Mais maintenant je suis obligé de te mener à logue town. Rassasie toi rien n’ici n’est empoisonné. Pour le voyage je vais te préparer un sac qui pourrait te servir il y a des aliments qui se conserve bien.

Puis une nouvelle fois il s’esquiva en marmonnant des paroles inaudibles aux oreilles de l’homme aux cheveux d’argent. Il s’assit à la seconde place de la table, gin commençait peut à peut à s’habituer à ses aller et venue. Il se rassasia comme lui avait recommandait son hôte. Puis celui-ci revient chargé d’un baluchon blanc, portant une inscription, en ancien langage. Il le déposa sur la table. Il y étala son contenue, deux livres, épais l’un à la couverture noir l’autre à la couverture blanche. Un coffre, ou se trouvait un fruit étrange à l’intérieur. Et des vivres comme il l’avait promit. Puis il remit tous ceci dans le sac et il se retourna près à partir. Tous cela aller beaucoup trop vite pour gin qui bien qu’habituer à cette façon énigmatique de procédé il ne pouvait s’empêcher de penser que cette homme devait être fou. Il prit alors le sac et suivit ce fanatique de cette religion bizarre. Gin se sentais un peu bête, maintenant, il avait mis quelque chose ne lui appartenant pas sans considérer une seule seconde que cela pourrait être un cadeau empoisonné. Depuis qu’il avait comblé sa fin il se posa de plus en plus de question en ce maudissant lui-même de sa stupidité. Dehors il fut surpris de ne voir aucun moyen de locomotion. Le jeune homme à la crinière d’argent se dit qu’il aller continuer encore un bout de chemin à pied mais non, il vit une lumière aveuglante. Puis il se réveilla, l’aube pointait le bout de son nez, sous l’échafaudage qui avait servit à l’exécution du grand Gold.D.Roger, il fut l’un des plus grands pirates. Gin était ici en ce lieu saint, peut être avait t’il la même destiné, il ne l’espérait pas. Agir dans l’ombre est quand même bien plus lucratif et amusant. Il commença à se lever peu à peu, son baluchon sur son épaule, l n’avait pas rêvé cette rencontre du destin, il portait aussi cette étrange attirail, ce vêtement divin, brodé de fil solide blanc. Une tenue peux commune, rare son ce qui l’eu vu lors de leur misérable et insignifiante vie si ce moine un peu excentrique avait dit vrai. Il observa se lieu saint sans savoir pourquoi il grimpa sur l’échafaudage, il posa ses mains dessus cherchant quelques trace des héritages du passée. Il se trouvait sur un des lieux qu’il avait énormément aimé lire, il ne se lassait jamais de ces description incessante. Lorsqu’il inspecta sa main sur les différentes planches de bois il sentit tous de suite que cet potence avait été remanié, et réparer. Surement après la visite des deux Monkey, luffy et son père Dragon. Il allait descendre ce monument lorsqu’une main lui agrippa, le dos. Un ennemi, il ne l’avait pas ressentit. Il n’avait même pas entendu cet homme s’approcher, gin essaya de se retirer, mais une force invisible l’empêchait de se retirer, il tenta d’utiliser son fruit du démon mais là encore rien ne se passa il était pétrifié, pieds et poings liés. Il se retourna un homme vêtu de noire se tenait la derrière lui, un sabre noire à la ceinture ornait son attirail sombre, son pantalon était moulant et fait d’une matière peu commune pour gin. Du cuir, sa cape d’extérieur noire comme la nuit, rouge comme le sang d’intérieur ornée de bandelette jaune symbole du faible espoir d’un quelconque rêve. Cette cape avait fier allure sur ses épaules, elle tombé d’une magnifique façon, montrant toute la préstance et la grasse de se personnage énigmatique. Elle surmontait son vêtement noir brodé d’une tête de mort noire. Un pirate ? que voulait-il à Gin Ichimaru ce personnage si solitaire d’habitude. En remontant encore plus haut on pouvait observer une balafre comme une cicatrice sur sa joue gauche, ses cheveux bruns tombaient en majeur partie sur la face droite de sa tête cachant un bandeau qu’il avait surement hérité d’une autre blessure. Ses yeux reflétais une détermination peut commune, mais le regard de gin fut interrompu, cet homme ouvrit la bouche et un son mélodieux et doux s’en échappa pourtant le message n’avait pas l’air si calme bien que poussé par cette voix.

Rejoins-moi dans mon équipage. Depuis que tu es arrivé à Logue Town je ressens une forte envie de sang en toi, tu n’as pas le droit de me dire non, je pourrais t’écrasé ici et maintenant. De plus si je te laisse seul tu ne pourras pas réaliser ton rêve, tu te feras repérer par la marine…

Lors de l’évocation du but que gin se fut fixé celui-ci ne put s’empêcher de tous repasser ses moindres détails dans sa tête. La simple évocation de son choix qui dirigeait maintenant sa vie, les pensée se distinguait très clairement il ne remarquait même pas qu’on l’épiait au sein même de son cerveau, puis l’homme reprit de plus bel après sa courte pause

Tu espère trouver, le one piece, ou plus précisément les poniglyphes, tu veux aussi récupérer les journaux de bords des deux seigneurs des mers et de deux des plus grands empereurs pirates de la dernière époque. Audacieux comme but, mais avec ton niveau rien ne te sera possible, si tu ne peux même pas te sortir de mon simple pouvoir. Si tu me suis-je pourrais te montré comment devenir plus fort.

Gin en était époustouflé, cet homme avait réussit à lire dans ses pensées, ses rêves avaient été mis à nus devant un étranger. Quel offense, il devait y avoir réparation, mais le haki de ce personnage était bien trop puissant pour lui, alors gin prit la seul pose qu’il savait exploiter dans de pareil situation, il sourit d’un air Autun. Le capitaine pirate le relâcha, lorsque gin sentit que l’emprise de cet homme avait faibli, il l’observa tranquillement avant de lui répondre de sa voix si peu commune, avec toujours une pointe d’ironie.

Te rejoindre ? Pourquoi pas, je n’ai pas d’attache de toute façon et puis un assassin comme moi n’a pas sa place dans la société… oups j’en est trop dit. Gin ichimaru sera votre historien. Au faite quel est ton nom « capitaine » ?

Il prononça se dernier mot de façon bien appuyer, afin que cet homme comprenne que bien que pour le moment il lui est fidèle rien ne l’empêchera un jour de se retourner contre son employeur et de le mettre à mort. Mais pour le moment, cela ne faisait pas partit de ses objectifs ni de ses capacités il faut l’avouer. Il observa cet homme qui sourit, puis dit sur un ton beaucoup plus amicale,

Mon nom est bien trop ennuyeux et nul à mon gout, mais je l’aime et je le garde pour moi. Je me fais appelé Albator, et pas besoin de m’appeler capitaine…

Il avait l’air plutôt gentil, c’est-ce que se disait gin, mais pourtant il ne pouvait se résoudre à oublier la sensation qu’il a ressentit lorsque celui-ci l’avait empoigné. Mais bon ces méthodes bien que brutales plaisait énormément au jeune gin qui le suivit vers son bateau, modeste assez grand pour accueillir, une poignée de soldat. Il avait compris que celui-ci était temporaire. Il partit donc vers un endroit où d’autre nakama les attendaient avec un bateau beaucoup plus gros…

Chapitre 2:


L'épisode de Logue Town étant terminé. Le duo de pirate en "herbe", se retrouva alors sur le quai d'une ville qui était inconnus à Gin. Abondante de par sa population, elle se distinguait aussi par son immense enthousiasme et brouhaha dans les petites rues ou devait résider les commerces multiples. Le port était parcouru de long en large par toute sorte de marchand, les bateaux étaient remplis à ras bord de marchandise. Toute plus cher et invraisemblable les unes que les autres. La ville se distinguait notamment par une imposante résidence, arborant des couleurs bien étrange. Ce bâtiment couvrait de son ombre la majeur partie de la ville, ses pierres grisâtres, resplendissait de leur humeur sombre et dépourvut de sentiment attractif. Il semblait que se bâtiment dirigeais la ville. Un édifice si immense qu'il ne pouvait être que celui du directeur ou du maire de ce village. D'ailleurs qu'elle était ce village, gin n'en avait aucune idée. Il observa un peux ce qui s'y trouvait, un grand port, des marchés abondants, un édifice monstrueux, beaucoup de marine,... beaucoup de marine! QU'est-ce que c'était que cet endroit? Que pouvait bien avoir à y faire le capitaine Albator. Une ville contrôlé par la marine cela ne représentais pas grand chose de positif pour un équipage pirate bien que méconnus. Il se stoppa net, observa cet homme qui changeais si souvent de comportement, passant de la gentillesse extrême mais qu'il savait être aussi démoniaque le fourreau en main. Mais qui appliquait toujours une sévérité des plus incroyables. Il lui dit alors, de sa voix habituel:

Eh! Albator, enfin capitaine ah nan c'est vrai tu n'aime pas qu'on t'appelle capitaine, capitaine, bon je vais t'appeler comme je l’entends sa sera plus simple. Où sommes-nous? Je ne me sens pas à mon aise avec tous ses marines qui trainent dans les parages tels des vautours, ne t'étonne pas si certain vienne à disparaître sans aucune raison...

Toujours le mot pour rire, gin avait encore tenté de mettre en colère Le capitaine Albator, en l'appelant par son titre trois fois en moins, d'une minute. Mais quand Gin le dit avec un sourire si grand, pour un être n'étant pas habitué à ce démon aux cheveux gris cela peut être excessivement énervant. Mais c'est quelque jours de traversé, avec continuellement ces même mimiques et toujours cette recherche de pousser l'autre à bout, avait mené surement à Albator à obstruez toutes ses remarques inutiles et à se concentrez sur le message principale qu'il essayait de faire passer dans sa réplique orale. Il le regarda en face plongeant son regard noisette dans celui gris bleu de son adversaire et dit, avec une certaine lassitude dans la voix

Appelle moi comme tu l'entends, nous sommes ici pour rencontrer un ami charpentier qui se fait surnommé "baku", il a une commande pour moi. On est à Dama Los, quartier générale des forces de la marine dans South Blue. Ne fais pas trop de grabuge quand même. Bon on va se séparer pour couvrir une plus grande distance...

Se séparer, idée ingénieuse mais nécessitant une parfaite cohésion au sein de son groupe. Pourtant le démon, arborant les couleurs de paix blanche sur son kimono, gin n’avait pas encore prêter le serment solennel de se soumettre à l’autorité du capitaine de cet équipage, dont il ignorait tous à part sa maîtrise du Haki. Celui-ci lui en ayant touché quelques mots pendent la traversé, sur les flots hasardeux menant de l’océan. Un pouvoir bien mystérieux qu’était ce fameux fluide psychique. Pouvoir rare qui sommeil en certaine personne et qui se réveille dans d’autre. Le possesseur du Haki, le capitaine Albator recherchait un charpentier. Ces hommes qui savent créer de leur main ses monstres marins, qui voguent sur les grandes mers du globes que l’on nomme frégate ou encore navire voir communément bateau. Mais un navire, ne peut être qu’efficace que lorsque celui-ci possède une âme de conquérant. La puissance d’un équipage n’est rien sans la surpuissance de son capitaine mais pas seulement un équipage de pirate surpasse ceux de la marine grâce à leur monture, ces destriers des océans qui traverse toutes les routes inlassablement surpassant chacun des obstacles mis sur leur routes, les pire tempête propulsé par les plus bruyant orages, accompagnés des éclaires les plus chargé en tension, tel que des lignes à haute tensions. Ils doivent aussi résister au typhon, c’est tourbillon sous-marin avalant tous les bateaux s’y aventurant, se noyer dans son eau tourbillonnante, se fracasser contre le font de l’océan, disparaître dans les abysses. Résister au guerre entre d’autre navire, principalement les navires de la marine, mais aussi ceux d’autre pirates. Gin espérait que cet homme aux multiples blessures marquant son visage angélique, avait commandé une merveille à cet homme qu’il appelait son « ami ». Et puis si gin le trouvait avant lui rien ne l’empêcherait de voler le navire. Et de partir seul à l’aventure avec.


Les deux pirates se séparèrent, gin partit en direction des marchés de la partie ouest de la ville, là ou se trouvait la grande bâtisse qui surplombait la ville, tendit que le capitaine de ce maigre équipage se dirigea vers la partie Est de la ville, il ne semblait pas avoir grand-chose à dire sur cet étrange district, mais il semblerait qu’Albator souhaite y allé quand même. Après tout peut en importait à gin, tant qu’il y avait de l’action. C’est à partir de ce moment là que la séparation, des deux hommes allait mener à deux péripéties différentes, que l’on s’efforcera de suivre tant bien que mal. Nous allons tous d’abord commençait par suivre l’histoire de l’assassin de kokoyashi Town. Gin s’enfonçait péniblement dans la foule compacte. Cette foule jacassant comme des pies devant les petites étoffes de tous ses marchands, ayant soit disant chacun un article meilleur qu’un autre. Par exemple, il y avait ici un vendeur qui venait surement des îles d’East Blue, vue son accent prononcé il scandé haut et fort la couleur de son orange. Une orange certes bien orange, mais ce que les gens ne savaient pas c’est que derrière sa boutique l’on pouvait observer deux hommes entrain de s’occuper à repeindre ces oranges de couleur jaune. Une si belle arnaque que Gin ne souhaitait que par inadvertance, se prendre les pieds dans les draps et s’étaler de tous son long faisant apparaître le mensonge aux yeux de tous. Après tout qu’avait-il à y perdre. Pas grand-chose. L’homme présent derrière son comptoir devrait se sauver au plus vite s’il ne voulait pas subir le courroux des gardes de la marine circulant dans la foule observant chaque parcelle de vente d’un œil minutieux. Résolu, il fit mine de tituber et se rattrapa de façon un peut hésitante aux draps, la foule s’étant écarter devant se spectacle un peu étrange. Il fit mine de glisser et il entama une chute spectaculaire sur le sol tout en tenant fermement le drap, qui recouvrait l’échoppe, protégeant ses fruits des coups de soleil qui serait surement mauvais pour leur développement, ou alors peut être de la pluie afin que leur couleur ne disparaisse pas en même temps que ruisselle l’eau de pluie sur leur peau rugueuse…

De son côté Albator le capitaine savait exactement ou il allait il marchait dans des ruelles toutes aussi mystérieuses les unes que les autres, certaine ne semblait même pas parvenir de cette époque. Il vagabondait dans une ruelle qui semblait être plongé dans la misère, l’est dalle de pierre esquinté, glissait sous les eaux sales usagés des habitants qui déversaient leurs détritus de ce côté non visible de leur lotissement. Les pierres étaient noire, un noire si obscure que le soleil ne semblait même pas existé, l’espoir avait quitté ce lieu, il n’y avait ici que du désespoir, l’ambiance y était morne. Pourtant Albator continuait encore de s’enfoncer dans ses divers ruelles jusqu’à se qu’il atteigne une porte. Il la poussa, l’écriteau à l’extérieur était indéchiffrable. Il était recouvert de poussière comme si cet habitat était déserté. Mais à l’intérieur siégeait une foule incroyable de personne buvant dans un silence des plus glacials. On pouvait entendre le chuchotement de certain en tendant l’oreille. Ce bar était extrêmement calme, on dirait même qu’il ne s’agisse même pas d’un bar. Il s’approcha du comptoir, ou un homme d’une quarantaine d’année, le visage strict, une moustache en V surmonté sa bouche close, son sourire… inexistant ses yeux enfant son œil qui n’était pas caché par un bandeau noire comme albator était de couleur noire comme les ténèbres. Ses cheveux, attachés derrière sa nuque comme des petites tresses. Il essuyait avec un vieux torchon sale, une choppe de bière, usagé, fissuré par le temps. Albator, recula sa cape et s’assoie sur le tabouret vacillant qui était inoccupé, il posa ses mains sur le comptoir d’une façon si sec, que le vieux bois qui était amassé dans ce meuble craquela sinistrement faisant sursauter l’assemblé. Chacune des personnes ici présente observait maintenant le capitaine pirate qui était assit devant le barman qui le fixait d’une étrange façon. Pourtant Albator ne semblait pas être dérengé par cette scène…

En ce qui concernait gin, il était toujours étalé de tous son long sur le sol poussiéreux du marché, la bâche qui protégeait cette activité illégale que pratiquait chacune des personnes qui faisait partit de cet activité illégal était paralysé. Aucun d’eux ne bougeait, étudié, observé, méprisé par la foule qui étaient eux aussi tout aussi stupéfait que pouvait l’être ces personnes. Il regardait partout, il semblait croire que tous ceux-ci étaient le fruit de leur imagination. Non ce n’était pas un rêve, mais bien le résultat de l’action du démon de kokoyashi. Qui souriait toujours comme à son habitude sur le sol. Gin se releva il riait de bon cœur, puis il salua le marchand qui avait laissé filer entre ces doigts l’orange qu’il tenait entre ses mains. Il secoua sa main en l’air tout en se faufilant dans la foule et disparus à l’intérieur. Avant que le charlatan ne puisse le rappeler. Suite à sa disparition, les marines vinrent dissiper cette foule, qui huait le malheureux et c’est compère. Les marines sur place, analysa la situation, des arnaqueurs, pas besoin de les jugés. Le chef de division des hommes en blanc, un sergent-chef demanda comme réparation, deux cent millions de berries soit la totalité de la somme récoltée par ce pauvre marchand. L’argent fut rendu au personne encore présente dans la foule qui avait investit dans ses oranges. Ce pauvre homme recevait les insultes les unes après les autres sur son visage blanc comme un linge. Du haut de son perchoir Gin appréciait grandement la situation. Il attendit que les marines parte laissant cet homme ce morfondre seul devant son échoppe. Gin quand à lui continuait à rechercher l’ingénieure dans ses ruelles bien riche pour une ville commerçante. Il passait devant toute sorte d’échoppe mais il n’avait pas un seul sous en poche. Chacune de ses emplacements étaient spécialisé, mais celle que gin examinait plus sérieusement étaient une qui semblait vendre des livres. Gin les observa un à un et il remarqua une étrange grief sur l’un deux « NR » ce pourrait t’il qu’il s’agisse d’un ouvrage rédigé par l’archéologue des mugiwara, le démon d’ohara, Nico Robin. Il reposa le livre puis regarda le vendeur et dit :

Combien le vendez-vous ?

Gin ne se souciait pas de la politesse dans un moment pareil, tous se qui l’intéressait était ce livre qui pourrait lui en apprendre un peu plus sur la vie dans l’équipage de luffy ou bien des découvertes de Nico Robin sur les ponyglyphes. Le vendeur termina de s’occuper de son autre client qui semblait tenter de marchander un bouquin, possédant une couverture brodé avec un fil doré. Ce livre n’avait aucune valeur. Pourtant la personne semblait vouloir l’obtenir. Mais gin qui d’habitude n’en aurait eu rien à faire, là se sentait captivé. Car plus cette discussion trainait en longueur plus lui devrait attendre. Après quelques minutes d’échange verbal, plus ou moins musclé. L’homme repartit avec le livre, en ayant abaissé son prix de 5 berry. 5 misérable berry. Gin lui aurait tranché la gorge s’il n’avait pas était en présence d’une si forte importance de marine dans le coin. Le marchand prix son temps pour ramener son énorme ventre par ici. Il observa le livre, puis le reposa sur le présentoir et il en demanda 17 500 berry. Une somme si importante alors qu’il n’avait surement aucune idée de qu’elle valeur historique se livre présentait pour le démon de kokoyashi town. Gin tenta de baisser le prix mais il ne voulu rien entendre de plus. Un homme de la marine, un Lieutenant-colonel, se pointa. Il bouscula gin et demanda à obtenir ce livre. Il déposa l’argent sur la table devant les yeux effaré de gin, enfin on pourrait penser sa mais vu que les yeux du petit ichimaru était toujours fermé on ne pouvait pas savoir. Le vendeur le remercia puis lui tendit le livre. Cet homme accompagné de deux gardes de bas niveau surement des marines de seconde classe. Prit la direction de la grande bâtisse. Il tenta de les suivre mais la foule impressionnante qui s’était ouvert pour laisser passer cette haute figure de la marine c’était refermé comme un étau sur Gin. Il entendit juste la foule murmuré : « castro ». Enervé, humilié gin avait vraiment envie de quelque chose, du sang il devait se calmer en faisant couler le sang de quelqu’un. Il se dirigea alors vers une intersection et se retrouva alors dans un des axes principales déserté lors des jours de marchée. Là il entendit alors une voix qui lui était familière, qui avec force et haine dit :

Toi, tu l’as fait exprès je suis sur. Tu vas me le payer de ta vie…


[/font][/color]

Dans le bar lugubre Albator, qui était toujours la figé sur la table explosa alors d’un rire. Puis le barman le serra amicalement dans ses bras en le soulevant de son tabouret et en le faisant passer par-dessus son bar. Ils rirent tous deux avec joie. Et l’ambiance se détendit un peu. Les hommes qui étaient là, connaissaient tous cet homme. Et ils rirent eux aussi à la retrouvaille de cet homme que tous croyaient disparus, depuis de nombreuses années. En effet, un des principaux capitaines de navires sous les ordres du shishibukai Dolfimgo était de retour parmi les membres de l’équipage qui l’avait suivit dans leur retraites après la chute du précédent gouvernement refusant de se remettre au combat. Ils avaient tous choisit de s’exiler dans cette petite ville. Survivent misérablement grâce au trésor qu’ils avaient amassé au fil des années et en volant dans la ville. Après leur embrassade, Albator fut reposé sur son siège par cette force de la nature et ils bavardèrent des heures, parlant du bon vieux temps avant de se séparer sur un dernier verre. Il sortit du bar, la nuit était tombée. Il allait se diriger vers son navire lorsqu’il vit un jeune homme, un garçon brandissant fièrement deux sabres. Face à lui se trouait deux brigands qui tentait de le ravir afin de ce servir de sa vie, pour faire de lui un esclave. Sur le célèbre marché de Grand Line. Il dégaina son sabre et transperça les deux brigands en deux temps trois mouvements. Puis il observa le gamin qi se trouvait devant lui, il n’avait pas l’air si jeune que sa mais il n’atteignait pas encore les dix huit ans. Le capitaine borgne alla essuyer son fourchon sur les vêtements d’une de ses victimes puis il se baissa sur l’adolescent qui se trouvait devant lui et il lui dit :

Tu ne devrais pas rester là, sinon la marine va…

Il n’eu pas le temps de terminer sa phrase qu’un coup de feu partit en direction de l’enfant, Albator regarda la balle filé vers le gamin et il se positionna devant. Sans savoir pour quel raison. Etait-ce son Haki qui le forçait à protéger ce petit garçon, comme il lui avait dit d’obtenir les faveurs de gin. Un pouvoir bien étrange qu’il possédait là. La balle perfora sa poitrine et il s’effondra par terre devant le jeune garçon terrorisé par la scène. Il ne comprenait pas qui était cet homme mais en quelques instants il lui avait sauvé deux fois la vie. Le marine qui avait tiré sa balle, s’avança, il observa ses nouveaux prisonniers et il ordonna à ses hommes de les menés à la prison de la mairie. Ce fut la les derniers sons qu’Albator entendit avant de tomber dans l’inconscient…

Bon revenons en à Gin, qui si vous vous en souvenez à effectué une rencontre alors qu’il était dans une fasse d’énervement intense. La personne en question la menacé nous allons reprendre l’action à se moment là. Donc en ce temps la nous nous trouvâmes dans la fin de l’après-midi. Le soleil couchant entre les appartements, projeta les ombres des quatre personnes qui furent présentes dans la ville, Gin étant seul d’un côté et les autres deux grands gaillard avec le marchand de cette après midi ce tenait là devant lui faisant craqué les doigts de leurs mains. Il semblait être plutôt querelleur ce soir. Gin ne rêvait pas dieu existait il avait demandé du sang, enfin on le lui servait sur un plateau trois cadavre. Doucement il dégaina son sabre, le fit tournoyer sur lui-même, puis le positionna devant ses adversaires. Il les invita à venir avec de petit geste de provocation. Il vit alors les deux gorilles fondés droit sur lui. Ils essayèrent sans relâche de lui trancher un bout de son corps de fumée avec des machettes. Elles fouettèrent l’air avec violence avant de s’abattre dans le vide. Gin enchaînait les esquives. Aucun de ses deux géants ne souhaitait laissé une ouverture au guerrier de kokoyashi. Mais gin prenait son mal en patience savourant chaque choc de lame, en haut, à gauche, de nouveau en haut, à droite, chacune de ses passes faisait monté en lui un sentiment de bien être. Chacun de ses mouvements de jambes, le déplacement de la poussière sur le fracas des coups d’arme blanche. Il observait aussi le vendeur qui attendait tranquillement le travail de ses gorilles. Gin frappa un des gorilles qui enchaîna un petit vol pour atteindre le sol qui se trouvait à quelque mètre de là. Puis gin balaya son second adversaire, lorsque le premier se releva il courue vers lui, prit un petit appuie sur sa jambe droite puis prit une grande impulsion sur son deuxième pied, et décolla dans les airs puis abattit sa lame, bien qu’éteint plus petite qu’une épée normale elle transperça son épaule au niveau du coup, plus précisément elle déchira son trapèze droit et la pointe continua jusqu’au cœur tout en déchirant tous les tissus sanguins et nerveux qui se trouvaient sur le passage de l’arme de gin qu’il considérait comme le prolongement de son bras. La pointe s’enfonça juste assez pour perforer son ventricule gauche, qui envoyait le sang jusqu’au organe. Son myocarde percé le sang allait bientôt se déversé dans son corps et la perte occasionnée devra être comblé par une accélération du rythme cardiaque qui causera sa perte. Une mort violente et très lente, il aurait tous le loisir de sentir pas à pas l’ange de la mort venir avec son capuchon noir et sa faux. La faucheuse prendrait son temps. Le marchand et l’autre brute qui tenait encore debout tentèrent alors de s’enfuir. Après tous eux ne souhaitant qu’une correction exemplaire, mais cette homme avait commencé à verser le sang et à faire pleuvoir la mort. Gin fut très triste de leur prise de décision, il les observa s’enfuir puis il murmura de sa voix sifflante comme un serpent c’est deux petit mots qui pouvait changer le cour d’une vie :

With lock…

Le samouraï en kimono, s’approcha son sabre en avant s’apprêtent à mettre fin à la misérable vie de ces deux individus. Mais la marine se pointa ou plus précisément ce précipita vers une rue parallèle. Il les observa et laissa échapper de sa bouche cet avertissement tout en adoptant une position décontracté et souriante :

Je vous surveillerais toujours, alors chut…

Puis bien que son teint blanc fasse contraste dans cette atmosphère noire il se fondit parfaitement dans l’obscurité. Mais étonnamment gin qui suivait le déplacement des soldats du gouvernement, gin vit que ceux-ci se dirigèrent vers un autre lieu. Les marines étaient tous présent debout devant plusieurs personnes. Toutes ses personnes étaient allongées sur le sol rué de coup, devant une enseigne de chantier navale. Un homme d’une vingtaine d’année à peut près se trouvaient là tenant fermement un pirate par le col, celui-ci se vidait de son sang par sa bouche et son nez. L’autre individu souriait, il ne semblait pas se soucier de tous se groupe des représentants de l’île qui étaient regroupés autour de lui leur fusil en joue sur sa personne. Ces cheveux noirs, se terminant en une sorte de banane sur le devant, avec trois mèches qui tombait sur son front au-dessus de ses yeux noires. Il fumait une cigarette et souriait alors que sur sa joue ruisselait du sang. Le lieutenant, s’approcha calmement de cet homme, il soupirait, las il le fixa puis dit avec une certaine habitude dans la voix comme si cette situation n’était pas rare :

Ryuji, quand vas-tu comprendre, que lorsque quelqu’un ne paye pas tes services tu dois venir en plaider à la marine. Je commence en avoir marre de ramasser des cadavres qui ne peuvent même plus aligner un mot pendant plus d’une semaine. Tu as de la chance d’être le « baku » de la marine, le plus grand constructeur naval de cette ville. Je n’ai pas reçut l’autorisation de lever la main sur toi mais je ferai un rapport sur toi, au conseil…

L’autre homme lâcha sa prise observa le lieutenant de haut. Il ralluma sa clope qui s’était éteinte. Il tourna le dos au groupe de marine, il retournait vers sa boutique tout en se marrant en disant, « mais bien sur, mais bien sur ». Il clapa la porte de son commerce sous le nez de son interlocuteur. Celui-ci, le commandant de cette petite troupe de marine, commençait à avoir les épices qui lui monté au nez. Le teint rosé de sa figure faisait tâche avec ses vêtements blancs. Il repartit vers son Q.G ou il allait surement pouvoir se venger par l’écrit avant de le mettre au arrêt ce petit impertinent. La marine disparus après de nombreuses intersections, le génie de kokoyashi pouvait enfin se mouvoir en toute sécurité. Il allait sortir de la pénombre, mais avant il jeta un dernier regard à l’endroit où devait se trouver ses proies. Mais celle-ci avaient déguerpis sans demander leur reste laissant leur compagnon pourrir dans son sang, gin se marra, la fidélité et la loyauté, le courage toute ses formes d’actions magnifique étaient complètement tétanisé par la peur. Puis il regarda l’entré de ce charpentier qui était soit disant célèbre. L’insigne en haut était fait de bois, peint en blanc on pouvait aussi observer une bombe peinte en noire avec marqué en-dessous marqué de la même couleur le nom onibaku. Plus il se rapprochait de la porte qui était usée par le temps, il se demandait qu’avait il accomplie de si extraordinaire pour pouvoir être connus. Dernier pas avant de poser la main sur la poignet, voila elle tourne le craquement du bois le grincement des joints mal huilé, la petite sonnette qui précisé l’arrivé d’un acheteur potentiel, un nouveau client en somme. Le charpentier de Damas Los observa son nouveau client puis il soupira il n’avait pas trop l’air ravit de le voir s’attendait t’il à quelqu’un d’autre ? Gin s’avança prudemment, il observa cet homme avec intérêt et dit :

Yo, je recherche le baku de Damas Los ? Es-tu cet homme ?

Le jeune charpentier posa sa cigarette, sur le bord d’un cendrier sur ce qui était vraisemblablement un bureau, ou du moins un endroit ou reposait une montagne de papier, de plan échafaudé avec des compas, des règles des rapporteurs tous ces outils de mesures qui se trouvent entasser eux aussi sur son domaine de travail. Les plans unique ne se ressemblait en aucun point, comment dire lequel était une erreur lequel était une réussite sa seul cet homme à la réputation mystérieuse pourrait le dire, d’ailleurs il allait s’annoncer :

Qui le demande ? Je ne me souviens pas vous avoir déjà rencontré mon vieux !

Gin observa quelques instants son interlocuteur, il n’avait pas l’intention de poiroté dans son bureau des jours et des jours il devait aller droit au but. Ne pas passer par quatre chemins comme à son habitude. Plus vite le bateau sera amarré et sous les ordres de son capitaine plus vite il pourra aller combattre. Il prit appuie sur le bureau et dit :

Je suis ichimaru gin, je sais pas si on peut dire sa mais je suis le second du capitaine Albator. Qui mon envoyé ici pour récupéré un navire semble t’il. Alors soit c’est toi et l’histoire et réglé soit se n’est pas toi et je te tuerais puis j’irais à la recherche de celui qui est vraiment l’homme que l’on surnomme « baku ».

Le destinataire explosa d’un rire fort et grave, il s’assit alors devant son bureau et dit en réponse :

Ahaha tu me plais bien jeune homme, je suis en effet l’homme que l’on surnomme baku. Mais appelle-moi Ryuji. Alors comme cela ce vieux fou est toujours en vie, cela fait plaisir à entendre. N’allons pas par quatre chemins, le bateau en question est magnifique, mais je l’ai amarré dans un port et seul Albator pourra le piloter donc tant qu’il n’est pas là, je ne te dirais pas lequel c’est.

Il s’en suivit un débat très très long autour de choppe de bière que l’hôte avait bien voulut servir à gin. Le narrateur préféra oblitérer ce passage de l’histoire qui prendrait beaucoup trop de place. Trop ivre pour retourner à son navire, gin passa la nuit dans la chaumière de Ryuji Danma, avec lequel il avait tissé des liens très fort, un peut plus intimes qu’avec son propre capitaine. Ayant ronflé toute la nuit, il se réveilla péniblement tentant de se remémorer quelques brins de la soirée. Mais pas grand-chose lui venait à l’esprit c’est comme si tout avait été effacé. Il se souvient avoir bu et c’est tout. Le journal déposé sur la table son ami, attendait là les bras croisés au-dessus de celui-ci. Il semblait être très pensif, gin ichimaru le questionna sur le pourquoi du comment de ce soudain changement de personnalité de son interlocuteur. Celui-ci lui expliqua en détail la situation, en un bref résumé que gin avait lui-même concocter, le journal annonçait qu’un capitaine pirate avait été arrêté, celui-ci arborait fièrement les couleurs de son appartenance politique à ce monde de la piraterie, et avait été condamné à la peine de mort dans 1semaine. Gin soupira, à peine avait-il rencontré quelqu’un que celui-ci s’était déjà mis dans une fâcheuse situation. Gin devait réfléchir, enfin ce fut très rapide vu son intelligence poussé bien que son plan soit rudimentaire, il proposa alors d’une voix calme avec un petit soupçon d’amusement d’impatience.

Ryuji, désolé de te demandé cela, mais comme tu me l’a dit je ne peux pas quitté cette ville sans mon capitaine, or celui-ci est au mains de la marine, ou plus précisément sous les verrous dans le bâtiment du maire de cette ville. Donc vu que tu es originaire de cette contrée j’aimerais que tu me dirige dans ce bâtiment, pour que je délivre cet insouciant. Je ne te demanderais pas de combattre si tu ne le désires pas, bien que je risque d’être à la limite du débordement si ce Q.G déborde d’officier…

Quelle technique perverse de gin, il avait dit les mots juste qui forcerait quand même cet homme à combattre à ses côtés, vu qu’il avait déjà tissé des liens, en plus tous deux recherchait la même chose en se rendant dans cette prison. Et enfin il avait bien insisté sur le combat et l’omni présence de combattant robuste au sein de ce bâtiment. La réponse du mécanicien ne se fit pas attendre. Il jura de mené gin au près de son ancien ami, ami âgé d’une vingtaine d’années tous au plus mais bon passons. C’est à partir de là que commença l’épisode de l’offensive de gin et ryuji…



L’après-midi l’air été chaud, l’ambiance était électrique devant les portes du grand immeuble noire. Plusieurs garde manquait à l’appel, deux hommes avaient été aperçut selon un rapport, mais la personne qui le transmettait à lui aussi soudainement disparus. Les escouades de soldats qui avaient été envoyé sur les lieux pour enquêter aucune d’entre elle n’était revenu. Les soldats de la marine disparaissaient plus à chaque minute. La grande porte de la chaumière enfin la vaste chaumière du membre le plus important de l’île venait de sauter. Gin ichimaru et Ryuji Danma faisait un véritable parmi les différentes castes de soldats présentes, les plus hauts étant des adjudants balayé par les forces combinés de ces deux monstres avides de sang. Bien que Ryuji ne semblait pas prendre autant de plaisir à la tache que gin celui-ci adorait vraiment se battre. Il devait descendre au geôle pour aller secourir le capitaine de l’équipage. Le rez-de-chaussée, nettoyé par diverses techniques, il commençait leur descente aux enfers, enfin aux prisons communément appelés. Il devenait plus difficile de se battre dans les escaliers en colimaçon, ou seule une personne pouvait se déplacer sans risquer de se taper dessus or les marines avec leurs fusils tentait de faire des ravages, tirant dans tous les sens Gin n’avaient d’autre choix que de se servir de son fruit, il repoussait toute les vagues de la marine avec de puissant tourbillon de fumée. Ils arrivèrent enfin dans la première salle, une porte avec écrit dessus zone 1. De simple ivrogne sans le moindre intérêt, mais ce qui ralentissait la progression du duo, était la présence de se geôlier de deux mètre cinquante de haut environ. Il faisait tournoyer une hache gigantesque entre ces mains qui ébréchait le plafond et le sol. Arborant la veste d’un sous-lieutenant il était déjà d’un autre calibre. Pourtant le jeune ryuji Danma se positionna au devant de cette monstrueuse masse, et sans que gin ne comprenne ce qui se passait. Il crut apercevoir un dragon fondé droit sur son adversaire qui transperça le mur. Sa hache brisée, roulait sur le sol. Qu’elle magnifique attaque que possédait cet homme. Il observa alors un marine qui sortait d’une porte gin l’attrapa avec son with lock et le questionna sur la zone ou se trouvait son maître, celui-ci fit quatre avec ses doigts. Gin lui brisa la nuque en guise de remerciement une mort rapide sans trop de douleur n’était pas se que l’on peut appeler quelque chose de cruelle nan ? Ils continuèrent leur progression jusqu’au niveau quatre les sous-lieutenants se multiplièrent il n’était pas si coriace que cela. Les combats n’étant pas très épiques le narrateur les effaça de son récit mais il tenait à signaler que la fatigue commençait à gagner ses deux hommes. Enfin le niveau 4 était en vue. Dans cette unique geôle il n’y avait qu’un enfant, gin regarda l’enfant et dit, avant de défoncer la grille de la porte :

Sais-tu ou est l’homme qui se surnomme Albator… Ta vie dépend de ta réponse.

Le petit enfant regarda les deux personnes devant lui, il semblait être un peu dépasser par les évènements comment des type comme eux pouvait se mouvoir ainsi au sein d’une forteresse réputé inviolable par des pirates non reconnus de part le gouvernement. Il savait ou était cet homme. Il savait aussi qu’il n’avait plus beaucoup de temps, il dit alors :

Je me nomme, Shibata Atake je suis le partenaire de cellule d’albator, suite à votre grabuge de tout à l’heure le maire en personne à décider de mettre fin à la vie du capitaine. Il est blessé et ne peut se battre sans risqué de mourir. Avant que vous ne disiez quoi que se soit laissé moi vous venir en aide il m’a sauvé la vie par deux fois déjà, et je n’ai pas eu le temps de le remercier.

Soit fit gin, il laissa donc cet enfant l’accompagner jusqu’à ce que son capitaine soit sauvé. Il se redirigea donc vers l’endroit d’où il venait c'est-à-dire le rez-de-chaussée, de là il pourrait, grimpé jusqu’au première étage et ainsi récupéré leur précieux Albator. Ils repartirent alors faire le chemin inverse de ce qu’ils avaient fait au par avant mais avec une personne de plus cette fois-ci qui se débrouillaient extrêmement bien avec deux sabres récupérés sur les cadavres inanimé des victimes de ces deux fous. Une fois rendu au rez-de-chaussée, il ne restait plus qu’a gravir les marches et passer par deux pièce avant de rejoindre l’endroit ou présidait le maire du village. Chaque pièce était symbolisé par un tribunal, plus on avançait dans les pièces plus le crime étaient grave. La dernière étant réservé au criminelle de renom et aux meurtres sanglants et effrayant qui sévissait rarement dans cette paisible contrée.


Dernière édition par Kitano le Dim 7 Oct 2012 - 20:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aoi Shinihime
Pirate confirmé
Pirate confirmé
avatar

Nombre de messages : 215
Age : 32
Fruit du Démon : Neko Neko no Mi (modèle Tigre)

[Feuille de personnage]
• Renommée: 310
• Wanted: 20.000.000
• Grade dans la Marine: /

MessageSujet: Re: Kitano (en cours)   Mar 2 Oct 2012 - 21:48

FDD déjà prit, désolé. Choisit un autre fruit, si tu veux.

____________________________________



Aoi Shinihime no Theme

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Kitano (en cours)   Mar 2 Oct 2012 - 21:51

Pas encore trop d'idée dessus pour le moment j'aimerais juste connaître le lvl que je mérite à la fin de ma prez' et j'aviserai ensuite
Revenir en haut Aller en bas
Labrusca D. Kohane
Pirate en devenir
Pirate en devenir
avatar

Nombre de messages : 152

[Feuille de personnage]
• Renommée: 350
• Wanted: 0
• Grade dans la Marine: /

MessageSujet: Re: Kitano (en cours)   Lun 15 Oct 2012 - 17:22

salut, pour le moment la prez ne vaut rien car pas complète (manque description physique et histoire)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Kitano (en cours)   Mar 16 Oct 2012 - 0:12

Me suis fais un peu débordé par les cours la semaine dernière et un weekend chargé. J'ai pas eu le temps d'avancer de façon notable sur ma fiche. Je m'y replongerai jeudi et ce weekend (désolé de l'attente)
Revenir en haut Aller en bas
Sid Langren
Seigneur des océans
Seigneur des océans
avatar

Profil Psy : De circonstances
Nombre de messages : 4173
Age : 27
Fruit du Démon : Rasen Rasen no mi

[Feuille de personnage]
• Renommée: 5000
• Wanted: 460.000.000
• Grade dans la Marine: /

MessageSujet: Re: Kitano (en cours)   Lun 12 Nov 2012 - 13:07

des nouvelles?

____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kitano (en cours)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kitano (en cours)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cours de latin
» Cours informatique
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Cours d'utilisation du sabre (Ouvert à tout le monde)
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One piece Rpg :: - Accueil - :: - Accueil - :: Présentation Refusés et/ou Non Finies (poubelle)-
Sauter vers: